masculins / OL - PSG J-2

Pour les Lyonnais, " le PSG est favori"

Publié le 22 mai 2008 à 18:28 par BV

On croirait presque qu’ils se sont passé le mot. Anthony Réveillère et Jean-Alain Boumsong sont unanimes : « pour la finale de la Coupe de France, le favori, c’est le PSG ».

« Ce n’est pas de la langue de bois, assure Boumsong. Le PSG est une équipe de coupe, les statistiques parlent en sa faveur. Les Parisiens ont l’habitude de jouer ce type de matchs puisqu’ils vont disputer leur 13e finale de coupe nationale. » Un avis que partage Anthony Réveillère : « ils ont plus d’expérience des finales que nous. C’est un événement qu’ils connaissent bien, qu’ils savent gérer. Il ne faudra donc pas se fier à nos deux succès en championnat (3 – 2 à Paris et 4 – 2 à Lyon). »

Samedi dernier, aux deux extrémités du classement de Ligue 1, Parisiens et Lyonnais ont obtenu ce après quoi ils courraient depuis le début de la saison : le maintien en Ligue 1 pour les premiers, le titre de champion de France pour les seconds. « Il y a un peu de fatigue mais l’énergie la supplante, déclare Bousmong. On va se servir de cette énergie positive, de cet enthousiasme, de cette joie pour bien finir en coupe de France. (…) Mais, si j’étais parisien, après la saison difficile du PSG, j’aurais envie de me faire plaisir, de terminer de façon formidable. »

Quoi qu’il arrive, l’équipe qui s’imposera au Stade de France, samedi, réalisera un doublé. Un « vrai » pour l’OL, qui deviendrait la 11e équipe à remporter la Coupe de France et le championnat dans la même saison (14 doublés à ce jour...); un « faux » pour le PSG, qui serait ainsi détenteur des deux coupes nationales, une performance que le club de la capitale est le seul à avoir accomplie... à deux reprises (en 1995 et 1998) ! « Le doublé nous tend les bras, dit Anthony Réveillère. Il ne faut pas avoir peur ; une finale, c’est beau à jouer. » « C’est le meilleur souvenir de ma carrière, confie de son coté Jean-Alain Boumsong, en référence au succès de l’AJ Auxerre en finale de la coupe de France face au PSG en 2003 (l’ancien Auxerrois avait même inscrit le but de la victoire à une minute de la fin du temps réglementaire). (…) J’espère que, samedi, je vais kiffer, car une finale de coupe de France est toujours un moment magique ».

Seule certitude : bien que l’histoire de la coupe de France recèle de surprises en tout genre, si les Lyonnais évoluent à leur niveau, ils ne devraient pas être très loin de ramener la Vieille Dame dans la capitale des Gaules pour la première fois depuis 1973. Anthony Réveillère : « Cela concrétiserait les efforts d’une saison. Pour cela, pour ne pas gâcher cette opportunité, il faut prendre son temps afin de bien préparer l’événement. Il ne faut pas jouer la finale avant dans les têtes ». Autre obligation pour les Lyonnais s’ils ne veulent pas se compliquer singulièrement la tâche : museler Pauleta, auteur de 28 buts en 24 matchs de Coupe de France. « Un très grand attaquant qui peut marquer à tout moment, analyse Jean-Alain Boumsong, qui, s’il est rétabli de son élongation aux adducteurs pourrait se voir confier la responsabilité de marquer le Portugais. Il peut ne pas être étincelant durant tout un match mais parvenir quand même à marquer. Beaucoup d’attaquants devraient regarder ce qu’il fait, regarder ses déplacements, son intelligence de jeu, pour s’en inspirer. J’espère pour cela qu’il fera un jour un DVD ».
Sur le même thème