club / Parc OL

Parc OL : La maison des Gones fête ses 1 an. Retour en images.

Publié le 09 janvier 2017 à 10:30 par YM

2016 s'est achevé le samedi 31 décembre. Une année historique qui aura vu naître le Parc OL, symbole des grandes ambitions de l'Olympique Lyonnais et enceinte multifonctionnelle capable d'accueillir les plus grands évènements. Récit en images.

Le 9 janvier 2016, une date gravée à jamais dans l'histoire de l'OL. Ce jour-là, tout un club découvre son nouveau bijou. Le Parc OL, attendu depuis plusieurs d'années, prend enfin vie. Tous les Gones, dirigeants, joueurs et supporters, répondent présents pour l'inauguration d'un stade destiné à les faire changer de dimension. Un instant mémorable que Lyon fait entrer dans la postérité grâce à un large succès 4 buts à 1 face à Troyes. Alexandre Lacazette restera pour toujours le premier buteur et Bruno Genesio le premier entraîneur. Une soirée inoubliable clôturée par le DJ Set d'un artiste reconnu à l'international, Will.I.Am.

 

Le Parc OL n'a pas vibré que sous les exploits des hommes cette saison. Les joueuses de l'OL féminin ont également construit leurs succès sur sa pelouse. Après avoir magnifiquement débuté leur aventure dans leur nouvel écrin avec une victoire face au Slavia Prague (9-1), les filles de Gérard Prêcheur recevaient le Paris Saint-Germain en 1/2 finale de Women's Champions League. Un choc franco-français qui aboutit sur une enième démonstration des Lyonnaises (7-0), définitivement lancées vers la conquête de leur troisième sacre européen.

 

Pour le dernier match de la saison 2015/2016 à domicile, l'OL s'offre une "finale" inespérée face à l'AS Monaco. L'opposition face aux Monégasques décidera du nom de l'équipe qui se qualifiera directement pour la prochaine Ligue des Champions. Face au club princier, Lyon s'impose en souverain (6-1) dans une ambiance de folie. La prestation est magistrale et la communion avec le public totale. Des étoiles plein les yeux, les Gones sont en route pour la C1.

 

Le Parc OL n'est pas une enceinte exclusivement dédiée au football. L'une des volontés du président Jean-Michel Aulas était d'en faire un stade multifonctionnel et modulable, capable d'accueillir les plus grands évènements. Quelques mois après son inauguration, le Parc OL est l'hôte des finales de Champions Cup et de Challenge Cup, les deux compétitions européennes de rugby. Au total, près de 80 000 personnes s'invitent en tribunes et assistent aux victoires de Montpellier face aux Harlequins (26-19) et des Saracens contre le Racing 92 (21-9).

 

L'UEFA Euro 2016 a été l'un des moments les plus marquants de l'année. Le tournoi, qui se déroulait en France du 10 juin au 10 juillet, a fait escale à Lyon le temps de six rencontres. Les plus grands joueurs et certaines des plus grandes nations, dont l'Italie, le Portugal, vainqueur du Championnat d'Europe pour la première fois de son histoire, ou encore les Bleus de Didier Deschamps, ont foulé la pelouse de Décines. Une ambiance de folie s'est emparée de l'Hexagone et s'est propagée jusque dans les travées du Parc OL, élu plus beau stade de la compétition.

 

En six mois d'existence, le Parc OL a démontré sa capacité à recevoir des évènements sportifs d'envergure. Et la 19 juillet 2016, il démontre toute l'étendue de son potentiel en accueillant "l'inégalable Rihanna", pour reprendre les mots de Jean-Michel Aulas. La chanteuse originaire de la Barbade, immense star planétaire, se produit sur scène en plein coeur de l'antre lyonnais pour un show digne de son standing. Une représentation XXL et chargée en émotions, au cours de laquelle l'artiste rendra un hommage poignant aux victimes de l'attentat de Nice, perpétré quelques jours plus tôt.

 

Privé de joutes continentales début 2016, l'OL se rattrape lors des matchs amicaux de pré-saison pour se mesurer à des clubs du gotha européen. C'est dans cette optique qu'un match de gala face au SL Benfica est organisé au Parc OL juste avant le retour de la compétition officielle. Auréolé de 2 Coupes des Clubs Champions et du haut de ses 35 titres de champion national, le club lisboète est le plus titré du Portugal et fait figure de référence à travers l'Europe. Au terme d'une rencontre âprement disputée, l'OL s'impose 3 buts à 2 et lance sa saison 2016/2017 en même temps que certaines de ses recrues estivales, telles Emanuel Mammana et Nicolas Nkoulou.


Les revers aussi font partie de l'histoire. Celui concédé face à Bordeaux (1-3) lors de la 4ème journée du championnat de France restera comme le premier des Gones au sein du Parc OL. Après une série d'invincibilité de 11 matchs consécutifs dans sa nouvelle maison, Lyon finit par chuter. Une journée sans pour les joueurs de Bruno Genesio qui, malgré un avantage rapidement pris suite à un but d'Aldo Kalulu, finiront par perdre le fil de la rencontre suite à l'expulsion de Maxime Gonalons et à la blessure d'Alexandre Lacazette.

 

Le grand jour est arrivé. La fameuse musique de la plus prestigieuse des compétitions européennes va enfin retentir dans les entrailles du Parc OL. Construit dans le but de permettre à Lyon de se développer sur les aspects économique et sportif, le grand stade vit un moment charnière avec l'arrivée de la Ligue des Champions. Le Dinamo Zagreb est désigné comme le premier adversaire que les Rhodaniens défieront en Coupe d'Europe dans leur nouveau jardin. Le spectacle est à la hauteur des espérances et l'OL s'impose largement (3-0) au terme de la rencontre grâce à Corentin Tolisso, Maxwel Cornet et Jordan Ferri.

 

Quelle plus belle occasion qu'un derby face à l'ASSE pour faire tomber le précédent record d'affluence ? Face aux Verts, pour la toute première confrontation entre les deux équipes au Parc OL, 57 050 spectateurs (et pas un seul stéphanois) s'amassent dans les gradins pour encourager leur équipe. La ferveur est bien présente en tribunes, au même titre que le tension sur la pelouse. Mais Sergi Darder délivre tout un peuple de la tête après un magnifique travail de Nabil Fekir côté droit, avant que Rachid Ghezzal n'offre définitivement la victoire aux siens dans les dernières minutes de jeu (2-0). Lyon sort de ce premier derby au Parc OL de la même façon que lors du dernier à Gerland : en vainqueur !

 

En cette veille de fête des Lumières, l'OL entend bien illuminer le Parc OL à l'approche du match le plus important de sa saison. Une victoire par au moins deux buts d'écart face au FC Séville et l'OL se qualifie pour les 1/8es de finale de la Ligue des Champions. C'est un petit exploit qu'il faut aux Olympiens pour éliminer le triple tenant en titre de l'Europa League. Mais si les joueurs livrent une bataille acharnée et se dépouillent pour franchir le cap des poules, les montants andalous en décideront autrement. Lyon ne peut faire basculer la tendance (0-0) et se retrouve reversé en C3. Le Parc OL reverra donc l'Europe en 2017.

 

Le Parc OL a opéré sa mue. Après les finales de Champions Cup et de Challenge Cup en rugby, après les concerts de Rihanna, Will.I.Am et Christophe Maé, une dernière manifestation d'envergure s’est invitée au sein du complexe multifonctionnel olympien. Il s’agit du Winter Game, une rencontre qui a opposé le LHC Les Lions aux Brûleurs de Loups de Grenoble. Un derby entre deux équipes au sommet de la Ligue Magnus qui a tourné à l’avantage des Isérois (2-5). Le stade a une nouvelle fois prouvé l’étendue de ses compétences en battant le record d’affluence pour un match de hockey sur glace dans l’Hexagone (25 182 spectateurs). Une ultime prouesse qui vient clôturer en beauté l’année 2016 et qui laisse présager le meilleur pour la suite. 2016 est mort, vive 2017 !