masculins / Bilan tr�

Quelques propos mis en image...

Publié le 23 décembre 2004 à 17:12 par R.B

12 mois de cohabitation cela laisse forcément des phrases, des mots, des propos, des images que l'on ne peut oublier. Il y celles et ceux qui reviennent régulièrement comme les fameux « avaler la trompette »… «il n'a pas la lumière à tous les étages »… «je n'aimerais pas être à la place du ballon »… de Bernard Lacombe et on en oublie, tellement le langage du meilleur buteur français de tous les temps est imagé.



Il y a aussi les réponses quasi identiques des joueurs… aux questions quasi identiques des médias. Avec un peu de recul, cela donne l'impression que les joueurs et les entraîneurs pourraient aisément poser les questions… et les médias y répondraient sans trop de difficultés.



Mais tant qu'à faire dans la nouveauté… après son célèbre : « ma… yeu né souis pas un butour » prononcé au soir de son triplé contre Auxerre en 2002-2003, formule réitérée après celui de Lens en 2003-2004, l'adorable Juninho nous a régalé, il y a peu, d'un savoureux « il faut faire le Ma… xi… mum » proclamé avec une force convaincante et ces accentuations si particulières. Il pourrait bien avoir l'oscar de l'année comme Essien et son traditionnel «je suis content… » dont on ne se lasse pas. Le tout accompagné par ce sourire éternel. Quant à Diarra, il doit être bien placé pour recevoir le prix d'interprétation en raison de son fou rire plein de vie lors de la conférence de presse avant la rencontre retour contre le Sparta Prague. A cet instant précis, Mahamadou était redevenu un véritable gamin qui parlait d'un simple jeu. Inoubliable...



Toutes ces remarques, choisies de façon arbitraire, font aussi partie de la rétro de l'année… Comme cette dernière image notée, plus ironiquement, juste avant la venue de Marseille à Gerland. Une caméra d'une grande chaîne nationale se dépêche de rejoindre le groupe des journalistes qui interview un membre connu du collectif lyonnais. Derrière la caméra, après avoir tendu son micro, l'homme de télé ose un exceptionnel : «qui c'est ce gars ?». Surprenant… mais vrai! On se dit alors, que c'est chouette de connaître un peu l'envers du décor...





R.B

Sur le même thème