masculins / Tignes

Préparation : L’OL à Tignes, une histoire qui marche

Publié le 26 juin 2016 à 18:30 par SC

Quelques photos souvenirs de l'OL à Tignes

7 photos

A la veille du départ pour Tignes, Bernard Lacombe nous raconte cette station de haute-montagne qui accueille l’OL pour son traditionnel stage de reprise. Un lieu plein de souvenirs où les Lyonnais posent leurs bagages presque chaque été depuis une vingtaine d’années.

Quand on parle de Tignes du côté de l’OL, un nom revient sans cesse. Celui de Robert Duverne. Pas surprenant tant l’ancien préparateur physique a imaginé puis façonné les traditionnels stages de reprise dans cette station, passage obligé pour des Juninho, Anderson, Lisandro, Benzema, Cris et beaucoup d’autres grands du club.

Bernard Lacombe, lui aussi très souvent présent lors de ce rendez-vous incontournable de l’été soit dans le costume de coach soit dans celui de dirigeant, se souvient des prémices il y a un peu plus de 20 ans : « On doit tout à Robert Duverne pour Tignes. Il connaissait bien des gens de là-bas. Il a senti quelque chose quand il s’y était promené en famille. »Le projet a progressivement mûri dans sa tête pour faire de ce lieu de carte postale un cadre de préparation physique idéal. « Il a imaginé au cours de ses balades le travail qu’il était possible de faire. Il nous a donc orientés vers Tignes. »

Perchés à plus de 2 000 mètres d’altitude, le village, sa station et son climat font de Tignes un formidable outil pour habituer les organismes à l’effort intense. « L’altitude est bénéfique à court terme mais surtout à long terme. Attention pour ceux qui n’ont pas travaillé physiquement durant les vacances. C’est très difficile d’un point de vue cardiaque. Tu sens tous les jours que tu passes des paliers dans la préparation, c’est incroyable. »

Le lac à 2 100 mètres « où tu ne peux pas couper lors des footings (sourire) », le glacier, les pentes du col de l’Iseran, les rapides de l’Isère ou la pelouse du stade Eric Cantona… autant de lieux à apprivoiser tout au long du stage, loin de la fournaise de la ville. « Il fait chaud mais il reste quand même cette petite de douceur qui permet de respirer et mieux récupérer contrairement en ville où on étouffe en plein été. On se déconnecte aussi de la ville, ça fait du bien ». Tous ces atouts ont fait de Tignes la ville-étape presque incontournable de l’été olympien. « Tous les coachs ont voulu se préparer là-bas ». Et tous les joueurs en gardent de superbes souvenirs. Après la parenthèse Crans-Montana la saison passée, Bruno Genesio a donc décidé de reprendre le fil d’une histoire qui marche.

...

. L’anecdote de "Nanard" .

« C’est une année où j’étais entraîneur. On est sur la fin du stage. Les gars (Violeau, Coupet, Delmotte, Carteron…) me demandent de faire une petite soirée karaoké. Tout le monde passe derrière le micro. Ils me demandent ensuite s’ils peuvent aller boire un coup en ville. Je fixe l’heure de retour à l’hôtel à 00h. Dans la soirée, il y a un orage terrible. Je descends pour voir si les joueurs sont rentrés. L’hôtesse me dit que non. Je me suis mis dans le hall, un peu caché par la porte. Quand les joueurs ont vu que j’étais en bas lorsqu’ils sont rentrés, ils ont décidé de passer par la porte de derrière. Mais dans la journée, la terre avait été remblayée. C’était de la boue. Je les vois arriver du balcon de ma chambre. Ils n’arrivaient pas à avancer. Il avait de la boue jusqu’au genou. Le lendemain, j’ai rajouté du travail physique. Après la séance, on prend le bus pour rentrer à Lyon. 2 kilomètres après le départ, tout le monde dormait. »

...
Photos

Quelques photos souvenirs de l'OL à Tignes

7 photos