masculins / Championnat

Patrick Müller : "Faire mieux que l'an passé"

Publié le 18 juillet 2006 à 20:34 par BV

C'est l'heure de la reprise pour Patrick Müller. Après ses 3 semaines de vacances, le Suisse évoque son retour à Tola Vologe et le parcours de sa sélection en coupe du monde. Il nous révèle également ses objectifs pour la saison 2006/2007.

Comment avez-vous vécu cette reprise ?
C’était dur (rires). Je me suis déjà entraîné ce matin sous une grosse chaleur .Même si ce second entraînement eut lieu assez tard, il faisait encore lourd. Les jambes aussi étaient lourdes. Les derniers tours furent difficiles mais cela a dû être dur également pour les autres lorsqu’ils ont repris. Il faut en passer par là.

La coupe du monde est-elle oubliée ?
Non pas encore. J’ai l’impression de n’avoir pratiquement pas eu de coupure. Même si j’ai eu 3 semaines de vacances, le foot était toujours présent avec le mondial. Il y eut seulement 7 jours sans foot. C’est passé très, très vite.

Avez-vous continué à regarder les matchs ?
Oui, j’ai notamment regardé la finale dans ma belle famille en Italie. J’étais forcément partagé.

Est-ce une déception de ne pas être allé plus loin ?
Oui, ce fut une déception. L’Ukraine était vraiment une équipe à notre portée. Les tirs au but constituent toujours une loterie mais sur le match, nous n’avions rien à envier à cette équipe. Nous aurions pu aller plus loin et rencontrer l’Italie qu’on avait jouée en amical avant la coupe du monde. Il y a donc beaucoup de regrets mais ce fut tout de même une belle expérience. Je me réjouis pour l’avenir avec cette équipe et la jeune génération.

D’autant plus que l’Euro se déroulera à domicile…
Oui même s’il ne faut pas être trop euphorique. On a vu que les quatre dernières équipes en course lors du mondial étaient toutes européennes. Cela va donc être dur mais toute la Suisse se réjouit de cet événement.

Est-ce une fierté que d’être un pilier de la défense de la première équipe éliminée sans encaisser de but ?
J’aurais préféré qu’on prenne des buts et qu’on aille plus loin. C’est bien entendu assez rangeant d’être éliminé sans avoir encaissé de but mais il ne faut pas retenir ça. Il faut désormais se plonger dans le championnat qui va commencer et dans la longue saison qui nous attend.

Comment envisagez-vous cette saison ?
Assez longue. Il y a beaucoup de joueurs dans l’effectif. On verra ce qui se passera d’ici au 31 Aout. Pour l’instant il faut travailler pour passer le difficile cap de la reprise puis profiter de la possibilité de jouer dans ce club.

Vous parlez du 31 août, cela signifie-t-il que votre situation pourrait évoluer ?
Non. Je ne parle pas seulement pour moi mais pour le groupe. Certains joueurs vont tout d’abord revenir avant la fin du mois. Par la suite, il pourrait y avoir des transferts. C’est toujours ainsi lors de l’intersaison, lorsque le marché des transferts est ouvert. Il peut encore se passer beaucoup de choses.

Sébastien Squillaci est un défenseur central. Comment voyez-vous son arrivée ?
Il n’y a aucun problème. Lorsque je suis venu ici, je savais qu’il y aurait de la concurrence. Je ne me pose pas trop de questions.

Quel est l’objectif principal ? Le sixième titre ?
Pour moi ce sera le sixième mais pas avec le même club. L’objectif est avant tout de faire mieux que l’an passé et progresser. C’est de plus en plus difficile de confirmer chaque année le titre acquis. Ce sixième titre devrait être plus dur que les années précédentes. Il ne faudra surtout pas se dire que le record a été battu et se reposer. Cela va être difficile mais tout le monde en est conscient. On va également disputer la Ligue des champions, la coupe de France et toutes les compétitions qu’il est possible de gagner.