masculins / PSG - OL

PSG – OL : Paris, la bête noire qu’il faut apprendre à dompter

Publié le 17 mars 2017 à 18:00 par YM

Depuis plusieurs années et notamment avec l’arrivée du Qatar à la tête du PSG, l’OL connaît un mal fou à poser des problèmes au club de la capitale. Récapitulatif des difficultés olympiennes.

Si l’on doit citer les deux équipes qui ont fait le football français au XXIème siècle, ce sont bien Lyon et le Paris Saint-Germain. L’OL pour ses 7 titres d’affilée en championnat de 2001 à 2002 et pour ses bonnes performances en Ligue des Champions, dont une demi-finale de C1 disputée en 2010-2011. Le PSG pour ses 4 sacres de suite en Ligue 1 entre 2012 et 2016, ses 2 Coupes de France et ses 3 Coupes de la Ligue depuis l’arrivée du Qatar en avril 2011. L’arrivée du PSG version QSI (son nouvel acquéreur) a chamboulé la hiérarchie au sein du football hexagonal et a définitivement mis fin à l’hégémonie de l’OL sur le territoire français, qui avait déjà commencé à battre de l’aile quelques saisons plus tôt. Une passation de pouvoir qui se voit à travers les chiffres.

Depuis le premier titre de champion de France glané par l’OL et avant le changement de propriétaire du club parisien, le bilan total des confrontations entre les deux clubs était en faveur de l’OL (9 victoires, 7 nuls, 5 défaites). Depuis, la donne s’est totalement inversée. Lyon a perdu 9 fois, ne s’est imposé qu’à 2 reprises et a fait 3 nuls contre le PSG, toutes compétitions confondues, que ce soit à la maison ou en déplacement. Mais le bilan s’avère être encore plus négatif quand on regarde les statistiques des Gones au Parc des Princes depuis l’exercice 2011-2012. Ils n’ont jamais gagné dans l’antre du PSG sur cette période et se sont inclinés à 4 reprises pour seulement 1 score de parité obtenu. À Paris, Lyon a encaissé en tout et pour tout 13 buts et n’en a planté que 2. Pour retrouver trace d’une victoire de l’OL à Paris, il faut remonter près de 10 ans en arrière, au soir du 28 octobre 2007, où les Gones avaient battu leurs hôtes 3 à 2. Un ultime succès qui coïncide avec le dernier triomphe olympien en L1.

Sur le même thème