masculins / Stage Divonne

Quand efforts riment avec qualité!

Publié le 28 juillet 2008 à 13:17 par R.B

2 heures pleines sur les remarquables installations de l’US Divonne. Du physique et du ballon… sous un chaud soleil. Des efforts, du sérieux, du plaisir… cet OL avance dans sa préparation et semble promettre de beaux lendemains…

Quel complexe sportif ! L’US Divonne évolue en honneur régional, mais bénéficie de somptueuses installations. Un terrain d’honneur, 2 pelouses, un synthétique nouvelle génération. A quelques pas de l’hippodrome en pleine réunion matinale, non loin du Lac, juste à côté d’un poste frontière, cernés à l’horizon par les montagnes du Jura d’un côté et celles des Alpes de l’autre, à vol d’oiseau proches des eaux bleues du Léman, ces terrains invitent à l’effort. Les clubs de Sochaux, Marseille, du PSG, de Lens sont venus dans un passé récent goûter à la qualité de ce cadre. Avec parfois des remontées de crottin dans les naseaux, cette matinée ensoleillée s’annonce belle.

Les supporters ou les curieux se sont donné le mot pour garnir la main courante des pelouses. Après l’échauffement, travail de vitesse en ateliers sauf pour Kim Källström qui a droit à du foncier pour rattraper son retard. « ce sont des efforts courts, il faut tout donner… ». Robert Duverne surveille ses oauilles. Les gardiens se consacrent à du spécifique. Et l’on entend la voix de Joël Bats : «bien joué poulet… je mets dans ces dernières frappes tout ce qui me reste dans les jambes… ». Les gardiens terminent leur spécifique par un concours de transversales… Hugo Lloris devant payer une tournée à ses 3 compères !



[IMG43334#R]Avant la fin de l’échauffement, le Ghanéen John Mensah doit laisser ses nouveaux partenaires en raison d’une douleur au mollet. Elongation ou autre problème ? Attendons avant le diagnostic exact. Fabio Grosso vient le réconforter en Italien. Juninho lui tapote amicalement l’épaule. Le Roc est à terre. Le groupe passe de 25 à 24 valides. Ederson, était en fait resté à Lyon pour soigner son problème au quadriceps. Källström termine son travail de forçat complètement en nage et seul, puisque Abdel Redissi, problème musculaire, a du abandonner son compagnonnage. Le sifflet de Patrick Collot et les encouragements des gardiens sont alors ses seuls copains d’efforts.

[IMG43333#L]Après ces 60 minutes d’efforts purement physiques, le groupe change de terrain pour retrouver le ballon. Des duels en un contre un terminé, si l’attaquant prend la mesure du défenseur, par un face à face avec le gardien. Si on vous dit que Benzema a été très réaliste, vous ne serez certainement pas surpris. Puis après ces duels, des situations de contres… et du jeu avec toujours des règles à respecter pour atteindre le but recherché par le coach.Claude Puel orchestre le tout. «Garder votre lucidité dans le dernier geste… Propre, propre… Analyser la situation… ». Rien n’échappe à l’œil de l’exigeant tarnais qui n'hésite pas à corriger ses joueurs.

A 12h, la séance du matin se termine par les traditionnels étirements. En passant, Jöel Bats murmure : « ce fut une belle matinée de sport ». Comment affirmer le contraire « Jo »? Du bord des pelouses, ce fut un régal. « Il y a vraiment une bonne ambiance dans le groupe. Cela bosse et en plus avec le coach, on sait qu’il fait jouer les joueurs en forme. C’est un peu une période de séduction pour tout le monde… ». Rémy Vercoutre a la banane. Et ce Trophée des Champions ? « C’est un Trophée à gagner. Moi, je me souviens de celui que j’ai joué à Gerland contre le PSG. C’est un grand souvenir. Et puis à la fin, je me revois avec mon fils sur les épaules… D’ailleurs la photo, elle est au dessus de la cheminée… ».

Retour à l’hôtel ; déjeuner ; sieste. Et à 17h, direction les pelouses du complexe sportif. L’OL bosse, toujours et encore… et semble vraiment promettre de très beaux lendemains.