masculins / PSG - OL J-1

PSG - OL: Un leader majuscule en Capitale?

Publié le 17 novembre 2004 à 17:39 par R.B

[IMG2589L]<b>15 </b>points d'écart entre l'OL et le PSG ! Qui l'eut cru avant que le championnat ne commence ? <b>15</b> points au matin de la <b>15ème</b> journée, cela semble trop gros pour être vrai. Si les Lyonnais ont <b>2</b> points de mieux que la saison dernière à la même époque (32 au lieu de 30), les Parisiens en ont <b>7</b> de moins (17 au lieu de 24). Un groupe fonce plus vite vers l'avant ; un autre lambine sérieusement.

15 points d'écart entre l'OL et le PSG ! Qui l'eut cru avant que le championnat ne commence ? 15 points au matin de la 15ème journée, cela semble trop gros pour être vrai. Si les Lyonnais ont 2 points de mieux que la saison dernière à la même époque (32 au lieu de 30), les Parisiens en ont 7 de moins (17 au lieu de 24). Un groupe fonce plus vite vers l'avant ; un autre lambine sérieusement. Cela donne pour l'instant un gouffre d'écart. Mais personne dans l'entourage du club olympien ne met les partenaires de Pierre-Fanfan hors circuit pour le titre. Par politesse, langue de bois, conviction ? Le PSG a bien évidemment l'étoffe pour faire beaucoup mieux. De là à pousser les Champions de France à « faire dans leur froc » pendant le match ou à « être verts de rage » après… comme aurait l'intention "de le dire si joliment" une radio indépendante parisienne dans sa présentation de l'événement… il ne faut pas exagérer ! « Le PSG sera motivé pour nous faire chuter… ». Jérémy Berthod le sait et en convient. Mais qui n'a pas envie de faire tomber l'OL en ce moment ? Sans oublier de rappeler que dans un match de foot, il y a toujours 3 points à prendre…



PSG – OL, un match particulier ? Assurément. Ce sont les clubs de la capitale française et de la capitale des Gaules ; deux clubs avec deux présidents d'origine lyonnaise ; deux clubs avec de nombreux trophées dans leurs vitrines ; plus dans celles parisiennes ; deux clubs ambitieux ; deux clubs actuellement en Champions League… mais aussi deux formations qui auront eu du mal à se préparer dans les meilleures conditions en raison de l'absence de leurs nombreux internationaux et de l'absence tout court de quelques pièces maîtresses ; plus à l'OL qu'au PSG. Attention à la fatigue… Particulier, parce que les Parisiens restent sur une claque à Bordeaux, défaite 3 à 0, qui a gommé en partie les 2 succès, à 3 jours d'intervalle, contre l'ennemi marseillais. Particulier, parce que l'invincibilité olympienne en championnat, 15 rencontres, a démarré le soir de la défaite 1 à 0 au Parc le 15 mai dernier. Décidemment ce chiffre 15, il est présent partout ! Et si cela inspirait Diatta, le numéro 15 des Champions de France. Particulier, en raison de la présence de Sylvain Wiltord, le Parisien de naissance, dans l'effectif lyonnais, mais aussi celle de Paul Le Guen et de Joël Bats, 2 magnifiques anciens joueurs du PSG… Particulier enfin, parce que Parisiens et Lyonnais joueront mercredi prochain… en Angleterre contre Chelsea et Manchester pour le compte de la 5ème journée de la phase de poule de la Champions League. A la différence que les Gones sont déjà qualifiés pour les 1/8ème de finale ; et que les joueurs de la Capitale vont devoir certainement batailler jusqu'au bout pour en faire de même.



Il y aura sur la pelouse du Parc beaucoup de ressemblances vendredi soir entre les 2 formations. De la solidité derrière, plus vérifiée pour l'instant à l'OL qu'au PSG… de la solidité et de l'activité au milieu avec quelques duels africains à prévoir : M'Bami d'un côté et Diarra-Essien, de l'autre; de la vitesse devant. Certes il y a Pauleta, goleador aux 89 buts en Ligue 1, chez les Parisiens ; ce gars là est unique. On verra… s'il passe dans les mailles du filet tendu par « le policier » Cris. Quant au pied droit de Juninho, il n'a pas beaucoup d'équivalent en France… Si les chiffres donnent en ce mois de novembre l'OL leader invaincu du championnat avec la meilleure attaque et la meilleure défense, cela signifie que les partenaires de Govou sont une sacrée machine de compétition qui a pris goût à sa belle carburation. « Nous voulons prendre 3 points supplémentaires pour nous rapprocher un peu plus de nos objectifs finaux… ». Les propos d'Yves Colleu sont explicites. L'OL ressemble plus que jamais à Lance Amstrong dans le Tour de France !



Les hommes de Vahid Halilhodzic auraient mathématiquement du mal à se remettre d'un échec. Un nul ne les faisant pas avancer, ils n'ont qu'une solution : gagner. « Cette obligation de résultat » va-t-elle les pousser à jouer différemment ? On connaît les principes de « coach » Vahid, ce qui n'a pas empêché son collectif d'encaisser 19 buts jusque là. 28 la saison dernière en 38 rencontres ! L'après Dehu-Heinze n'est pas encore complètement digéré…



Reste maintenant l'Histoire. La saison dernière, les Parisiens avaient perdu 3 à 0 à Bordeaux, comme samedi dernier, juste avant de recevoir et de battre l'OL 1 à 0. Au Parc, l'OL ne l'emporte pas souvent ; 5 fois en 25 rencontres dont 3 dans les années 70. Lors des 10 dernières confrontations, les Olympiens ont perdu 6 fois pour 3 nuls et 1 succès en 98-99. L'histoire, qui attend le 1 000ème but au Parc des Parisiens. La question étant de savoir, pour le site Internet du club, s'ils passeront de 997 à ce chiffre symbolique contre le Champion de France. Marquer 3 buts aux sujets de Paul Le Guen ? Cela semble tout aussi difficile qu'aux Lyonnais d'en planter 5 à Letizi pour arriver au chiffre rond de 500 buts encaissés par ces mêmes parisiens au Parc ! Quoiqu'un 5 à 3, cela aurait de la « gueule »…



R.B

Sur le même thème