masculins / Tignes

Quelle journée ludique et sportive!

Publié le 07 juillet 2008 à 22:30 par R.B

Une superbe journée ludique et sportive entre VTT et Rafting avec une météo clémente. Ce lundi a marqué la fin de la première partie du stage. A partir de mardi, le terrain va occuper quasiment toute la place…

Impossible de voir le village englouti de Tignes au moment au le car de l’OL passe le long de la retenue d’eau. Brouillard et pluie. Quelle galère ce temps ! La route serpente vers Val d’Isère en une succession de tunnels. Le championnat du monde de ski, du 3 au 15 février 2009, est déjà bien présent avec des banderoles. Val d’Isère ? Une pensée pour le grand Killy, une autre pour les Bronzés du cinéma. La routé s’élève. Le car s’arrête sur un parking à côté du Pont St-Charles avec une Isère naissante juste en dessus.

Les vélos attendent les Lyonnais dont Rémi Garde qui a rejoint le groupe. Juninho, Keita, Mehamah, Fred sont dispensés de montée ; ils se contenteront d’un tour plus tranquille. En levant les yeux, il ya chez certains de l’inquiétude. « Cela semble trop haut ». Hugo Lloris. « Moi, je ne suis pas terrible. Je n’ai pas tactique, je vais monter à mon rythme ». Anthony Mounier. « Moi, je le fais pas. En Côte d’Ivoire, il n’y a pas de col », dixit Keita. Juninho a mal à sa cuisse droite. « J’ai fait la montée lors de ma première saison. Là, j’ai mal… ».

A 10h 15, le soleil donne en quelque sorte le départ de cette terrible ascension qui conduira ces coureurs d’un jour à 2 770 m en 12 kms. Joël Bats part en éclaireur. Il y a ceux qui veulent faire une perf et les autres qui vont s’adapter. Cris, Fabio Santos, Delgado ferment la marche ; Claude Puel, Abdel Redissi, Romain Beynié partent pied au plancher. Les visages sont concentrés. Chacun gère sa souffrance à sa façon. Le mental dépasse la douleur à l’image de celui du phénoménal Joël Bats. A 7kms de l’arrivée, le Doc Jean-Jacques Amprino ravitaille ceux qui en ont besoin en eau. Une petite descente et tout de suite une pente à rebrousser chemin.[IMG43303#R]

A 4kms du sommet, 2 480m et 8% de pente moyenne, les positions évoluent. La neige fait son apparition dans les prairies ; l’air est d’une pureté vivifiante. Cela bagarre en tête de course entre Claude Puel et Romain Beynié. Robert Duvenre suit juste derrière avec Nicolas Seguin. Clément Grenier poursuit sa formidable remontée. Admiration, tout simplement, devant l’effort fourni par des gars qui ne font pas ou presque de vélo ! Les derniers lacets interminables brûlent les jambes et les poumons. Chacun s’arrache pour en terminer, pour faire mieux que les saisons précédentes. A l’arrivée de la délivrance, de la fierté. « J’ai fait mieux que l’année dernière… ». Romain Beynié a coupé la ligne, exténué, en 55 minutes et 24 secondes. Premier avec un temps canon. « J’en peux plus… j’ai mal au c… Clément Grenier a fait un final époustouflant. Robert Duverne termine au pied du podium. Claude Puel a tout donné, une fois encore. Quelle santé ! Quelle volonté ! Et il avouera: "j'ai vu à la fin que j'avais des cales-pieds". Abdel Redissi, parti comme un flèche, a atteint son objectif : passer sous l’heure.[IMG43304#L]

Pour les anciens lillois Claude Puel et Patrick Collot, cette montée de l’Iseran est moins exigeante que celle de l’Alpe d’Huez. Le temps se couvre. Il fait froid, il pleuviote et les Lyonnais continuent d’arriver. « C’est bien quand cela s’arrête… ». Hugo Lloris peut ensuite prendre la pose sur le panneau Iseran 2 770m. Ederson a certainement fait le meilleur temps de tous les Brésiliens de l’OL... avec le sourire. Les 2 autres Brésiliens qui arrivent enfin, avec Delgado, en faisant un peu le spectacle ; roue arrière pour Fabio Santos et Cris. Mais quelle fatigue. Que dire de Joël Bats, qui une fois de plus terminera cette montée. Chapeau. Tout comme à Sonny Anderson. « la cuvée 2008 me semble meilleure que les précédentes. Robert Duverne, il a la forme… ». Le guide Philippe lâché par la tête de course apprécié en connaisseur..

[IMG43305#R]Retour à l’hôtel pour le déjeuner avant de descendre à Bourg-St-Maurice pour le Rafting. A 16h toutes les embarcations seront à l’eau dans une Isère assez tumultueuse. Juninho, Keita et Lloris sont exemptés. Moins de souffrance ; des sensations, de la rigolade. A 17h 40 les 4 embarcations arrivent quasiment en même temps à Centron. Le mot d’ordre : « plein le dos. On va bien dormir ». A 19h, le car s’arrêtait devait l’hôtel. « Ce fut une journée particulière ; ludique et sportive. Dans la montée, il y avait quelques passages sévères et cet après-midi, cela a été plus de la rigolade. Le ballon va redevenir la priorité à partir de mardi ». La conclusion est signée Claude Puel.