masculins / OL - Caen J-2

"Plus de pression que l’année dernière"

Publié le 19 mai 2011 à 15:31 par EC

Jérémy Toulalan, revenu sur les terrains à Brest après sa blessure, est également revenu devant les journalistes après la séance d'entrainement du matin à huis-clos...

L’OL a son destin entre ses mains
« C’est sûr que la défaite de Paris hier est un bon résultat pour nous. Mais, pour autant, tout reste jouable. Il n’y a qu’à voir la fin de la saison dernière : avant la dernière journée, on était quatrièmes, on n’avait pas notre destin entre nos mains et pourtant on se qualifie en Ligue des Champions. Cette saison, tout est remis en question après chaque journée. Après Brest, tout le monde a dit que c’était une contre-performance. C’est vrai qu’on devait gagner : on a bien commencé, mais après avoir marqué, on se doit d’avoir plus de maîtrise. Maintenant, il va falloir être costaud, et remporter les deux derniers matches. On doit d’abord s’occuper de nous, et même si Paris semble avoir un calendrier plus compliqué, on a vu que tous les matches étaient difficiles. Ce ne sera pas évident. Mais on a prouvé qu’on avait du mental, et on a l’expérience de ces matches à enjeu. Aujourd’hui, on est focalisé sur la rencontre de samedi. Caen une équipe comparable à Brest : joueuse, généreuse. Mais si dans l’état d’esprit, on est présent, il ne peut pas nous arriver grand-chose. Après, c’est sûr qu’on préfèrerait être sûrs d’être troisièmes après ce match. Mais, si ce n’est pas le cas, on ira se battre à Monaco. » 

Une saison usante
« Je le confirme ! Ce n’est pas une année excellente : si on termine troisième, c’est le minimum dans un club comme Lyon. Et on ne pourra pas dire qu’on a fait une belle saison puisqu’on n’aura pas de titres. Mais, actuellement, c’est ce qu’on peut faire de mieux. Il ne faut pas oublier qu’on a été dix-septièmes, et qu’aujourd’hui, on est dans le trio de tête : c’est un petit exploit. Un championnat, ça se gagne sur la durée. Nous, on a raté le début de saison, et on a dû fournir beaucoup d’efforts pour revenir, et c’était dur nerveusement, mentalement. Et, bizarrement, bien que l’on ait notre destin entre nos mains à l’heure actuelle, on ressent plus de pression que l’année dernière… Le contexte est également difficile, mais il ne faut pas rejeter toutes les fautes sur le coach, c’est trop facile. C’est la faute à tous les joueurs également, et moi le premier. Chacun n’a pas été à la hauteur à un moment donné. Et, si le coach est critiqué, c’est aussi de notre faute. »

L’attaque lyonnaise en chantier
« Bafé (Gomis) va nous manquer. Il nous sert de point d’appui, il garde bien les ballons. Il a énormément progressé et nous a beaucoup aidés depuis le début de la saison. Mais on a vu contre Marseille qu’on était capables de produire de belles phases de jeu, et il faudra le reproduire contre Caen. Par contre, le retour de Licha est forcément une bonne chose. Il pousse l’équipe vers le haut, tant par son jeu que par son envie et son comportement. »

Lille, un beau champion
« Dans l’ensemble, ce sont eux qui ont le mieux joué. Ils ont également un bon gardien, que j’apprécie. Leur doublé me rappelle quelques souvenirs, et ça fait mal… Sur le papier, ils ont onze titulaires qui ont fait leur trou. Et à chaque poste, on sait qui y joue, alors que dans les autres équipes, ça a beaucoup tourné. Ils ont également eu de la chance qu’ils n’aient pas eu beaucoup de blessés. »

Ses prises paroles dans le vestiaire
 « Je le fais plus qu’avant. Mais je ne suis pas une grande gueule, ce n’est pas ma nature. On voudrait peut-être que je parle plus, mais je ne suis pas comme ça. Mais, si j’ai des choses à dire, je les dis. Après, je parle surtout aux jeunes. Ils ont de la qualité, et nous ont beaucoup apporté cette saison, donc je pense que c’est important de discuter avec eux. »

Sur le même thème