academy / Gambardella

Les acteurs de la Gambard' : Anthony Racioppi

Publié le 27 janvier 2017 à 14:00 par SC

L’équipe U19 de l’OL se déplace ce samedi (14h30) à Epinal pour les 32èmes de finale de la Coupe Gambardella. L'occasion parfaite pour découvrir les talents de l’Academy. Le gardien suisse, Anthony Racioppi, est le premier à nous raconter son parcours et sa saison.

De la Suisse à Lyon

« J’ai commencé le foot vers 6 ans au CS Chenois, un club vers Genève. J’y suis resté toute mon enfance, jusqu’à mon arrivée en U14 à l’OL en 2011. Ça s’est bien passé ici même si l’intégration a été un peu compliquée. Le fait d’être éloigné de la famille a été difficile, c’est normal. Je ne sais pas trop comment s’est passé le premier contact avec l’OL. C’est mon père qui a tout géré. L’OL m’a appelé pour des détections. J’ai fait quelques tournois avec eux et après ils m’ont fait signer. »

Gambard’, rêve et objectif

« C’est la première année que je joue cette compétition. C’est un grand enjeu pour nous. Depuis tout petit, on entend parler de la Gambardella, même en Suisse. Je suis vraiment content de la jouer. On a une bonne équipe, il faut continuer comme ça. Le premier match face à Dijon a été un peu compliqué à cause de l’expulsion. On a tenu le match même si on s’est fait peur en fin de match. C’est aussi mon rôle de répondre présent dans ces moments… Je ne connais pas du tout l’équipe d’Epinal. Il faut faire attention. Ce sera un match difficile. L’objectif est de la remporter, clairement. On va essayer de faire comme la génération d’il y a deux ans. C’est un rêve de jeune.»

Greg Coupet, d’idole à coach particulier

« Ça se passe super bien. Il m’apporte son expérience, il me donne beaucoup de conseils. Il est toujours joyeux donc c’est cool. Il donne la pêche. C’est un truc de fou d’être entraîné par lui. Je ne pensais pas qu’un tel gardien m’entraînerait un jour. Je suis vraiment heureux. C’était une de mes idoles avec Buffon. Je me rappelle de son arrêt de la tête à Barcelone. »

La chute…

« C’était la saison passée en novembre à Auxerre. C’est à la 90ème minute. Je sors dans les pieds de l’attaquant et je me fais une fracture du tibia péroné. Je me suis fait opérer le jour d’après. C’était un moment difficile puisque je ne jouais pas beaucoup à cette époque. J’ai su rester fort. J’ai bien travaillé avec les kinés. La rééducation a été difficile mais j’ai toujours gardé cette envie de revenir. Il faut toujours se relever. »

… avant la grande envolée

« Quelques semaines après mon retour de blessure, j’ai fait ma première apparition avec le groupe pro à l’entraînement. Je me suis entraîné avec eux aussi ce mercredi. Je vis ces moments à fond. Je le prends comme une chance. C’est à cause des blessures de Stan (Lebongo) et Dorian (Grange) malheureusement. Le foot ça va vite, il faut saisir les opportunités. Ça se passe super bien avec Joël Bats, Anthony Lopes, Mathieu Gorgelin et Lucas Mocio. Ils m’amènent leur expérience… Ça change énormément, tout va beaucoup plus vite… la vitesse du ballon, les trajectoires. Memphis m’a mis une petite lucarne. Il a tenté un petit piqué aussi mais il ne l’a pas mis. »


Le dossier de… Yann Kitala et Brian Ngwabije

Il ne sait pas du tout faire à manger. Donc il s'achète des plats préparés pour le repas du soir. On est très souvent ensemble, tout le temps il vient chez moi et il me demande de lui faire à manger (Yann). Il adore aussi regarder la série Gossip Girls.


Souvenirs, souvenirs…

« Le meilleur ? On avait gagné un tournoi en U14 à Baisieux, vers Lille. C’était ma première année à l’OL, je n’avais pas de licence encore. Je ne pouvais faire que les entraînements et les tournois. C’est un beau souvenir. On avait gagné 3 à 1 contre le Sparta Prague en finale. Il y avait des grosses équipes. C’était avec Houssem Aouar, Yann Kitala, Timothé Cognat. Le moins bon ? Le match à Auxerre et cette blessure. »

GROUPAMA et CLAIREFONTAINE, partenaires officiels de l’Académie OL.

Sur le même thème