masculins / Sur la route

Patrick Baldassara, l’artiste

Publié le 10 octobre 2011 à 10:14 par CC

C’est dans les Hautes Pyrénées, à Tarbes, que l’on a retrouvé l’ancien défenseur de l’OL.

A bientôt 60 ans, il baigne toujours dans le football mais s’est découvert une nouvelle passion : la musique...Première diffusion, ce soir à 19h45 dans OL System.

Patrick, quels souvenirs gardez-vous de vos années à l’Olympique Lyonnais ?
Lyon, c’est toute ma jeunesse et l’OL est bien évidemment le club de mes premières années et de toute ma formation. Je n’oublie pas que c’est le papa de Raymond Domenech qui m’avait repéré et convaincu de venir jouer à l’OL. A l’époque, je ne savais pas qu’on pouvait vivre de sa passion. J’ai passé de grandes années chez les jeunes avec notamment les deux finales de Coupe Gambardella en 1970 et 1971. Cela s’est moins bien passé lorsque j’ai commencé à jouer avec les professionnels.

  Dans quelle mesure ?
J’étais un adolescent un peu perturbé par mes problèmes de jeunesses et la disparition soudaine de ma mère. Je vivais mal la critique. J’ai rapidement eu des problèmes pour  me situer lorsque j’évoluais à Gerland. J’ai finalement été prêté à Angoulême lors de la saison 1976-77 en compagnie d’un autre lyonnais, Robert Valette. A mon retour, je pensais pouvoir jouer mais l’entraîneur de l’époque, Aimé Jacquet, ne croyait pas en moi. Il a fallut donc faire de nouveau mes valises et rejoindre Montpellier en 1978 où j’ai vécu les premières années de présidence de Loulou Nicollin. On avait même éliminé, l’OL l’année suivante en Coupe de France. Après un passage à Orange, j’ai achevé ma carrière à Tarbes où j’occupe encore aujourd’hui des fonctions dans le club.

Parlez-nous de votre nouvelle passion nouvelle pour la musique...
J’ai toujours aimé chanté. Je me souviens notamment d’un derby à Geoffroy-Guichard dans les années 70 où je m’étais surpris à reprendre le fameux « Qui c’est les plus forts évidemment c’est le Verts... ». Je chantais alors que nous allions entrer sur la pelouse. C’était même communicatif, puisque Raymond avait repris en chœur. Depuis plusieurs années, je m’accompagne à la guitare et je reprends pour le plaisir quelques chansons. D’une certaine manière, la musique et le football ne sont pas très éloignés. Il y a de l’émotion et aussi cette passion qui nous habite.

Sur le même thème