feminines / Patrice Lair

"Partir aurait été une trahison"

Publié le 14 décembre 2012 à 12:01 par OT

L'entraîneur de l'OL féminin explique pourquoi il a finalement accepté de prolonger son contrat à Lyon.

Patrice Lair, pourquoi avoir hésité à prolonger, et qu'est-ce qui a finalement fait pencher la balance?
C'est un moment charnière de ma carrière, je vais sur mes 52 ans. Et c'est la première fois que je reste aussi longtemps dans un club. Je suis impulsif et ça peut créer des petites tensions. Même si j'ai des résultats, on est parfois content de me voir partir. Cela n'a pas été le cas dans le discours du Président Aulas, qui m'a conforté de ce côté. Tous les deux, on a une relation assez forte, on a eu de très bons résultats et connu de très bons moments. Ça a beaucoup joué dans ma prolongation. Il y a aussi ma fille qui fait ses études ici.

Et puis ce qui a beaucoup joué aussi, c'est qu'il y a ce groupe de filles qui m'ont permis  d'avoir ce palmarès. Partir comme ça, ça aurait été comme une trahison. Je n'ai pas mis le côté financier en avant. Que ce soit dans le football masculin en France, ou dans le football féminin à l'étranger, j'aurais pu prendre plus d'argent. Mais ça n'était pas l'objectif. Je voulais encore prendre du plaisir, et je pense qu'on peut encore aller chercher beaucoup de titres avec ce groupe, et faire progresser le football féminin.

On verra où je serai dans dix ans, peut-être encore entraîneur de l'OL féminin ou avec une équipe de jeunes.


As-tu eu des propositions concrètes provenant d'autres clubs?
Dans le football masculin, les propositions concrètes, c'était pour intégrer un staff. J'ai déjà été adjoint en Ligue 2, et aujourd'hui ça me semblait difficile de retrouver cette fonction. J'aime bien prendre les décisions, j'ai du mal à imaginer ne plus pouvoir former l'équipe. J'avais envie de retourner dans le football masculin, mais il y a encore beaucoup de choses à faire dans ce football féminin. J'ai aussi envie de remporter d'autres titres, et ça passe peut-être par une expérience internationale. On verra où je serai dans dix ans, peut-être encore entraîneur de l'OL féminin ou avec une équipe de jeunes. Mais ça me paraît maintenant difficile de revenir dans le football masculin.

Après avoir tout gagné avec l'OL, quels vont être tes nouveaux objectifs?
Les objectifs sont précis. Il faut améliorer la section féminine de l'Olympique Lyonnais, continuer de structurer, continuer d'être le meilleur club. Aujourd'hui, l'ambition est de devenir le meilleur club formateur en football féminin.

Ce week-end, les U19 ont battu Montpellier, j'espère qu'on sera Champions de France dans cette catégorie. J'ai changé pas mal de choses au niveau de la préformation et de la formation pour qu'on soit plus performants, qu'il y ait plus de rigueur, qu'on soit dans la ligne de conduite de l'équipe première.


Y a-t-il des mouvements à venir dans l'effectif ?

Dans mes discussions avec le Président Aulas, j'ai déjà programmé des arrivées pour la saison prochaine. Il y aussi des filles que je ne garderai pas. Certaines arrivent en fin de cycle, et il faut trouver autre chose. Garder une ossature, un collectif, comme on a depuis trois ans, et essayer d'améliorer pour rester en haut et avoir cet objectif de tout remporter.