masculins / PSG 0 - OL 0

PSG- OL: Satisfaction ou déception?

Publié le 19 novembre 2004 à 22:56 par R.B

[IMG3850L]L'OL a gardé son invincibilité et sa cage inviolée. Mais à 11 contre à 10 pendant 68 minutes, les Lyonnais ont peut-être perdu l'occasion de prendre 2 points supplémentaires dans une rencontre qui n'aura pas atteint des sommets. Une chose est sûre: les Olympiens seront encore leaders à l'issue de cette 15ème journée...

A Paris, Parc des Princes, PSG 0 OL 0 (mi-temps : 0 à 0) ; spectateurs : 43 000; pelouse : en bon état; temps : froid; arbitre : M. Alain Sars (Lorraine)



PSG : Letizi – Pichot, Pierre-Fanfan (cap), Yepes, Armand, Mendy, Cana, M'Bami, Cisse (puis Boskovic 89ème), Reinaldo (puis Pancrate 73ème), Pauleta (puis Helder 83ème).



OL: Puydebois – Réveillère, Diatta, Cris, Berthod, Diarra, Essien, Govou (cap), Frau (puis Nilmar 62ème), Malouda, Wiltord (puis Bergougnoux 75ème).



Cartons jaunes : pour le PSG, Yepes (11ème), Mendy (27ème). Pour l'OL, Réveillère (64ème).



Carton rouge : pour le PSG, Yepes (22ème)



D'abord un coup de gueule. Comment peut-on programmer un match de football 48h après un mercredi consacré à des rencontres internationales ayant réquisitionné le talent de plusieurs acteurs sur le pré ce soir (6 à l'OL et 6 au PSG). Certes, ils n'ont pas tous joué en intégralité, voire pas du tout. Mais en terme de préparation, de mémoire, c'est la première fois que L'OL a vécu cette situation de ne pas faire une mise en place la veille d'une rencontre officielle… qui plus est de cette importance ! Le club olympien n'est pas resté passif devant cet état de fait. Il a fait, une fois n'est pas coutume, le nécessaire pour mettre ses éléments concernés par ce mercredi « travaillé » dans les meilleures conditions possibles pour récupérer.



Comme la saison dernière, les Champions de France arrivent au Parc en leaders. Il n'y aura pas la même émotion au coup de sifflet final… mais en cas de succès ou de nul, l'énorme satisfaction du devoir accompli en restant invaincu tout en aggravant l'écart au classement sur un rival présumé à la couronne de France ou en maintenant ces 15 points d'avance. Avant d'en arriver là, il y a des Parisiens à se coltiner. Jamais facile, surtout dans leur position peu enviable du moment. Les coéquipiers de Pierre-Fanfan se doivent de remonter vers des hauteurs plus conformes à leurs aspirations. Sinon gare… Paris a chaud… Paris pourrait brûler ! L'incroyable perméabilité de sa défense, 19 buts encaissés (seuls Nice et Strasbourg ont fait pire), a plombé son escarcelle de points. Depuis quelques matches, sauf à Bordeaux, l'ensemble va mieux. Le club de la Capitale sait qu'il va jouer gros dans les semaines qui viennent sur le front hexagonal et européen. Un succès ce vendredi soir aurait n'en doutons pas des vertus dynamisantes.



Les Gones retrouvent Wiltord ; un incontestable Monsieur Plus pour le sanibroyeur olympien, même si sans lui, la machine a continué d'avancer de belle façon. Avant le derby à St-Etienne, on s'interrogeait un peu…pour le déplacement à Lens, on se disait attention danger… Ce rendez-vous du Parc des Princes, toujours particulier, n'est pas de tout repos. « C'est sans doute la dernière chance des Parisiens de rester dans la course au titre. Il faut pour cela qu'ils gagnent. Et nous, on veut accentuer notre avance sur ce rival ». Paul Le Guen a tout résumé en peu de mots.



Paul Le Guen, en laissant Juninho et Clément sur le banc, est revenu à une formule 4-4-2/4-3-2-1 très offensive avec la titularisation de Wiltord aux côtés de Frau. Du coup Vahid Halilhodzic a choisi, lui, un système plus défensif qui ne devrait pas prendre de risques, jouer le contre en cherchant rapidement la profondeur. Dès la 7ème minute, une passe lointaine de M'Bami à destination de Pauleta confirmait cette prévision ; l'aigle des Acores frappant au dessus. 3 minutes après, une magnifique action collective des Gones offrait à Wiltord, puis Malouda l'occasion de tester la solidité de Letizi. L'OL montrait une incontestable supériorité dans ce premier quart d'heure ; à la limite de l'insolence. L'OL était bien venu pour l'emporter ; le PSG pour voir venir. Et Yepes, à force d'être en retard, prenait un carton jaune à la 11ème minute de jeu, puis un 2ème à la 22ème. La fatigue du surmenage avait frappé le Colombien. Le coach « Vahid » perdait son sang froid et était expulsé à son tour ! A 10 et sans maître à bord, les Parisiens étaient dans de sales draps… Mendy pétait un cable en descendant Govou ; jaune logique. Quel scénario ! Est-ce que les Olympiens allaient en profiter ? Frau était à 2 doigts d'ouvrir le score (31ème), mais il manquait son face à face par la faute d'un excellent retour d'Armand. M. Sars avait du boulot. Reinaldo tombait dans la surface lyonnaise sur un coup d'épaule de Berthod et demandait le pénalty qui n'y était pas. Les locaux résistaient avec beaucoup d'énergie ; juste avant la mi-temps Frau centrait en retrait pour Govou qui se faisait contrer par Armand au dernier moment.

0 à 0 à la pause. Il n'y avait pas eu photo avec une très grosse domination lyonnaise sans but au tableau d'affichage. Peu importe, l'OL avait tous les atouts en sa possession pour dicter sa loi à la fin de cette rencontre. Avec un peu plus de détermination, de vitesse, d'audace, cela semblait tout à fait possible.



Les Parisiens ne se résignaient pas en début de seconde période ; Puydebois claquait un centre en corner, avant qu'une tête bleue ne passe au dessus (53ème). Pauleta essayait ensuite la frappe lointaine sans succès. L'OL continuait de s'appliquer… trop gentiment, tout en ayant quasiment en permanence le ballon. Nilmar suppléait Frau à l'heure de jeu. Dans la foulée, Réveillère était logiquement sanctionné d'un carton jaune pour une faute sur Cissé. Il sera suspendu pour le déplacement à Ajaccio. Les Lyonnais poussaient de plus en plus, réduisant leurs adversaires à la portion congrue. Il y avait indubitablement la place pour prendre les 3 points au Parc, même si les coéquipiers de Pierre-Fanfan n'abdiquaient pas. Bergougnoux, à 15minutes de la fin, remplaçait Wiltord. Sur un corner parisien, Pierre-Fanfan frappait à côté, tout comme Bergougnoux sur une reprise de volée dans la surface. Ce match était finalement bloqué, d'un niveau plutôt moyen… Notons le centre de Pancrate à destination de Pauleta pour un arrêt de Puydebois.



L'OL mettait tout le poids de sa supériorité numérique dans les dernières minutes de ces débats à l'image d'un excellent Bergougnoux…mais rien n'y faisait devant la solidarité des locaux hyper motivés pour garder ce point du nul. Lyon reste invaincu et n'a plus encaissé de but depuis maintenant 570 minutes… mais dans les circonstances de cette rencontre, on espérait un peu mieux des partenaires de Sidney Govou, qui n'ont pas su concrétiser leur possession de balle. Ils gardent bien évidemment la meilleure défense de Ligue 1, mais perdent d'ores et déjà le leadership au niveau de l'attaque puisque Sochaux en marquant 3 buts à Monaco en est à 20 buts contre 19 aux Lyonnais. Satisfait tout en étant déçu de ce match nul... On a le droit d'être exigeant non !













Statistiques :



Hors Jeu PSG : 1

Hors Jeu OL : 4

Corners PSG : 3

Corners OL : 7

Coups francs PSG : 11

Coups francs OL: 15

Tirs cadrés PSG: 1

Tirs cadrés OL : 4

Tirs non cadrés PSG : 8

Tirs non cadrés OL : 5

Puydebois arrêts : 4

Puydebois arrêts décisifs : 0



R.B

Sur le même thème