masculins / Tignes

Questions à Anthony Réveillère

Publié le 09 juillet 2008 à 20:10 par R.B

Anthony Réveillère est l’un des plus anciens lyonnais du groupe puisqu’il est arrivé pendant l’été 2003… Une petite douleur au mollet lui demande de faire attention… Question pour « Antho » au soleil de Tignes…

Anthony comment se passe ce stage ?
« Bien. Ce n’est pas évident parce qu’il faut souffrir pour se préparer. Plus jeune, je n’étais pas spécialement bon. J’ai progressé physiquement. Je ne suis pas facile, dans les efforts liés aux courses, comment certains pourraient le croire parce que je vais vite, je suis endurant. Cela a été du travail. Pendant mes vacances, j’ai coupé totalement. Priorité au repos, à la famille, au dépaysement. J’ai déjà bossé lors de vacances précédentes, mais cela ne m’avait pas été plus profitable. Le mollet ? J’ai senti une douleur dimanche matin. J’ai passé une échographie qui n’a pas décelé de gros problèmes. C’est juste une tendinite. Cela ne m’empêche pas de travailler en salle, de faire un peu de vélo afin de ne pas perdre tout l’acquis de ce stage ».

Si on prononce le mot concurrence, que dis-tu ?
« Elle est normale, mais ce n’est pas toujours évident à vivre. Moi, je l’accepte à condition que tout soit clair au départ. Après c’est vrai que je préfère enchainer les matchs et que je n’aime pas sortir lorsque je suis performant. La saison dernière, cela a été à un moment donné difficile, même si j’ai fait toute la fin de saison. J’aime bien la notion du meilleur qui joue. C’est vrai aussi que je suis polyvalent en pouvant dépanner à gauche. Je l’ai fait la saison dernière quelque fois. Mais je préfère jouer à droite. Son concurrent direct ? Il reste avant tout un coéquipier, un membre du groupe. Ce n’est pas un ennemi. Après, comme dans tout groupe, il y a plus d’affinités avec certains qu’avec d’autres. C’est normal ».

Les changements d’entraîneur à l’OL ?
«Avec l’arrivée de Claude Puel, c’est mon 4ème coach en 6 saisons. Il faut s’adapter, même si le football reste le football. Chacun a sa façon de faire. Mais on sait ce que je recherche le Président. Il veut que le club progresse et chaque fois ces changements doivent donc permettre au club d’aller plus haut dans les performances ».

A Tignes, penses-tu un peu plus à L’Equipe de France ?
«D’une manière générale, je ne me focalise pas sur ce sujet. Bien sûr que j’aimerais revenir dans la sélection. Je me souviens que j’avais participé à l’aventure des éliminatoires pour la Coupe du Monde 2006. Malheureusement, j’ai ensuite été blessé assez longtemps en début d’année 2006… Du coup, cela a été difficile de rester dans le groupe. Je me concentre d’abord sur mon club. Après, si tu es bon, tu peux être appelé. »

Enfin, question souvenirs avec l’OL… Ton meilleur et ton pire ?
«Le meilleur, c’est le doublé la saison dernière parce que cela n’a pas été facile tout au long de la saison. Le pire ? Au-delà de Mancini, c’est la défaite contre l’AS Roma. Il y a plein de choses qui n’ont pas matché dans ce match. Cela a été une grosse déception ».