masculins / OL - Bayern Munich

Pour la presse, "Lyon joue sa place"

Publié le 10 décembre 2008 à 11:45 par BV

La presse française évoque, ce matin, très largement la rencontre de ce soir entre l'Olympique Lyonnais et le Bayern Munich.

Ce soir, face au Bayern Munich, comme le titre L’Equipe, « Lyon joue sa place ». Sur la toute nouvelle pelouse de Gerland, il ne s’agira pas de qualification ou d’élimination pour l’OL mais de hiérarchie, il s’agira de se faciliter la vie en prévision des huitièmes de finale, afin, comme l’écrit Vincent Duluc, de « voyager en première ». Pour parvenir à leurs fins, les joueurs de Claude Puel doivent s’imposer ou concéder un match nul sans encaisser de but : « L’affaire est aussi simple que le match va être compliqué ». Tout d’abord parce que l’OL sera privé de plusieurs de ses traditionnels titulaires, blessés ou suspendus ; or, comme le note Vincent Duluc, « lorsque l’OL est délesté de certains de ses joueurs majeurs, cette saison, il fait infiniment moins peur ». Le Bayern n’a de plus pas grand-chose à voir avec l’équipe empruntée et convalescente du match aller. Et le quotidien sportif d’affirmer que « dans ces conditions, l’OL serait plutôt un outsider, face à ce Bayern qui n’est pas une machine infernale mais présente une qualité individuelle élevée ».

En l’absence de Juninho, L’Equipe s’interroge : « qui va tirer les coups francs ? » Bernard Lacombe dissèque les qualités dans cet exercice de ses suppléants potentiels.
Kim Källström : « Il est complet : il peut enrouler de près mais peut aussi frapper en force de loin. Il a vraiment une grosse puissance. »
Fred : « Il frappe davantage en force, du cou-de-pied. Quand ça passe le mur, même de trente mètres, il peut te décrocher la lunette. »
Karim Benzema : « Il peut les enrouler. Là où il est le plus à l’aise, c’est sur le coté gauche de l’attaque, plutôt de près. »
Ederson : « Il peut les enrouler mais il ne faut pas que ce soit trop loin. »
[IMG42563#R]Fabio Grosso : « Il est intéressant dans cet exercice quand le coup franc est sur le coté droit de l’attaque, et pas trop loin du but. »

Dans le deuxième volet de sa série « une semaine à Lyon », l’Equipe raconte les lieux mythiques du sport à Lyon : le stade Henri-Cochet, la Place Bellecour, le Stade Vuillermet, le Stade de Gerland, le Vélodrome de la tête d’Or, le Palais des Sports de Gerland et la maison des Sports.

En titrant « Premier, ça compte ! », le Progrès souligne l’importance de la rencontre de ce soir. Pour Antoine Osanna, l’OL sera confronté à « deux écueils majeurs » : « la qualité du jeu qu’il a tout intérêt à retrouver sous peine de ne pas exister et la perméabilité de sa défense ».


[IMG43375#L]En marge de cette rencontre, le quotidien sportif met en lumière Ederson qui « attend son jour de gloire… » « Il semble un peu comme une F1 attendant au stand que son tour de circuit arrive », écrit Christian Lanier. « Pour moi, le système de jeu n’est pas tout à fait pareil qu’à Nice, analyse le Brésilien, et puis je n’ai pas l’habitude d’enchainer les matches à cette cadence ».
Concernant son rôle sur le terrain et sa capacité à remplacer Juninho, suspendu ce soir, il explique : « je suis un coéquipier de Juninho. Il a encore les jambes, il fait des choses formidables. Et puis on ne peut nous comparer. Lui, peut être brillant quand il redescend chercher les ballons assez bas. Moi, je suis plus à l’aise quand je joue plus haut. » L’ancien Niçois confie également que son premier cadeau fut un ballon de foot, que son père lui a donné son nom en référence « au grand Eder (joueur brésilien des années 70 - 80 » et que sa préparation avant les matches est immuable : il entre sur la pelouse du pied droit et fait une prière pour la protection de ses coéquipiers mais également des adversaires…

[IMG43362#R]Le quotidien régional a également demandé à Jean-Michel Larqué, de comparer Karim Benzema et Franck Ribéry. « Les deux ont toutes les qualités du footballeur moderne, explique l’ancien Stéphanois, la vitesse, la vivacité, la technique. (…) Le grand point fort de Ribéry, c’est sa disponibilité. Benzema est un électron libre, mais pour son âge, il a une intelligence rare du jeu, une capacité de sentir quand il doit se mettre ou se remettre dans le jeu. (…) Ils ont un regard comparable sur le football, et il faut qu’ils gardent cette forme de naïveté qu’ils ont en commun, de savoir jouer pour le plaisir du jeu. (…) Benzema est un peu en avance au même âge sur Ribéry. »

Tout en soulignant que "l'OL (est) le seul club français qualifié" en huitièmes de finale, le Dauphiné Libéré prévient : le Bayern semble "sans pression". "C'est donc lové dans un bain de sérénité qu'il se déplace à Lyon pour la finale du groupe" écrit Pierrick Le Pezenneck.

Sur le même thème