masculins / Fiorentina - OL : 1 - 0

Pour la presse, l'OL "a manqué le coche"

Publié le 25 novembre 2009 à 11:15 par BV

Pour L'EQUIPE, qui titre « L’OL tombe sur un as », en repoussant tous les assauts rhodaniens, Sébastien Frey fut, hier, le principal responsable de la défaite des joueurs de Claude Puel à Florence. Tout en soulignant que « la première place de la poule s’est éloignée », le quotidien sportif explique que, pour finir en tête de son groupe, l’OL doit battre Debrecen dans deux semaines et espérer que la Fiorentina ne gagne pas à Liverpool. Ou alors battre les Hongrois par deux buts d’écart si les Italiens et les Anglais font match nul. Et Régis Testelin de remarquer que « l’OL n’a plus la maitrise et a perdu les clés ». Sur la prestation des Olympiens, il souligne « l’état d’esprit irréprochable et (l’) intensité au rendez-vous. Le comportement des trois milieux de terrain lyonnais fut à ce point à la hauteur de l’événement qu’il permit à l’OL de rivaliser dans le jeu pendant quasiment toute la partie. Mais ce sont les autres, presque tous les autres, à part Lloris et Cris, qui déçurent ». Il conclue son analyse en notant que « cette première défaite européenne de la saison (…) dessine quand même le profil d’une équipe lyonnaise bien loin de son meilleur niveau. Une équipe, surtout, qui ne donne pas l’impression d’une quelconque progression… »

L’EQUIPE attribue à Sébastien Frey la meilleure note des 22 joueurs titulaires, 8/10 (« Un mur nommé Frey »). Coté lyonnais, Jean II Makoun sort du lot (« Makoun a fait le boulot » : 7/10).

La déception d’Ali Cissokho est en Une du PROGRES : « L’OL perd la tête ». Le quotidien régional se désole : « l’OL s’est réveillé bien trop tard », « Lisandro, Delgado puis Ederson ont apporté mais trop tard ».

Le Jeu et joueurs met en lumière le « match vraiment solide » de Cris, crédité d’une note de 7/10. Christian Lanier revient, lui, sur la prestation de Miralem Pjanic, lequel « a fait étalage de son aisance technique pour donner des solutions, même dans la tempête ». Tout en reconnaissant qu’ « il n’a pas tout réussi », il relève que « Miralem a marqué les esprits, prouvé qu’il était un très bon footballeur (…) s’est comporté comme un grand ».

Pour AUJOURD’HUI EN FRANCE, qui affirme que « Lyon a manqué le coche », « l’OL n’a plus qu’un mince espoir de terminer premier de son groupe ». L’analyse est sans concession : « nonchalants et dépourvus de la moindre attention offensive, les hommes de Claude Puel ont perdu sans gloire. (…) Les absences de Bodmer, Clerc, Toulalan ou encore Réveillère ne suffisent pas à expliquer une telle frilosité. »

« L’OL se laisse dépasser » titre Le Dauphiné Libéré.

Libération constate que « battu à Florence, Lyon fait une mauvaise opération ».

Sur le même thème