masculins / Lorient - OL J-1

Pour en savoir un peu plus…

Publié le 19 janvier 2010 à 18:22 par R.B

Ce déplacement délicat en Bretagne a valeur de test pour le septuple champion de France engagé dans une course pour retrouver rapidement le podium…

 

Trois succès en autant de matchs depuis le début de l’année 2010. Trois succès en trois compétitions différentes et toujours presque autant de questions sur le futur promis aux partenaires de Lloris. La manière, il est vrai, n’a pas été encore très convaincante pour ajouter du bonheur au plaisir retrouvé de la victoire.

C’est un fait, le jeu lyonnais doit évoluer vers du mieux ; individuellement et collectivement. Au-delà des médias, les joueurs et l’entraineur olympiens l’ont reconnu. Dans la situation actuelle, l’OL a cependant besoin, avant tout, de succès. Ce succès qui permet de rester engagé dans toutes les compétitions et de remettre bientôt les pieds sur le podium de la L1, l’objectif affiché. Ce succès qui apporte sérénité et confiance.

Ce mercredi à Lorient, un drôle d’obstacle se dresse sur la route de l’ancien roi de France. L’équipe de Christian Gourcuff poursuit en effet son joli bonhomme de chemin en alliant sérieux et esthétisme sur la base d’un grosse expression collective réglée par un quasi inamovible 4-4-2. Certes, elle est dépendante du talent de Gameiro, Vahirua, Monterrubio impliqués dans 85% des buts bretons ! C’est simple, il n’y a pas un succès ou un nul sans la participation active d’au moins un de ces trois joueurs… Vahirua, souvent bourreau des Lyonnais, sera absent ; alors que Gameiro pourrait participer aux débats après avoir quitté rapidement la pelouse samedi dernier au Mans. Ces Merlus surprenants ont l’occasion de dépasser leurs visiteurs en cas de succès.

Alors quel visage lyonnais au Moustoir ? Dans son marathon de début d’année, Claude Puel doit gérer évidemment les temps de jeu pour faire souffler les corps, impliquer tout le groupe. Cela devrait concerner pour l’instant, en attendant les retours de Bodmer, Clerc et les premiers pas de Lovren, le milieu de terrain et les postes plus offensifs. Avec la question du schéma de départ, lié souvent à la présence ou non des deux attaquants Gomis et Lisandro… et si oui dans quel dispositif. En sachant que l’entraineur olympien a toujours la possibilité de modifier ses plans en cours de match. Ce qui a marché à Nancy.

« Chaque match est un match de coupe… ». Claude Puel résume ce que doit être l’état d’esprit du groupe, le déroulement d’une rencontre… et le résultat final. Un match de coupe en championnat avant deux vrais matchs de coupe dont un à Lorient 7 jours plus tard. Ce premier match de coupe est donc le moyen de doubler la cagnotte mise en jeu à Nancy…