masculins / Yoann Gourcuff

“Porté par ma passion pour le foot”

Publié le 18 juillet 2013 à 18:40 par RB

Yoann Gourcuff

8 photos

Retour avec Yoann Gourcuff sur le début de saison Lyonnais et sur son état de forme…

JFK Airport, New York, avant l’embarquement à destination de Francfort. Le stage est terminé; les Lyonnais s’apprêtent à retrouver Lyon. Tour d’horizon avec “Yo”. Le mot plaisir va revenir très souvent dans ses propos comme cette notion de collectif qu’il met toujours en avant.

Que t”inspire cette ville de New York, les Etats-Unis?
“Déjà de bons souvenirs sportifs puisque nous avions gagné la saison dernière le Trophée des Champions face à Montpellier. Cette année on a bien travaillé dans de superbes conditions. C’était sympa, cela change du cadre habituel. Après, je ne connais pas vraiment New-York ni les Etats-Unis. Je suis aussi allé à Miami. Vivre içi? Je n’ai rien contre comme cela… c’est à voir”.

Quel bilan fais-tu des deux stages ?
“Je préfère la formule avec deux stages plus courts. C’est mieux au niveau de la qualité, de la concentration. On commence à être plus affûtés. C’était très intéressant avec deux stages différents. A Tignes, on a plus fait un travail de foncier et d’endurance. A New York, on a été plus dans le jeu, sur les automatismes offensivement et défensivement. C’était axé sur le travail collectif”.

Comment te sens-tu personnellement?
“Ca va. J’ai eu 20 jours de vacances. Avec le ballon, les sensations sont bonnes. J’ai l’impression que le groupe a globalement moins souffert que la saison dernière… Il faudra voir comment il va encaisser les efforts sous la chaleur, le décalage horaire. Je n’ai pas l’impression que certains joueurs soient atteints physiquement”.

Comment expliques-tu que tu sois monté l’Iseran nettement plus lentement que l’année dernière?
“L’année dernière, j’étais resté sur le 2ème plateau. Cette année, j’ai gardé le plus petit plateau et j’ai donc plus mouliné. L’effort était différent. J’allais moins vite, mais j’ai tapé au niveau de la fréquence. Cela a été très positif. Et n’oublions que l’année dernière, j’étais arrivé à Tignes en ayant fait une mini préparation. Cela n’a pas été le cas cette fois-ci, même si j’ai fait du sport, ce dont j’ai besoin y compris en vacances”.

La vision de ton football a-t-elle changée?
“Elle n’a pas changé. Elle correspond à mes qualités. Je veux faire jouer, et jouer, avec mes coéquipiers, avoir des automatismes. En un mot, se faire plaisir les uns avec les autres en étant rigoureux. C’est un idéal. Je suis porté par ma passion pour le foot. Je veux être toujours disponible pour l’équipe, toujours en mouvement. Et je ne souffre pas de faire des efforts. Il faut rester concentré, appliqué”.

Est-ce-que l’on peut de définir comme sportif plus que footballeur?
J’aime le sport en général; j’ai besoin de faire du sport. Mais ma passion, c’est le foot. J’ai besoin du ballon; j’aime son contact, être en harmonie avec lui et en faire ce que je souhaite”

Tu raisonnes énormément en parlant de foot.  As-tu des schémas que tu cherches à reproduire?
“J’ai des situations d’entrainement et de matchs où cela s’est bien et mal passé… Il y a des images qui reviennent”.

Un bilan des deux premiers matchs amicaux?
“Ils ont été différents. En Pologne, cela a été satisfaisant sans l’efficacité offensive. On a pris du plaisir. Face au Red Bulls, on a manqué de constance. On n’a pas vraiment contrôlé le match alors qu’il y avait des possibilities de faire mieux avec et sans ballon. On a eu des bonnes périodes et d’autres moins bonnes. Il y avait la place pour jouer et se faire plaisir”.

Ton but?
“Cela fait toujours plaisir; c’est bon pour la confiance. Les gens regardent beaucoup les statistiques. Moi, pas. Franchement, j’ai pris plus de plaisir avec mes coéquipiers dans la 2ème mi-temps du premier match”.

Quelles impressions ressens-tu en jouant avec d’aussi nombreux jeunes joueurs?
“Quand moi, j’avais le même âge que ces joueurs, ce n’était pas tout à  fait le même cas. Il y avait plus de joueurs “expérimentés” autour de moi. Mais, c’est bien. Ces jeunes sont appliqués, concentrés… Il faut qu’ils continuent en s’appuyant sur le collectif. Moi, je n’ai pas un rôle particulier auprès d’eux. Je souhaite simplement leur apporter mon envie de prendre du plaisir et qu’ils sentent qu’ils peuvent compter sur moi sur le terrain. Je suis là, disponible, prêt à les aider  s’ils sont par exemple dans le pétrin dans certaines situations. Mais cela ne doit pas empêcher la prise de risques, en dosant, dans les zones de decision”

En début de saison que se dit Yoann Gourcuff ?
J’ai juste faim de ballons; j’ai envie de le toucher un maximum pour retrouver mes sensations, puis de retrouver des sensations techniques avec les autres sans négliger le côté physique. Il est important dans cette période. Il faut acquérir de bonnes bases techniques et physiques sans se mettre dans le rouge”.

Photos

Yoann Gourcuff

8 photos