masculins / Rétrospective

Quatre moments forts

Publié le 06 juin 2011 à 13:00 par BV

Bien difficile de résumer une saison en 4 moments, fussent-ils incroyables, intenses, ou inoubliables.

C’est un choix forcément subjectif qu’il convient de faire en conservant à l’esprit leur portée à moyen et à long terme. Quatre moments, comme quatre inflexions majeures au cours d’une saison qui ne manqua pas de rebondissements.

  L’OL perd le 100e derby (0 – 1)
Cela faisait plus de 16 ans, et 21 derbies que les Verts n’avaient plus remporté cette « fête des voisins ». Aussi dominateurs que malchanceux, les joueurs de Claude Puel s’inclinent sur un coup franc de Payet. Malgré l’éclatante revanche lors du match retour (1 – 4), on n’est pas prêts d’oublier cette défaite. Parce que c’était le 100e derby. Parce qu’il scella le divorce entre une partie du public et l’entraîneur lyonnais, lequel atteindra son point le plus critique lors de la réception de Caen (37e journée). Parce qu’il constitua le point de départ d’une série d’invincibilité de 13 matches qui permit à l’OL de passer de la 18e à la 3e place.

  Une mi-temps pas comme les autres
Un moment-charnière au cœur d’un match-charnière. C’est peu dire que la mi-temps du match de l’OL à Lens (14e journée, 1 - 3) a bouleversé le cours de la saison lyonnaise. Rappel des faits : après 45 minutes, l’OL est mené (1 – 0) et malmené lorsque Claude Puel décide de faire entrer Gourcuff et Lisandro, de retour de blessure ; 45 minutes plus tard, l’OL engrange sa 5e victoire en 7 matches grâce à un but de l’Argentin et un doublé de Gomis. L’association Lisandro – Gomis gagne là bien plus qu’un match ; à l’exception du retour à Madrid, elle sera dès lors l’option privilégiée en attaque et l’une des grandes satisfactions de la saison : de la 14e à la 38e journée, c’est avec Lisandro à ses cotés que Gomis marquera ses 6 buts ; accompagné de l’international français, l’Argentin inscrira 10 de ses 13 derniers buts.

  Le Real ramène l’OL sur terre
Forcément, après coup, et devant le parcours de Schalke 04 (demi-finale), on se dit que l’OL aurait été bien inspiré de mieux négocier sa phase retour de Champions League (1 point pris en 3 matches). Cela lui aurait notamment permis d’éviter de se frotter dès les 8es de finale aux Galactiques du Real Madrid de Benzema, buteur à l’aller (1 – 1). Le match retour sera à sens unique (3 – 0), Benzema trompant à nouveau Lloris. 11 buts encaissés en 4 rencontres loin de Gerland, c’est beaucoup trop pour continuer de voyager aux quatre coins d’Europe. L’ « après Madrid » sera compliqué à gérer pour les Lyonnais qui ne remporteront que 16 points sur 33 possibles.

  Monaco : bien plus qu’une victoire
Quelques heures après le Grand Prix de Formule 1 de Monaco, le dernier virage (38e journée) que négocièrent parfaitement les Lyonnais (0 – 2), pèse d’un poids considérable à l’heure des bilans et sur leur avenir à moyen terme. L’OL n’aura finalement même pas eu besoin de jeter un coup d’œil vers Geoffroy-Guichard d’où le PSG ramena un nul (1 – 1). Après plus de deux mois et demi sans succès à l’extérieur, deux buts de Diakhaté et Lisandro permettent à l’OL de terminer pour la 13e fois consécutive sur le podium de la Ligue 1 et d’espérer une 12e participation d’affilée à la Champions League. Ouf !

Photos

AS Monaco - OL

10 photos

Sur le même thème