masculins / Werder - OL J-1

Quelle première manche en Mer du Nord?

Publié le 22 février 2005 à 10:27 par R.B

[IMG958L]Bayern – Arsenal, Barcelone – Chelsea, Real Madrid –Juventus Turin, Manchester – Milan AC sont les affiches de ces 1/8èmes de finale pour plusieurs raisons qu'il est inutile de développer tellement elles sont évidentes. Il y aura ainsi 4 poids lourds qui passeront à la trappe pour la suite de la compétition. Dans un petit coin de leurs têtes <b>Lyonnais</b> et <b>Brêmois</b> doivent y penser ; comme ils se sont dits juste après le tirage au sort au mois de décembre que celui ci avait été du genre clément... En route pour le match aller...

Bayern – Arsenal, Barcelone – Chelsea, Real Madrid –Juventus Turin, Manchester – Milan AC sont les affiches de ces 1/8èmes de finale pour plusieurs raisons qu'il est inutile de développer tellement elles sont évidentes. Il y aura ainsi 4 poids lourds qui passeront à la trappe pour la suite de la compétition. Dans un petit coin de leurs têtes Lyonnais et Brêmois doivent y penser ; comme ils se sont dits juste après le tirage au sort au mois de décembre que celui ci avait été du genre clément. Satisfaits sur le papier, reste maintenant la vérité du terrain ; la seule qui enverra Allemands ou Français en ¼ de finale.



Mathématiquement, tous les clignotements sont au vert dans les 2 formations. Les Verts de Micoud et d'Ismaël sont remontés jusqu'à la 3eme marche du podium en Bundesliga, pas très loin des 2 leaders (le Bayern et Schalke 04). Ils marquent but sur but : 61 au total en championnat et Champions league (28 rencontres) ; et ils ont marqué au moins un but à chaque match à l'exception de leur déplacement à l'Inter Milan, défaite 2 à 0 ! Ces « Gunners allemands » vont incontestablement de l'avant ; ils avouent jouer ainsi par plaisir… et ce réalisme paie. En plus, il n'y pas de blessés dans les rangs ; le coach Thomas Schaaf aura donc l'embarras du choix en s'appuyant sur Micoud, Klasnic, Klose, Ismaël, Reinke, Baumann, Borowski…



Les Olympiens ont résisté aux déferlantes monégasques vendredi soir, en maintenant un écart conséquent au classement de la Ligue 1. Ils se sont préparés ainsi à cette joute européenne, plus équilibrée, qu'il n'y paraissait peut-être, aux dires de leurs observateurs. «Le Werder est d'un niveau supérieur aux Espagnols de la Real Sociedad. Cette équipe est complète dans toutes ses lignes et elle est habituée aux rencontres européennes… ». Yves Colleu brosse ainsi le portrait des Allemands. « Il faudra les empêcher de marquer et si possible se montrer réaliste… ». Cet OL qui a la meilleure attaque de Ligue 1 avec Auxerre n'a inscrit, toutefois, que 36 buts en 26 rencontres de championnat dont 5 matchs à 0 but). Paradoxalement, en Champions League, les coéquipiers de Coupet ont fait un carton avec leurs 17 buts en 6 rencontres.

En retrouvant cette scène où les espaces ne sont pas fermés à double tour, les Gones entendent bien en profiter pour atteindre leurs objectifs. Une question ? Aborde-t-on de la même façon un match de poule et un match aller de phase finale ? Certainement pas. L'un essaie de faire la différence sur sa pelouse ; l'autre calcule plus en fonction du match retour… afin de ne pas hypothéquer ses chances, même si l'histoire du football est riche en renversements de situations perdues. A moins que le déroulement des débats ne vienne bouleverser le bel ordonnancement envisagé.



Les Lyonnais sont ambitieux sur leur sol et les terrains du Vieux Continent. Ces dernières heures quelques accrocs de santé sont cependant venus obscurcir leurs pensées. Anthony Réveillère, cheville gauche plus sérieusement endommagée que prévu restera à Lyon. Le forfait de l'ancien rennais fera le bonheur de Diatta. Il manquera aussi Bergougnoux qui est revenu de Monaco avec une cheville douloureuse. Et malheureusement Claudio Cacapa qui a ressenti lundi après-midi une douleur à son genou touché contre Strasbourg. Cela va forcément limiter les choix de Paul Le Guen qui avait peut-être songé titulariser le Brésilien pour replacer son Ghanéen Essien en milieu de terrain. Avant Monaco, nous pensions que l'infirmerie était enfin vide... En fait, c'est la tuile! Du coup, 19 Olympiens embarqueront en direction de ce port de la Mer du Nord. Benzema et Benarfa retrouvant le groupe des Grands pour l'occasion.



Malgré tout, il sera demandé de la solidité dans ce duel franco-germanique ; le 9ème de l'histoire lyonnaise. Personne n'a oublié les confrontations contre le Bayern ou encore le Bayer Leverkusen en phase de poules. On se souvient d'une qualification contre Hambourg ; d'une élimination en match d'appui contre ces mêmes hambourgeois. L'OL n'avait pas existé face au Borussia Monchengladbach, ni contre Cologne. Reste le souvenir de ce retour « dramatique » au Weserstadion en 1/16èmes de finale de la Coupe UEFA. Coupet est le seul survivant de cette Bérézina. En face Baumann (suspendu au match aller) et l'entraîneur Schaaf étaient déjà là. Depuis ce mois de décembre 99, les 2 formations se sont retrouvées une fois en match amical, cet été en Suisse à Rappersvill. L'OL menait 3 à 0 (Elber 2 et Luyindula) avant que les Allemands ne reviennent au score avec 2 buts de Klasnic et un de Borowski. Beaucoup de choses ont changé depuis, notamment chez les Français avec les départs des 2 buteurs du jour et les arrivées de Wiltord, Cris, Diatta, Nilmar. En plus en ce jour du mois de juillet, il manquait aussi Coupet et Govou… et ce n'était qu'une partie de campagne. Dans cette confrontation Wiltord retrouvera dans le camp adverse son ancien coéquipier Bordelais, Johan Micoud, un de ses passeurs qui en avait fait le meilleur buteur du championnat de France 98-99. Ismaël, l'autre vert français, se souviendra lui qu'il était de la fameuse "finale" perdue à Gerland avec Lens en mai 2002...



Mercredi soir 40 000 supporters seront derrière leurs champions pour ce match que les Allemands du Werder considèrent comme le plus important de la saison. Qu'en pensent les Lyonnais eux qui veulent au moins se retrouver encore en ¼ de finale ? Il n'y aura pas de la place pour tout le monde. Alors autant ne pas s'enrhumer sur les bords de la Mer du Nord... autant bien négocier cet aller pour envisager un billet vers « le futur »… qui passera par le retour à Gerland dans 15 jours. Bien malin qui peut prévoir la physionomie et le résultat de cette première manche...



R.B

Sur le même thème