masculins / ASSE - OL J-1

Pour la région… et l’Europe !

Publié le 16 mars 2012 à 20:48 par GG

Comme toujours entre Saint-Etienne et Lyon il sera question de suprématie régionale, mais ce 104e derby aura aussi un parfum de Coupe d’Europe.

 Les verts, qui n’ont plus été aussi bien placé après 27 journées depuis la saison 81/82, rêvent en effet de retrouver une compétition continentale l’an prochain. Lyon de son côté est de nouveau dans la course au podium après avoir battu Lille le week-end dernier. Cet ASSE – OL sera donc plus qu’un derby. Ca promet !

Après avoir bien négocié le tournant face à Lille et montré que l’élimination de Nicosie avait été digérée, au moins en partie, l’OL qui est redevenu un candidat crédible à la 3e place, doit désormais faire une série.  Et après le LOSC, voilà donc le 4e de ligue 1, Saint-Etienne.  Un match sur le papier qui pourrait paraître compliqué à négocier pour une équipe comme l’OL qui n’a pris qu’un point sur 15 possibles lors de ses cinq derniers déplacements et qui n’a plus gagné deux rencontres de rang en championnat depuis décembre dernier (17e J : Lorient 0-1, 18e J : Evian TG 2-1). Mais en terme de motivation, quoi de mieux qu’un bouillant derby ? Rien.

Rien non plus de mieux que Geoffroy Guichard pour lancer le sprint final lyonnais car à Saint-Etienne, l’OL est comme dans son jardin. Lyon reste en effet sur quatre victoires consécutives dans le Forez et surtout sur douze matchs sans défaite toutes compétitions confondues.

Des statistiques qui ne sont pas vraiment pour rassurer les stéphanois. Mais les verts s’appuient tout de même sur quelques certitudes. En 2012, les joueurs de Galtier surfent en effet sur une très bonne dynamique. Avec 16 points prit sur 24 possibles, Saint-Etienne va par exemple deux fois plus vite que Lyon (8 points sur 24). Les verts qui pourront aussi compter sur Aubameyang. L’actuel 3e meilleur buteur du championnat avec 11 buts, qui a enfin ouvert son compteur à domicile (triplé contre Lorient 22e J), sera clairement l’homme à surveiller par les coéquipiers de Cris. Le policier, qui fêtera d’ailleurs à cette occasion son 300e match avec l’OL, possède aussi la particularité de n’avoir jamais perdu un derby en douze rencontres face au rival stéphanois. Et si c’était lui le prote bonheur ?

Sur le même thème