masculins / Le coin des filles

Portrait : Laure Lepailleur

Publié le 14 novembre 2006 à 06:30 par MG

<font color="#fe9c9c"><b>Elle a fait de la Gym, du basket... mais non ! ce qu'elle voulait vraiment c'est jouer au foot... Lorsqu'elle avait 11 ans, finalement, ses parents ont cédé !</b></font>

10 sélections en Equipe de France A, Championne d'Europe 19 ans, Laure Lepailleur fait partie de l'effectif OL depuis cet été. Titulaire six matchs sur six, la jeune normande de 21 ans, fan de CRIS, se construit à Lyon une carrière d'entraîneur ou de préparateur sportif.
1 m 71, née le 7 mars 1985, à Bernay dans l'Eure, elle était en juillet cette année dans le gros colis en provenance du FC Montpellier avec Hoda Lattaf, Sonia Bompastor et Camille Abily.
A son arrivée, l'étudiante s'est incrite sur le plus gros campus universitaire lyonnais... à l'UFRAPS de la Doua... Elle espère obtenir une licence Entraînement Sportif à la fin de l'année scolaire.
Les cours le matin, l'OL l'après-midi. Laure s'occupe déjà de préparation physique... celle de quelques filles du sport-étude OL... plusieurs soirs par semaine. Et quand les entraînements des jeunes sont terminés, un autre commence... le sien. Car cette année, Laure veut tout gagner. Elle qui a déjà connu les joies de la victoire est titulaire indiscutable au sein de l'effectif olympien. Son modèle n'est autre que CRIS.
Aujourd'hui est un grand jour pour Laure qui se rend à OL Conduite et s'apprête à passer son premier cours de conduite. L'occasion pour nous de faire avec elle un petit bout de chemin...

Laure, racontes nous ton parcours de foot ?
Au début c'était très difficile. Mon père ne voulait pas. Le foot ce n'était pas trop pour les filles. Mais à partir du moment où mon frère a arrêté, mon père a finalement accepté que je joue. J’ai réellement commencé à 11 ans. Je jouais d’abord avce mes copains près de chez moi, après j’ai fait 3 ans avec les garçons à Bernay (en Normandie) et 3 ans dans une équipe de filles à Evreux. J’ai été ensuite recrutée à Clairefontaine où j’ai intégré tout de suite l’équipe du centre. J’y suis restée 2 ans. Après je suis partie à Montpellier une saison et maintenant me voilà à Lyon.

Ca te fait réagir aujourd’hui quand tu entends quelqu’un dire que le foot ce n’est pas un sport de filles ?
Oui. Mon père avait peur pour moi, que je prenne des coups, que je me fasse des bleus. C’était ça le problème mais il est super content maintenant que je joue au fot. Ca ne le dégoute pas du tout. Lui il adore le foot de toute façon.

Tu as un sacré palmarès à ton âge. Tu y tiens ?
On se fixe des objectifs quand on est sportif. Si on ne gagne rien, on est en échec, même si on n’est pas toute seule sur un terrain. En temps que compétitrice, c’est clair que je veux gagner des titres et on est venues à quatre à Lyon (de Montpellier cet été) pour aller le plus haut possible.

Qu’est-ce qui te plait dans ton poste de défenseur ?
J’aime bien défendre, contrairement à beaucoup d’autres. J’aime bien tacler. Je préfère faire un super tacle récupérateur que… que faire une passe par exemple. De toute façon dans une équipe il faut bien qu’il y en ait qui empêche de marquer des buts ! Cris, souvent j’essaie de m’identifier à lui parce qu’il joue toujours serein, il ne prend pas de risques, il joue propre. C’est un leader et il est irréprochable dans tous ses matchs. Quand je suis à Gerland, je le regarde et je me dis à chaque fois que c’est bien joué parce qu’en tant que défenseur je m’identifie à lui. En plus quand il peut il essaie d’apporter un appui offensif. Il est vraiment bon.

Quel métier prépares-tu ?
Je me dirige vers l’entraînement ou la préparation physique. Je m’occupe déjà des jeunes à l’OL, c’est une bonne expérience. Mais pourquoi ne pas faire travailler des garçons aussi. Pour l’instant c’est rare de trouver une fille qui entraîne des garçons, mais pourquoi pas.

Qu’est-ce qui t’a fait choisir l'OL ?
En signant, on savait que l’OL est un club d’avenir. Il y a des jeunes, de la relève et donc automatiquement de la formation. C’est un club devenu européen grâce aux garçons alors pourquoi pas atteindre aussi l’Europe avec les filles ?

La galaxie OL, c’est impressionnant ?
C’est sûr que tout tourne autour de l’Olympique Lyonnais. Ici l’OL, le foot, c’est la référence. Même quand ils rencontrent une « petite équipe » le stade est plein. On voit que les gens sont à fond derrière leur équipe ! Regarde ce matin en allant à la Fac, on m’a distribué dans le métro le Journal du Match ! L’OL est partout !
Sur le même thème