masculins / Communiqué

Quand Michel NOIR parle de Gerland…

Publié le 03 octobre 2008 à 16:15

L’ancien maire de Lyon est intervenu de façon surprenante ce matin dans les colonnes du Progrès sur le dossier du grand stade que l’O.L. construira à Décines.

Michel NOIR s’est dit convaincu de l’intérêt de cette construction mais il a pris soin de préciser : « Il y a urgence à rediscuter de Gerland » en faisant abstraction des contraintes qui rendent impossible tout projet d’agrandissement sur ce site.

La plaidoirie de Michel NOIR pour le stade de Gerland ne manque pas de saveur. En effet, lorsqu’il fut question d’agrandir Gerland dans la perspective de la Coupe du Monde 1998, celui qui était alors maire de Lyon défendait un projet qui aurait fait de Gerland un stade unique en son genre par son asymétrie, avec d’un côté un virage découvert et très éloigné de la pelouse et de l’autre une nouvelle tribune couverte à quelques mètres du but. Sans l’intervention de l’Olympique Lyonnais et de son président Jean-Michel AULAS, tel serait aujourd’hui le stade de Gerland dans cette version Michel NOIR.

Quant au montant des investissements réalisés pour la Coupe du Monde 1998, l’ancien maire de Lyon parle de 140 millions sans prendre soin de préciser la monnaie qui était alors … le franc. Pour être clair et au gout du jour, Michel NOIR aurait pu se mettre comme tout le monde à l’heure de l’Euro, soit un montant d’un peu plus de 21 millions € que chacun aurait plus facilement pu comparer aux 450 millions de l’ensemble des investissements privés d’OL Land.

Abstraction faite de ce rappel historique, il convient de rappeler les contraintes qui rendent impossible un tel projet d’agrandissement de Gerland,

· la zone est classée Seveso

Pour mémoire, la directive Seveso est une directive européenne qui impose aux états d'identifier les sites à risques. Parmi les sites les plus connus classés Seveso en France figurent notamment l’usine AZF de Toulouse, la poudrerie SME à Saint Médard en Jalles et donc la raffinerie de Feyzin.

· le stade est classé à l’inventaire des monuments historiques

· la surface de la zone (une dizaine ha) ne permet pas la réalisation du projet global (jusqu’à 70 ha à Décines)

· les conditions d’accès actuelles sont inadaptées. Il faut près d’1 H 30 pour que les 39 000 spectateurs quittent actuellement la zone, sachant que seulement 8 500 utilisent le métro (du fait de l'origine géographique des spectateurs : Ain, Isère,..) et qu’il y a moins de 2 000 places de parking (d’où de fortes difficultés de stationnement dans l'ensemble du quartier de Gerland) . Il est donc inenvisageable de faire plus vite avec 60 000 personnes. A titre de comparaison, le public pourra quitter le grand stade de Décines en 1 H au maximum avec le tramway (au moins 9 000 personnes) et grâce aux 17 000 places de parking (7 000 sur le site même, 5 000 à Meyzieu et 5 000 à Eurexpo dans des parcs relais directement connectés au stade par des navettes en site propre) et un parking vélos de 1 000 m2.

L’Olympique Lyonnais rappelle une nouvelle fois, d’une part qu’il n’est pas raisonnable de laisser croire à la possibilité d’agrandir le stade de Gerland, d’autre part que le site déterminé par le président du Grand Lyon Gérard COLLOMB est le plus conforme aux caractéristiques de ce projet du grand stade, parmi tous ceux étudiés.