masculins / ASSE - OL J-1

Que la belle histoire perdure!

Publié le 26 janvier 2008 à 14:00 par R.B

Derby… derby… derby… moment si particulier dans une saison. L’OL entend bien rester le roi de la région tout en protégeant son trône de France menacé par Bordeaux…

C’est toujours l’histoire d’une suprématie régionale. Cela ne changera jamais. Pour de nombreux supporters une saison accomplie est une saison où leur équipe de cœur a battu chez elle la rivale de toujours et n’a pas perdu, au minimum, dans l’antre ennemi. Les Lyonnais remplissent au moins ces conditions depuis 1994-95. Sauf en 99-2000, où ils avaient concédé 2 nuls. Cette suprématie correspond aussi à la montée en puissance, la domination hexagonale du club olympien. Mais vous avez beau être invaincu depuis 16 rencontres, la défaite reste toujours interdite.

Le derby ? C’est toujours un derby même si le goût a changé. Avec les mouvements effrénés des joueurs professionnels, les purs locaux deviennent denrée rare pour perpétuer ses traditions. 4 Stéphanois seulement de l’effectif ont été formés chez les Verts ; 7 Lyonnais l’ont été à l’OL dont les jeunes Paillot, Beynié, Mounier et Rémy qui ne sont pas des titulaires. Cela enlève forcément du piquant aux confrontations. Reste un Bruno Génésio pour faire vivre l’histoire !

Ces Verts devenus pâles au fil du temps sont de sacrés clients chez eux. 7 succès en 10 matchs et surtout une défense qui sort systématiquement les barbelés. Elle n’a encaissé que 2 buts ! Le Grec Talvaridis et le Brésilien Nivaldo ont tendance à utiliser des crampons interdits à la moindre occasion. Du coup, le Grec mène le bal des cartons jaunes (9) avec le Niçois Rool. Gomis retrouve de l’allant devant le but. Perrin est devenu un élément important du collectif. Ensuite, il y a la volonté des Dernis, Landrin, Varrault, l’activité de Matuidi, la technique d’Ilan. Feindouno et Sall sont malheureusement réquisitionnés par la CAN. Laurent Roussey semble en sursis depuis quelques semaines. Lui qui marqua un jour de janvier un penalty décisif dans son Chaudron contre ce voisin devenu encombrant trouvera certainement les bons mots pour servir ses desseins.

[IMG32762#R]L’OL a rebondi face à Lorient. La marque d’un club habitué à vivre avec la pression, le devoir d’excellence. Il manquait Juninho et Govou. « Sid » sera dans le groupe dimanche. Lui aussi se souvient qu’il a inscrit un jour un but de la victoire qui plus est dans le temps additionnel. Il n’y aura pas de nouvelle recrue dans les 18 ; la signature de Boumsong trainant en longueur. Cet OL au devoir de suprématie régionale pensera tout autant à celle hexagonale en raison de la présence rapprochée des Bordelais. Le tandem Benzema-Ben Arfa sera attendu pour éclairer le tableau d’affichage. Ni l’un, ni l’autre n’ont encore marqué dans le Chaudron ; Hatem n’ayant jamais foulé sa pelouse. « Greg » pourra lui servir de guide… Avec le retour de Govou, Delgado et Fred devraient s’asseoir sur le banc.

Chaque camp a encore quelques heures pour croire aux délices d’un succès en s’imaginant le scénario idéal. Place ensuite à la vérité du terrain… avant comme toujours de refaire la rencontre après. Le scénario idéal pour l’OL ? Que la date du 6 avril 1994 perdure avec si possible une victoire
Sur le même thème