masculins / Champions League

Réactions au tirage au sort

Publié le 10 mars 2006 à 16:45 par BV / GG / SC

Réactions après le tirage au sort des quarts de finale de la Ligue des Champions

Jean-Pierre Escalettes (président de la FFF): Il s’agit d’un tirage difficile mais comment voulez-vous obtenir un tirage facile lorsque vous regardez les équipes qui restent en lice. L’OL fait partie des équipes qui peuvent remporter cette Ligue des Champions. On n’est pas là pour chercher le plus petit adversaire possible mais pour aller en finale. Le football français a tout à gagner sur ce genre d’événements.

Bernard Lacombe : C’est le top niveau. Le Milan AC et Barcelone constituent les deux clubs qui dominent l’Europe actuellement. C’est une équipe de très haut niveau. On a la chance de retourner dans un stade, San Siro, qu’on connaît déjà car on y a joué l’Inter. Les clubs italiens nous réussissent plutôt bien pour l’instant : on a battu la Lazio Rome et l’Inter.
Certains affirment qu’il s’agit d’une équipe un peu vieillissante. Je me souviens de ma période bordelaise durant laquelle le président affirmait lorsqu’on perdait qu’on était trop vieux et lorsqu’on gagnait qu’on était expérimentés. C’est pour cette raison que nous devons nous méfier de cette équipe. Ses joueurs ont beaucoup de sélections. La plupart ont déjà disputé plus de 80 matchs de Ligue des Champions. De notre côté, nous commençons à acquérir un peu d’expérience.
On doit garder à l’esprit que le PSV que nous venons de battre avait posé beaucoup de problèmes à cette équipe milanaise.
Le Milan AC dispose d’une attaque qui fait naturellement rêver l’ancien attaquant que je suis. Chevtchenko est bien entendu un joueur exceptionnel toutefois Gilardino est celui qui m’impressionne le plus. Je l’avais déjà vu lorsqu’il évoluait à Parme.

Raymond Domenech : La vraie question est : « Qui sera en finale ? ». Difficile à dire lorsqu’on regarde les affiches proposées. Je ne me hasarderai pas à émettre un pronostic car je suis tr¨s mauvais dans ce rôle.
Laurent Blanc a eu la main lourde avec l’OL mais c’est jouable. Le plus embêtant est que le match retour se jouera à Gerland. Je pense tout de même que Lyon a ses chances.

Jean-Michel Aulas : Je suis content car ce sera un match difficile mais exceptionnel et de très haut niveau.
Il s’agit du finaliste de l’an dernier qui aurait mérité de remporter la finale. Il y a chez eux la volonté d'effacer ce douloureux souvenir. C’est une équipe qui pratique un beau football et l’OL aime les équipes qui jouent au foot. On savait avant le coup d’envoi qu’il n’y avait que des grandes équipes. Pour aller au Stade de France, il faut en passer par là. La finale étant programmée en France, nous nous devons de répondre présents. Pour passer, il faudra que nous nous montrions plus forts encore que d’habitude.
C’est une rencontre que tout le monde attendait à Lyon. Ce sera une grande fête. Le Milan AC constituait jusque là un club que nous n’avions jamais affronté dans cette compétition.Il s’agit d’un club mythique.
On va bien se préparer en fonction de cette échéance et tout faire pour offrir à nos supporters une place en demi-finale. On ira à Milan pour poursuivre l'aventure. On jouera cette rencontre dans le même état d'esprit que notre huitième de finale contre Eindhoven.
Il faut se souvenir que les Milanais avaient perdu contre Eindhoven. Sur une double opposition, le PSV les avait embêté.
Jouer le premier match à Gerland est bien entendu un handicap mais nous pourrons disposer de Juninho au match retour. Un gros avantage lorsqu'on sait qu’il aime bien inscrire des coups francs à l’extérieur que ce soit sur les terrains du Werder, du Bayern ou encore de l’Olympiakos. Il faut prendre les choses comme elles viennent et se rappeler qu’à cette période, nous aurons récupéré nos joueurs blessés.

Cris : C’est dur mais ce n’est pas grave. Lyon peut très bien se qualifier. On va jouer sans s’affoler. On va beaucoup travailler pour aborder cette rencontre dans les meilleures conditions. Il s’agit de deux équipes très fortes. On doit réaliser qu’on forme une grande équipe qui joue bien au football. Nous disposons d’un fort groupe. En face, on connaît Milan. C’est une équipe qui a dans ses rangs de nombreux joueurs de grand talent.
Cela va être un gros match mais je n’ai pas peur. J’adore ce type d’opposition. J’apprécie tout particulièrement la concentration dont on doit faire preuve lors de ces rendez-vous.
Notre tâche sera rendue encore plus difficile par l’absence de Juni qui constitue un joueur important pour l’équipe.
Je vais retrouver des coéquipiers brésiliens : Kaka, Serginho, Dida. En face de moi, je vais être opposé à deux des plus grands buteurs de la Champions League que sont Inzaghi et Chevtchenko mais également à Gilardinio. Il faudra faire preuve de beaucoup d’attention et veiller à ne pas faire de cadeau. On se devra de rester très concentrés.
Je ne suis pas sûr que le match aller chez nous soit un handicap. Les deux rencontres seront très serrées. On peut très bien aller gagner chez eux comme ils peuvent venir gagner ici.
En demi-finale, on rencontrerait Benfica ou Barcelone, deux équipes très en forme actuellement. C’est relevé mais on s’y attendait : c’est la Champions League. C’est une compétition dans laquelle il n’y a que des équipes très fortes et chacune d’entre elle veut aller au bout.
Sur le même thème