masculins / OGCN – OL

Pour que l’histoire soit belle

Publié le 17 mai 2014 à 17:20 par RB

61ème et dernier match lyonnais de la saison… synonyme d’émotions… et évidemment de conséquences heureuses ou malheureuses en raison des enjeux…

Non, l’OL n’a pas fait tout ce long chemin pour caler sur la ligne d’arrivée. Non, l’OL n’a pas surmonté toutes ses nombreuses épreuves pour terminer sur un échec. Non, l’OL ne peut rentrer bredouille et mettre un terme à 17 saisons de rang européennes en ne se qualifiant pas pour la prochaine Europa Ligue. Non, l’OL ne peut pour la dernière de Rémi Garde, un de ses fils préféré, avoir la gueule de bois. Il ne peut non plus dire adieu à certains joueurs sans faire la fête. Non, non et non.

Cinquième, il ne suffit pas de penser que cela serait juste, mérité, de le vouloir, de l’exprimer pour que cela se produise. Trop facile…Ce match, il est à jouer, à priori à gagner, pour obtenir ce fameux ticket, cher à plus d’un titre. Qu’il soit ici à Nice avec toutes les arrière-pensées générées? Oublions s’il vous plait. L’OGCN a envie logiquement de clôturer sa saison de belle manière même s’il n’a plus rien à jouer et s’il sera privé d’éléments importants (Digard, Bodmer, Ospina, Bosetti, Traoré...). Une motivation exacerbée ? Si elle existe comment imaginer qu’elle soit plus forte que celle des Olympiens en tenant compte des enjeux sportifs!

L’OL ne peut être que « surmotivé » pour cette dernière de la saison pour les raisons déjà indiquées. 90 minutes et quelques poussières pour que cet exercice soit une réussite ou un échec, cela booste les esprits et les corps où c’est à ne rien y comprendre. On imagine la fatigue bien présente, inhérente à tous ces matches. Mais, parions, même sur la jante, qu’il reste encore un peu de gomme pour huiler les qualités footballistiques individuelles et collectives du groupe. L’OL a son destin en mains ; un avantage appréciable. Certes, les deux dernières prestations se sont soldées par deux défaites sans que l’on puisse comparer celle à Marseille et la plus récente contre les Merlus. Aujourd’hui, seul le présent compte… pour parapher le futur attendu.

Ferri, Dabo, Bisevac, Fofana, Gourcuff,Tolisso absents ? Grenier encore en rodage ? Dernières épreuves à balayer pour rendre encore plus beau le final de cette saison et celui de Rémi Garde. En Août 2011, l’entraineur lyonnais avait débuté sa carrière d’entraineur au stade du Ray sur un succès 3 à 1. Une belle manière de boucler la boucle que d’obtenir ce ticket européen. L’obtenir par une victoire… ou en faisant aussi bien ou aussi mal que l’OM… peu importe. La victoire, en ce 17 mai, peut être différente.


TOUTES LES NEWS SUR OGCN - OL I  LE CALENDRIER I  LE CLASSEMENT



Sur le même thème