masculins / ASSE - OL J-1

Que la fête soit belle... avant Rome

Publié le 02 mars 2007 à 17:18 par R.B

Chic un derby. Quelles que soient les circonstances, un derby reste un derby… 3 jours avant la venue de l’AS Roma, les Lyonnais prennent donc la direction du Chaudron. Si l’OL est sur la voie d’un 6ème titre de rang, les Verts sont des prétendants sérieux à un ticket européen…

Ces 3 points en jeu seront toujours différents de tous les autres points. Certaines saisons, cependant, l’importance arithmétique accompagne le terrible enjeu de la suprématie régionale. Les 2 clubs « ennemies » sont distants de 19 longueurs. Les Verts ne rattraperont pas les Lions, mais les 2 entités sont engagées vers la future Europe. Et si la Champions League et le titre vont de soi pour le quintuple champion de France, le podium n’est pas utopique pour l’ASSE. Autre piment, le club du Forez n’a plus remporté le moindre succès depuis avril 94 et 14 rendez-vous.

Les Verts, aux abonnés absents chez eux lors des 3 dernières rencontres avec 3 défaites, se sont relancés au Parc des Princes par une victoire historique contre le PSG. Une formidable vitamine avant le fameux duel. Duel ? Un mot qui revient dans la bouche de Julien Sablé ou encore de Laurent Roussey. « Pour remporter un tel match, il faut avant tout gagner les duels. Respecter l’adversaire n’empêche pas d’y mettre tout son engagement physique et athlétique ; toute son envie et sa détermination. Ce sera forcément un combat ». L’entraîneur adjoint s’exprimait ainsi sur le site officiel du club. Les propos de Julien Sablé ne sont guère différents : « la victoire à Paris nous a apporté de la sérénité et nous a permis de revenir vers le haut du classement. L’équipe, qui remportera le plus de duels, s’imposera. Sans oublier l’importance de nos supporters dans ce genre de rendez-vous.»

Les Stéphanois ont aussi d’autres arguments que l’engagement physique et la ferveur de leurs supporters. Le réalisme notamment des buteurs (Ilan, Feindouno, Gomis) qui en fait la 2ème artillerie de France derrière l’OL. Il y aussi le talent multi cartes du Tchèque Heinz ou encore les prouesses de Janot, la complémentarité du tandem Camara-Hognon, les qualités de meneur de Sablé… Ce groupe construit petit à petit son avenir… malgré le départ de Piquionne.

L’OL a 3 fers à battre au mois de mars. Continuer sa trajectoire vers son 6ème titre de rang, enlever sa 2ème Coupe de la Ligue et se qualifier pour la 4ème fois de suite pour les ¼ de finales de la Champions League. Chaque chose en son temps, même s’il n’y a plus de temps à perdre pour retrouver l’intégralité de son expression. Et au fil des derniers matchs, le contenu a été souvent plus consistant alors que les résultats redevenaient positifs : 2 succès et 2 nuls. Ceci est rassurant tout comme le retour des différents blessés. Concurrence et fraîcheur font de nouveau parties du répertoire olympien. Et comme un calendrier ne se maîtrise pas, ce derby s’annonce finalement sous de bons auspices. « C’est le match le plus important. Le match à jouer est toujours le plus important. Nous passerons à Rome ensuite… pas question d’impasse». Gérard Houiller, très détendu lors de son point presse, ne change pas de discours sous prétexte qu’il y a mardi soir ce fameux rendez vous avec les Italiens.

Les Squillaci, Abidal, Toulalan... au repos contre Sochaux se retrouveront sur la pelouse de Geoffroy-Guichard. Une partie de ceux qui ont joué seront soit sur le banc, soit à l’entraînement samedi matin. Et il n’y aura pas de calculs dans les têtes, ni de retenues dans l’engagement. Cela nous promet un beau derby face à cet illustre voisin convaincu, plus que jamais, que son heure est venue de mettre fin à cette série de 14 rencontres sans succès.
Sur le même thème