masculins / OGCN - OL J-4

« Plus le droit à l’erreur »

Publié le 30 mars 2011 à 17:20 par R.B

Le défenseur Pape Diakhaté est passé par le point presse avant l’entrainement du jour… Le match à Nice… la fin de saison… son cas personnel… la concurrence…

 Il a joué avec le Sénégal en fin de semaine dernière. Un succès 1 à 0 face au Cameroun devant 80 000 spectateurs. « La sélection est en phase de reconstruction. Ce succès est donc très positif. Elle va nous aider à franchir une étape. Et cela fait aussi du bien au peuple sénégalais… Moi, je serais malheureusement suspendu pour le match retour ».

Après cet intermède international, place au club, à la fin de saison et à ce match à Nice. « On a rechargé les batteries ; on s’est vidé l’esprit avec nos sélections. On sait qu’il ne reste que 10 matchs à jouer. Cette fois, c’est vraiment le sprint final. Plus le droit à l’erreur. Est-ce effrayant ? Non. C’est très excitant. On est dans le rôle du chasseur. C’est une position qui nous va avec notre expérience. On sait ce qu’il y a à faire. Il faut assumer. Il faut gagner le maximum de matchs. Il faut gommer les erreurs commises contre Rennes par exemple. Ce match a été frustrant… »

C’est très excitant. On est dans le rôle du chasseur. C’est une position qui nous va avec notre expérience. On sait ce qu’il y a à faire. Il faut assumer.

Alors évidemment, la question fuse sur la possibilité du titre. « Il ne faut pas cogiter. On a des concurrents qui sont des humains avec des hauts et des bas. A nous d’en profiter. En premier lieu, le plus important c’est de participer à la prochaine ULC. Ensuite pourquoi pas obtenir le titre… ». Ce titre pourrait passer par Nice. « On sait ce qui nous attend. Ce sera très difficile, même si l’OL sera favori sur le papier. Il faudra être présent dans l’engagement. De toutes les façons, chacun des 10 matchs peut être une finale pour nous ; ce seront 10 matchs européens. Oui, ce sera aussi une revanche par rapport à l’élimination en Coupe de France Et un match nul serait une contre performance. Si nous ne prenons pas les trois points, ce sera compromis pour le titre… ».

L’OL est donc lancé dans ce sprint final avec l’handicap que l’on connait. L’OL où Pape est prêté jusqu’à la fin de saison avec un option d’achat. Pense-t-il à son cas personnel ? « Cela ne me trotte pas dans la tête. Je veux avant tout être performant sur le terrain. Après, il y a des gens aptes à juger, à prendre les décisions. Je veux juste faire mon job du mieux possible. Je ne joue pas mon avenir sur ces 10 matchs… Vous savez, j’ai 26 ans… Que ma famille soit en bonne santé, c’est le plus important… ».

Au-delà de son avenir, il y a aussi cette concurrence dans l’axe central avec 3 joueurs pour 2 places. «Oui, à Nice, on sera 3 pour ces 2 places.. comme souvent depuis que je suis à l'OL. On respectera le choix de l’entraineur, même si c’est dur de se retrouver sur le banc. Je ne suis pas né pour être remplaçant. Etre pro, c’est respecté les choix de l’entraineur. On sait qu’il y a plusieurs possibilités pour composer l’équipe… Cela ne fait plaisir personne de rester sur le banc… » La concurrence, c’est notamment Cris. Pas question de faire dire à Pape quoi que ce soit sur ses préférences pour le partenaire de l’axe. « No comment… Moi, je ne m’exprime sur ce genre de sujet. Cris, je le respecte beaucoup en tant qu’homme et tant que joueur. Il a tout prouvé, tout gagné avec l’OL… ».

Enfin sur Yoann Gourcuff, Pape pense qu’il y a une machination des média. « Ce n’est pas un surhomme ; la presse est sado maso. En ce moment, cela va un peu moins bien, mais il travaille tous les jours. Le fait qu’il est marqué face au Luxembourg et qu’il n’est presque pas joué contre la Croatie devrait lui avoir fait du bien. Il aura notamment du jus ».

Sur le même thème