masculins / OL - Nancy J-1

Pas de coup frein face à des Nancéens sans point!

Publié le 19 août 2005 à 15:32 par R.B

[IMG6418L]Au <b>Stade de Gerland</b>, la saison dernière, les Lyonnais ont battu les 3 promus : St-Etienne 3 à 2, Caen 4 à 0 et Istres 2 à 1. Les Lorrains de l'ASNL, champions sortants de L2, repartiront-ils de l'enceinte olympienne avec 0 point ? Tous les indicateurs semblent le prévoir. L'équipe de <b>Pablo Correa</b> a perdu ses 3 premiers matchs ; elle n'a pas beaucoup de joueurs d'expérience...

Au Stade de Gerland, la saison dernière, les Lyonnais ont battu les 3 promus : St-Etienne 3 à 2, Caen 4 à 0 et Istres 2 à 1. Les Lorrains de l'ASNL, champions sortants de L2, repartiront-ils de l'enceinte olympienne avec 0 point ? Tous les indicateurs semblent le prévoir. L'équipe de Pablo Correa a perdu ses 3 premiers matchs ; elle n'a pas beaucoup de joueurs d'expérience ; ces dernières recrues (Kim, Lassissi, Bakari manquent encore de souffle) ; le buteur Kroupi purgera son 3ème match de suspension après s'être pris pour un lama en voyant le visage du Monégasque Squillaci ; Chrétien est une nouvelle fois forfait (douleur au pied) ; Keita aussi… Bracigliano est douteux… Doumeng n'a pas été retenu dans le groupe des 18 qui s'envolera à destination du Rhône. Le 17ème budget de L1 (21 M d'euros) ne s'avoue pas pour autant vaincu et ne semble pas totalement convaincu par la nouvelle version lyonnaise à l'image des propos de Benjamin Gavanon. « C'est moins puissant, moins solide, moins imposant comparé aux saisons précédentes. Certes, c'est costaud, mais moins dominateur. Cela manque de liant entre le milieu et l'attaque… ». Ce regard là porte forcément à des conclusions… optimistes !



La formation de Gérard Houllier, elle, monte en puissance tout en n'ayant pas encore retrouvé l'ensemble de ses formidables couleurs passées. Elle est toujours invaincue ; elle possède un redoutable buteur avec le grand norvégien Carew, capable de faire mouche sur une seule frappe ; elle bénéficie d'un gardien majuscule… Coupet est toujours là pour sortir un arrêt décisif. N'a-t-il pas protégé les succès contre Le Mans et Strasbourg, sans oublier le point du nul à Marseille… Juninho, son artiste brésilien, aura les 90 minutes phocéennes dans les jambes pour l'aider à apporter toutes les facettes de son talent contre les Lorrains… Malouda, Wiltord seront sur leur lancée convaincante du match en bleu face aux Ivoiriens… Et puis, plus les jours passent, plus les matchs s'enchaînent et plus le collectif mis en place par l'ancien manager de Liverpool va trouver sa vraie dimension ; plus la condition physique du groupe sera à son apogée. Certes Essien a définitivement la tête… et les jambes ailleurs. Le départ du bison soulève le problème de son éventuel remplacement à un même niveau de compétences. Quand ? Qui ? Attendons la fin du mois d'août. Abidal est toujours à l'infirmerie… Le genou de Diarra inquiète. Une véritable mauvaise nouvelle, ce genou récalcitrant du Malien qui le contraint à déclarer forfait samedi soir. En souhaitant qu'il soit de retour très rapidement. Comment se passer longtemps de ce formidable joueur ?



En attendant le visage définitif du quadruple champion de France, place donc à Nancy. Que peut craindre l'ogre français de ces dernières saisons en accueillant ce petit poucet ? Que celui-ci n'aura rien à perdre à l'occasion de ce déplacement. Gérard Houllier ne dit pas le contraire. « Chaque équipe qui vient à Lyon, tente de prendre au moins un point. Pour elle, c'est du bonus… ». Il aurait pu ajouter qu'il faudra éventuellement se montrer patient avant de prendre les devants. Coupet l'exprime ainsi. « Soyons attentif et efficace avant de faire sauter le verrou… ». Ce verrou que tire trop souvent les visiteurs. «Les Nancéens vont jouer le contre, mais nous avons l'habitude de ce style de comportement… ». Juninho sait qu'il pourrait débloquer les débats de son pied droit magique. Reste à déterminer le 11 de départ après avoir communiqué les 16. Essien du côté de Londres… Nilmar, à priori sur le départ… Abidal en soins… Diarra sur le flanc… il reste 18 joueurs disponibles. Gérard Houllier devra faire des choix, lui qui a utilisé à ce jour 16 éléments en championnat. Wiltord retrouvera-t-il une place de titulaire… Clément sera-t-il titularisé dans la mesure où Pedretti remplacera Diarra… Monsoreau jouera-t-il sur le flanc gauche de la défense locale, signant ainsi sa 100ème apparition en L1? Qui restera en tribune?



Nancy a toujours perdu par un but d'écart, offrant par exemple 2 buts aux Lensois sur des approximations défensives. L'entraîneur Correa a présenté plusieurs formules dont celle à 3 défenseurs axiaux, ou à 2. Des Lorrains qui se sont sud-américanisés, au-delà de leur coach, cet été avec les arrivées de l'Uruguayen Sarkissian, des Brésiliens Adailton, André Luiz et Kim. « Ce sera un match particulier pour moi. Je vais retrouver mon copain Cacapa. Avec un peu plus de concentration que lors des 3 premières rencontres et une meilleure finition, nous pouvons prendre des points à Gerland ». Cette confession est signée Silva do Nascimento plus connu sous le nom d'André Luiz, ancien joueur de l'Atlético Mineiro (72 matchs et 5 buts) ; le club du capitaine lyonnais. La dernière recrue Kim ayant lui aussi joué à l'Atlético Mineiro (55 matchs et 10 buts). « Je le connais… il est dangereux avec sa vitesse… ». Claudio Cacapa (68 matchs et 2 buts à l'Atlético Mineiro) a prévenu ses partenaires, même si l'attaquant brésilien pourrait faire banquette ! En tout cas samedi soir, quel que soit les intentions lorraines, leurs forces et leurs faiblesses, le compteur du champion doit afficher 10 points.



R.B

Sur le même thème