masculins / OL 1 - Lille 1

Réactions... Réactions... Réactions...

Publié le 23 septembre 2007 à 23:15 par BV avec OLTV Le Bus

Réactions après la rencontre entre l’OL et Lille.

Alain Perrin : Ce soir, je ressens une grosse frustration compte tenu de la débauche d’énergie, de l’investissement et l’état d’esprit. On se retrouve menés au score bêtement. Après, cela n’a pas voulu sourire. J’ai beaucoup aimé les mouvements des joueurs. Ce soir, sur la fin, on méritait de l’emporter. Lille joue toujours très regroupé derrière et se projette rapidement devant en contre.
Cleber Anderson ? Il a fait une bonne intégration. Avec Toto Squillaci, ils ont produit un match très sérieux.

François Clerc : Avec Cleber Anderson, cela s’est très bien passé. Malheureusement, on a encaissé un but sur coup de pied arrêté. Dans l’ensemble, cela a été pas mal.
La défaite face au Barça fut lourde et nous a touchés. Elle nous a fait mal mais ce soir, on a montré que l’on avait du caractère et de l’orgueil.
Lille est une équipe qui défend très bien, qui se projette très vite vers l’avant.

Claude Puel : Le résultat est satisfaisant car il est obtenu à Lyon contre une très bonne équipe. On a tout donné physiquement. Au niveau de l’état d’esprit, on a été irréprochables. Tony (Sylva) a longtemps retardé l’échéance. Ce soir, on n’a pas de gros regrets.
L’OL a été solide. De notre coté, on a su les maitriser, on a laissé passé l’orage mais cette équipe lyonnaise est capable d’accélérer par séquences. C’est du très haut niveau.

Mathieu Bodmer : Ce soir, je me suis très bien senti même s’il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans le match. On a eu de belles actions que l’on n’a pas su concrétiser tout de suite. Jouer contre son ancienne équipe n’est pas évident.
Il ne faut pas dramatiser. Cette équipe de Lille va faire déjouer pas mal de formations. Le match ne fut pas évident à gérer. Si on prend 3 points contre Lens, on sera dans les temps.

Jean-Michel Aulas : J’ai apprécié l’équipe car, après notre match contre Barcelone, cette rencontre face à Lille s’annonçait difficile. On était dans une situation psychologique très très difficile.
L’équipe prend un but rapidement mais a par la suite lutté. Ce point du match nul est prometteur pour l’avenir. Je suis satisfait de la prestation des « garçons ». On aurait presque mérité de gagner sur la fin.
Concernant l’incident de Juninho, il a été traité de la meilleure des manières par Alain Perrin qui est allé expliquer pourquoi il avait réagi ainsi. J’ai expliqué au journaliste qui m’a appelé que la réaction d’Alain Perrin était du second degré : faire comprendre que la prochaine fois ça se passera moins bien, sans avoir à crier sur tous les toits.
Il faut rester réalistes et savoir raison garder.

Rémy Vercoutre : On est moins déçus que si on avait perdu. La rencontre n’était pas très bien engagée. Lille est une équipe accrocheuse. On a su faire preuve de ressources pour revenir. Quatre jours après la défaite à Barcelone, revenir au score n’était pas évident. Il s’agit donc d’un bon point.

Cleber Anderson : Je me suis vraiment senti bien. La seule déception de la soirée, c’est de ne pas avoir réussi à l’emporter. C’est dommage car en seconde période, on avait vraiment la possibilité de gagner.
Sur un plan personnel, je ne suis pas encore à 100%. Je dois encore progresser. Il me manque 3 à 4 matchs de rythme pour revenir à mon meilleur niveau mais je vais continuer à travailler afin d’y parvenir.

Juninho : Concernant la séance vidéo, j’ai commencé à la regarder mais j’étais encore très énervé par la défaite de la veille. Je n’avais pas envie de regarder toute la rencontre. J’ai demandé à aller aux toilettes et je ne suis pas revenu. J’en profite pour dire qu’il n’y a aucun problème avec le coach.
Concernant la rencontre de ce soir, c’est un bon point de pris car Lille n’a pas encore perdu à l’extérieur cette saison. On a bien démarré et bien terminé la rencontre. On s’est créé pas mal d’occasions.
L’équipe est en train de progresser. Aujourd’hui on a joué vers l’avant.
Contre les Rangers, ce sera une finale. Ils vont nous attendre afin de nous contrer comme l’Ecosse l’avait fait face à la France.
Sur le même thème