masculins / Milan AC - OL

Petit tour dans la presse...

Publié le 04 avril 2006 à 11:33 par BV

En raison du mouvement de grève de ce mardi 4 avril, peu de quotidiens étaient aujourd’hui disponibles.

Le Progrès titre en Une : « OL : rendez-vous historique ». Le quotidien régional souligne l’importance de l’événement en affirmant : « C’est le grand soir» avant de renchérir : « l’OL tentera ce soir face au Milan AC de s’asseoir à la table des grands d’Europe : la mission s’avère périlleuse mais pas impossible ».
Tout en notant que « le stade de Milan est un monument du football », Christian Lanier constate que « l’OL ne pouvait rêver d’un plus bel endroit, d’un site aussi fascinant pour jouer le match le plus exaltant de son histoire ». Il prédit que « toute la ville de Lyon va s’arrêter d’un coup, au rythme du ballon, toute la ville de Lyon, relayée par la France entière ».
Le journaliste termine sur une note optimiste : « si les Lyonnais font abstraction du cadre, ils auront des chances de réussir leur mission et de rejoindre leur ville en héros ». Jean-François Gomez met cependant en garde contre un « Chevtchenko prêt à bondir ». L’Ukrainien, « buteur d’exception » semble n’avoir pas oublié l’échec face à Liverpool et « s’apprête à faire des misères à l’OL ».
Enfin Jean-Michel Larqué, témoin de ce quart de finale, donne l’une des clés de la rencontre : l’ « Important est de bien commencer ».

Le Figaro Lyon affirme quant à lui que « L’OL est condamné à l’exploit s’il veut poursuivre son aventure, plutôt que de visiter un grand monument en passant » avant de renchérir : « l’OL va devoir réussir une performance énorme pour continuer sa route en C1 ». Espérant une réponse positive, Thibaut Danancher se demande : « les Lyonnais auront-ils les épaules assez larges pour ne pas céder à la pression de ce grand rendez-vous ? » Il conclue en mettant l’accent sur le formidable engouement populaire que fait naître la campagne continentale des Gones : « ce soir, l’OL aura l’occasion d’écrire une nouvelle page de son histoire. Et peut-être de s’incruster durablement dans les cœurs de la France ».

Réaliste sur la difficulté qui attend les Lyonnais, UEFA.com prédit que « l’Olympique Lyonnais n’aura pas la tâche facile lors de son déplacement à San Siro » tout en soulignant la proximité de l’exploit : « l’Olympique Lyonnais est à 90 minutes d’une bonne place dans la légende du football français ». « Le site du football européen » fait de ce face à face un duel entre deux équipes aux palmarès bien différents. En rappelant que « le Milan AC s’est déjà hissé à 10 reprises dans le dernier carré contre aucune pour l’OL », il qualifie cette rencontre de « querelle entre anciens au palmares long comme le bras et des modernes aux dents à peine moins courtes » et replace ce match au centre de l’histoire du club rhodanien. Il pourrait être le 8e club français à atteindre les demi-finales de la plus prestigieuse des compétitions continentale. Ce soir , « la frontière sera ténue entre l’histoire et l’ordinaire ».
Pariant sur une titularisation de Benoit Pedretti en lieu et place de Tiago, UEFA.com titre : « Benoît Pedretti contre-attaque » et souligne que le milieu de terrain olympien « pourrait être ainsi récompensé de sa patiente par une demi-finale de champions league ».

Faussement interrogatif, L’Equipe.fr se demande s’il s’agit pour l’OL du match référence tant attendu en titrant : « le grand soir ? ». En référence à l’émission télévisée phare des années 80/90, le site internet replace l’OL face à son destin, « Lyon : l’heure de vérité », avant d’affirmer que « pour voir son rêve devenir réalité l'Olympique Lyonnais doit réaliser un grand match ». Pour David Michel, la solution au problème rossoneri est simple : « éviter tout respect de l'adversaire, ne pas laisser les Milanais contrôler le rythme de la partie et profiter des contres pour marquer un but. En un mot, se lâcher ».
L’article se poursuit sur une note résolument optimiste : « Lyon possède en son for intérieur un peu plus d'espoirs que d'inquiétudes ». Les hommes de Gérard Houllier pourraient « en profiter pour lâcher les chevaux et provoquer du grabuge face aux "Papys" que composent la défense milanaise ». La tâche s’annonce ardue : « La marche à gravir est conséquente, peut être historique ».
Sur le même thème