feminines / WOLFSBOURG - OL FÉMININ

Que d'émotions et trois fois bravo !

Publié le 27 mai 2016 à 01:17 par SC

Les Lyonnaises ont dû attendre le dernier tir au but d’une séance irrespirable pour décrocher leur troisième couronne européenne.

Les moments forts

Les Lyonnaises n’ont cette fois-ci pas raté l’occasion d’ajouter une troisième Ligue des Champions à leur palmarès. Mais elles nous ont fait passer par tous nos états. De la joie lorsqu’elles ont sorti les griffes dès la 12ème but grâce à un déboulé impressionnant de Bremer pour servir une Hegerberg, reine des surfaces. De la confiance lorsqu’elles ont démontré une belle maitrise avec beaucoup d’occasions en prime, en première période et début de seconde. Du doute lorsque les joueuses de Wolfsbourg  ont égalisé dans les dernières secondes du temps réglementaire. De la peur au moment d’une prolongation disputée puis d’une séance de tirs au but irrespirable. Et enfin un soulagement, un intense bonheur, un sentiment de fierté lorsque Bouhaddi et Kumagai clôturaient victorieusement une finale riche en rebondissements.

Le fait du match

Les Lyonnaises sont passées tout près d’une cruelle désillusion. Après avoir pris les choses en main très tôt dans la partie et avec beaucoup de maitrise, les joueuses de Gérard Prêcheur ont reculé, reculé jusqu’à se prendre les pieds dans le tapis en toute fin de match. Un coup de poignard signé Popp, qui s’imposait dans les airs pour devancer Bouhaddi et égaliser à la 88ème minute du match… Une des très rares occasions des joueuses de Wolfsbourg qui ont cadré leur première frappe à la 72ème minute de jeu.

La stat

18 tirs

Il s’en est fallu de peu pour que les Lyonnaises paient le prix fort de leur manque d’efficacité devant la cage de Schult. Une petite réalisation au fond des filets sur les 18 tentatives olympiennes, dont 9 cadrées, alors que les joueuses de Wolfsbourg n’ont tiré que 9 fois au but, soit deux fois moins.

L’analyse de la consultante : Coralie Ducher

« La première période a été un grand round d’observation et d’attente de la part des deux équipes, qui avaient cette volonté de jouer principalement en contre-attaque. Après le retour des vestiaires, il y a eu beaucoup plus d’intensité. Les Allemandes sont clairement montées en puissance en seconde période. Elles ont su prendre le dessus physiquement en fin de match. Mais lors des prolongations, les Lyonnaises ont trouvé les ressources mentales pour répondre puis finalement concrétiser lors des tirs au but leur domination globale, et tous leurs efforts, leurs occasions, leur débauche d’énergie ».

Le clin d’œil

A elles trois, elle pèsent plus de 700 matchs sous le maillot lyonnais. Amandine Henry, 206 rencontres, Lotta Schelin, 224 rencontres, et Louisa Necib, 278 rencontres, ont joué leur dernière partition ce jeudi 26 mai 2016. Ces trois monuments de l’OL féminin ne pouvaient quitter leur club de cœur, presque leur club de toujours, sans un énième mais ultime trophée. Un dernier coup d’éclat pour soulever leur troisième Ligue des Champions, après les sacres de 2011 et 2012. Une page s’est tournée. Avec succès et des larmes de joie.


...

. FEUILLE DE MATCH .

Au Stadio Città del Tricolore, Reggio d'Émilie en Italie.

VFL Wolfsbourg - OL Féminin 1-1 3-4 TAB (0-1, 1-1 a.p.)

Arbitre : Katalin Kulcsár (HUN). Spectateurs : 16 000

Buts : Hegerberg (12') pour l'OL. Popp (89') pour Wolfsbourg.

Tirs au but : Schelin, Renard, M'Bock, Kumagai (réussis) et Hegerberg (manqué) pour l'OL ; Popp, Kerschowski, Peter (réussis), Fisher et Bussaglia (manqués) pour Wolfsbourg.

Avertissements : Necib (21'), Kumagai (44') et Abily (102') à l'OL

Wolfsbourg : Schult - Peter, Goessling, Fischer (cap.), Dickenmann - Kerschowski, Bussaglia, Bernauer (Wullaert, 74'), Blässe (Bunte, 112') - Popp, Jakabfi (Bachmann, 59'). Entr : R. Kellermann.

OL : Bouhaddi - Bremer (Thomis, 85'), Henry, Renard (cap.), M'Bock, Majri - Kumagai, Abily, Necib - Le Sommer (Schelin, 74'), Hegerberg. Entr : G.Prêcheur.

 

...
Sur le même thème