masculins / Pendant la tr�

Pierre Alain Frau, spectateur d'une fin de saison

Publié le 29 avril 2005 à 15:35 par AT

[IMG5446L]Il a fêté ses 25 ans ce mois-ci, mais sans doute pas de la façon dont il l'aurait souhaité... <br> Le retour d'Eindhoven a été douloureux pour tous, plus encore pour lui, mollet claqué, saison terminée... <br> Nous avons rencontré Pierre-Alain Frau en salle de soins ce matin, il prend son mal en patience, mais toujours avec le sourire !

Il a fêté ses 25 ans ce mois-ci, mais sans doute pas de la façon dont il l'aurait souhaité...

Le retour d'Eindhoven a été douloureux pour tous, plus encore pour lui, mollet claqué, saison terminée...

Nous avons rencontré Pierre-Alain Frau en salle de soins ce matin, il prend son mal en patience, mais toujours avec le sourire !



D'abord, est-ce que tu te souviens exactemment comment tu t'es blessé ?

Oui, bien sûr ! Je ne risque pas d'oublier ! Sur une action anodine, un ballon en hauteur, je saute, et j'ai senti quelque chose de pas normal. J'ai compris tout de suite. J'avais eu le même genre de choses aux ischios jambiers, je savais à quoi m'attendre.



Comment tu te sens, moralement ?

En fait, ça va. Le plus dur c'était là bas à Eindhoven. Pour nous, c'était LE match de la saison, et je n'étais pas là. Enfin si, mais impuissant. On avait à coeur de passer, et j'ai dû les laisser tout seuls. Ce n'est pas vraiment que j'ai culpabilisé, mais c'est surtout que j'aurais aimé les aider, être sur le terrain.



Et physiquement ?

La semaine dernière je ressentais encore une douleur en marchant. J'avais des soins à base de physiothérapie, d'application de glace. Maintenant, ça va mieux. Je commence la détente du mollet, les massages. On va ensuite gérer suivant la douleur. Hier par exemple, j'ai fait du vélo, mais aujourd'hui je sentais mon mollet un peu moins bien. Je vais donc rester calme jusqu'en début de semaine prochaine. Après ce sera le reprise classique: vélo, course petit à petit...



Objectif ?

Là c'est clairement de préparer la saison prochaine. S'il y avait eu une finale de Ligue des Champions, j'aurais tout fait pour en être. J'aurais été plus vite. Mais là, je ne veux prendre aucun risque pour jouer un quart d'heure du dernier match. Je me laisse le temps.



En ton absence, comment tu juges tes coéquipiers ?

J'ai vu le match du PSG des tribunes, pour la première fois, puisque jusque là, j'avais tout joué. On voit bien !!! (rires) L'équipe a joué de malchance. Au vu du match, au aurait dû gagner, mais en deuxième mi-temps, le PSV était dans les jambes... Maintenant, ils ont fait un gros match à Auxerre. Les performances de Lyon ne surprennent plus. Pas moi en tout cas. Le plus bizarre en fait, c'est d'être spectateur, plus acteur. C'est le plus désagréable dans les blessures. Un mauvais moment... Mais ça fait partie de la carrière d'un footballeur.





AT