feminines / Coupe de France

Patrice Lair avant Montpellier

Publié le 11 avril 2014 à 20:00 par OT

L'entraîneur de l'OL féminin nous livre ses impressions sur le quart de finale de Coupe de France, et sur son départ du club en fin de saison.

Patrice, explique nous pourquoi tu quittes l'OL à la fin de la saison ?
C'était dans l'air du temps depuis un petit moment. Il y avait peut-être un peu de fatigue et d'usure, un peu moins de motivation. Il faut être réaliste, le discours passait sans doute moins bien, surtout depuis la défaite face à Potsdam. On a discuté avec le Présidant Aulas, je ne voulais pas faire l'année de trop. Mais il ne faut pas croire que c'est facile de partir. Si je suis resté 4 ans à l'OL, c'est que j'y ai passé de grands moments.

Quel bilan tires-tu de ton passage au club ?
Je pars sur un bilan positif. On m'a donné un certain nombre d'objectifs, je les ai tous atteints. J'ai une manière de travailler particulière mais je ne triche pas. J'ai toujours donné le meilleur de moi-même, avec mes qualités et mes défauts. Ma plus grande émotion restera peut-être le titre officieux de Champion du Monde remporté au Japon, parce qu’on avait tout donné pour remporter ce trophée. Je me souviens avoir craqué et être allé pleurer dans les vestiaires après la finale. Il y aussi bien sûr ces deux Ligue des Champions qui resteront des moments très forts.

Comment vas-tu gérer cette fin de saison particulière ?
Il faut penser à remporter ce doublé pour le club. On a le potentiel, les joueuses, l'équipe pour le faire. Même s'il y a de la fatigue, on doit être capable de se sublimer pour battre cette équipe de Montpellier et aller au bout.  Je vais faire le maximum et j'espère que les filles aussi.

Comment vois-tu ton avenir ?
J'espère que quelqu'un saura me donner autant d'ambitions et de motivation que le Président Aulas, quand il est venu me chercher en Afrique. J'ai besoin d'un challenge, de quelque chose de motivant pour exprimer mes qualités d'entraîneur.

Sur le même thème