masculins / OL - Strasbourg J-2

Puydebois: "Strasbourg... un bon souvenir"

Publié le 28 octobre 2004 à 16:29 par R.B

[IMG2331L]<b>Nicolas Puydebois</b> a changé de statut à l'intersaison après le départ à Strasbourg de <b>Rémi Vercoutre.</b> De numéro 3, il est passé logiquement numéro 2 et remplaçant de <b>Grégory Coupet</b>. Campagne amicale assurée avec plein d'à propos, il a regagné le banc une fois « <b>Greg</b> » revenu aux affaires. Il se souvient de son seul succès avec l'OL... contre Strasbourg la saison dernière...

Nicolas Puydebois a changé de statut à l'intersaison après le départ à Strasbourg de Rémi Vercoutre. De numéro 3, il est passé logiquement numéro 2 et remplaçant de Grégory Coupet. Campagne amicale assurée avec plein d'à propos, il a regagné le banc une fois « Greg » revenu aux affaires. « Nico », né à Bron il y a 23 ans, bosse tous les jours à l'entraînement pour un jour quitter ce statut de doublure. Le 4 février 2003, il faisait ses premiers pas en Ligue 1 au stade Louis II de Monaco. Coupet, blessé dans un choc avec « un ressortissant princier », lui laissait ses gants en début de deuxième mi-temps. Défaite 2 à 0, un arrêt extraordinaire et un but encaissé du pied de Nonda. Dans la foulée, il protège sa cage contre Troyes pour un 0 à 0 décevant. La saison dernière, il revient en scène en deuxième mi-temps du côté de Lens en Coupe de la Ligue, remplaçant Vercoutre blessé, pour une élimination aux tirs au but, puis enchaîne 2 matches de championnat et un déplacement européen à Bruxelles. Au total 4 rencontres de championnat, une de Coupe de la Ligue et un match de Champions League. Un seul succès contre… Strasbourg le 22 novembre 2003 ; 1 à 0.



Samedi les Alsaciens sont à Gerland. « Nico », si je te dis Strasbourg que réponds-tu ? « Une victoire 1 à 0 grâce à un pénalty de Juninho dans les arrêts de jeu…. ». Oui mais personnellement ? « Un bon moment. C'était ma première victoire avec ce groupe. Il avait fallu être costaud jusqu'au bout ; rester concentré, surtout après l'expulsion de Mickaël Essien… ». Après avoir goûté au haut niveau, comment vit-il son statut ? « Bien sûr, j'ai envie de jouer, même si je suis content d'être la doublure de « Greg ». La Coupe de la Ligue ? « On verra. Je suis allé voir le coach pour en parler avec lui. Il m'a dit qu'il allait réfléchir ; en discuter avec « Greg ». Pour l'instant, je ne sais pas ; j'espère simplement. Il me semble que je connais la réponse de « Greg ». Je me souviens aussi que le président n'avait pas apprécié ce qui s'était passé la saison dernière à Lens. La Coupe de la Ligue est, ne l'oublions pas, un objectif du club. J'attends… ».



Tout le monde parle de l'ambiance, de la force dégagée par ce groupe, du regard différent des médias. De l'intérieur, comment cela est-il vécu ? «Je ne vais te répondre que toutes ces louanges ne nous font pas plaisir. Mais on sait, aussi, que c'est à double tranchant. On nous attend… et une défaite pourrait changer ces appréciations. Nous, on veut poursuivre sur cette lancée. On travaille à l'entraînement avec rigueur, sérieux, mais cela n'empêche pas le plaisir, les rires. Le foot, c'est toujours un jeu. C'est vrai que c'est différent cette saison. Pourtant, mis à part quelques gars, le groupe est plutôt jeune et n'a pas trop d'expérience. Pour être de nouveau champion de France, on sait qu'il faut rester concentrés. Il n'y a plus de petites équipes. Une des différences par rapport à la sa saison dernière réside justement dans le fait que l'on reste toujours concentré sur notre sujet quel que soit l'adversaire. Les mentalités ont évolué. Tu vois samedi dernier, le nul contre Istres nous a déçu, même s'il y avait de la fatigue mentale, surtout, et physique… ».



R.B

Sur le même thème