masculins / Nice - OL J-1

Premier ballon de titre?

Publié le 02 mai 2008 à 18:01 par R.B

Des bords du Lac Léman aux rivages de la Méditerrané, les Lyonnais passent d’un stage à la compétition. Nice, une étape importante sur la route du 7ème titre…

Place à la vérité du terrain en profitant à plein des bienfaits de cette semaine évianaise. 270 minutes et des broutilles encore à jouer dans ce championnat 2007-2008. Un seul but, le titre de champion et qu’il arrive le plus vite possible. Le suspense c’est bien pour les autres ! Les coéquipiers de Juninho savent qu’en cas de succès au stade du Ray, le sacre pourrait se fêter en éteignant la télé dimanche soir après une victoire marseillaise sur les Bordelais. Un nul entre Phocéens et Girondins ayant quasiment les mêmes conséquences en raison du goal average favorable des Olympiens. Et si jamais les hommes de Laurent Blanc l’emportaient, cela les maintiendraient à 4 points à 2 journées de la fin.

Ces 90 minutes azuréennes, pas question de les vivre à moitié comme ce fut le cas face à Caen ou dans d’autres circonstances. Sinon gare aux Niçois… Ils ne feront pas de cadeaux. Groupe de fiers guerriers cornaqués par le bouillonnant, exigeant et attachant Frédéric Antonetti, ils aiment « mordre » leurs adversaires. Et en plus de l’agressivité, ils ont ce mélange d’expérience, d’organisation et de talent (Echouafni, Rool, Balmont, Koné, Lloris…) poussés par de chauds supporters. L’0GCN, 2ème meilleure défense de L1, sera privé toutefois d’Ederson, le futur lyonnais, de Laslandes, de Jeunechamp. Attention à la vitesse et au réalisme de Koné, 12 buts dont 10 sur sa pelouse. Nice, au-delà d’un succès de prestige, peut encore espérer un ticket européen. Nice n’a jamais battu l’OL chez lui, depuis que l’OL est le roi de France… une motivation supplémentaire.

[IMG42643#R]Ce coup de collier à Nie, on l’attend malgré l’absence d’un véritable spécialiste du poste d’arrière gauche. Grosso et Réveillère suspendus, la solution de remplacement semble se porter sur le pied gauche du Suédois Källström, qui pourrait bénéficier devant lui de l’aide du travailleur Govou. Reste à savoir si « la Toule » fera son retour. Genou gauche guéri tout en étant douloureux, l’ancien canari espère jouer. Sa présence réconfortant assurément l’équilibre d’une équipe tournant trop souvent sur le courant alternatif et l’approximatif.

Pas de calculs ! Jouer à plein pour ne pas avoir de regrets, l’emporter... en sachant aussi qu’ils n’ont pas le couteau sous la gorge puisqu’ils ont droit encore au joker (nul ou défaite) lié à ces 4 points d’avance. « Cela ne dépend que de nous… ». Combien de fois avons-nous entendu ce refrain ? Effectivement, les Lyonnais sont maîtres de leur futur titre. Alors, réussir l’étape niçoise serait le pas définitif, ou presque, vers cette nouvelle couronne de Roi.
Sur le même thème