masculins / OL - Stuttgart : 4 - 2

Réactions... Réactions... Réactions...

Publié le 07 novembre 2007 à 23:46 par BV avec OLTV Le Bus

Réactions après la rencontre entre l'OL et Stuttgart.

Hatem Ben Arfa : Ce soir, ce n’est que du bonheur car, en plus, Barcelone a battu les Rangers. On se remet à y croire. On s’est fait peur, on s’est mis en difficulté alors qu’on avait le match bien en mains. On les a laissés frapper au but. A l’avenir, on doit gommer ce qui ne fut pas bon ce soir. J’ai marqué deux buts mais comme je le dis souvent, le plus important, c’est la victoire de l’équipe. J’essaie de tout donner pour cette équipe et mouiller le maillot.

Rémy Vercoutre : Il y a des matchs comme ça où tu es sollicité, des matchs crispants. On passe par la petite porte. Ce soir, on avait un premier palier à franchir : se qualifier pour la Coupe de l’UEFA. On est conscients de ce qu’il nous reste à faire. On va maintenant savourer car Stuttgart est une très bonne équipe.
Psychologiquement, avec 2 buts d’avance, ce n’est jamais évident car s’ils parviennent à inscrire un but, ils peuvent espérer revenir à égalité. On a alors joué « petit bras » mais on a ensuite su se ressaisir lorsque Sid (Govou) et Juni (Juninho) ont pris les choses en main.
Concernant le penalty, ça aurait pu basculer à ce moment là s’ils avaient marqué. On subissait leur pression mais en sachant que l’on allait avoir des occasions de but pour tuer le match. C’est ce qui s’est passé.
Sur le penalty, Juninho est venu me parler. Il m’a confié sentir que j’allais l’arrêter car il n’y avait pas penalty. Ca m’a regonflé moralement.
On va désormais très vite se replonger sur la rencontre de dimanche face à l’OL car on se sait attendus.

Cleber Anderson : Ca n’a pas été facile. On est passés par des moments difficiles mais Rémy (Vercoutre) a réalisé un bon match et Juni nous a libérés.
Maintenant, tout dépend de nous, on a notre avenir entre nos mains. Si on gagne face à Barcelone, on sera beaucoup plus confiants et on reviendra de Glasgow avec la victoire.

Alain Perrin :C’était un adversaire avec de la qualité. On savait qu’ils laisseraient des espaces qu’on pourrait exploiter en contres mais qu’offensivement ils prenaient beaucoup de risques. Il fallait être très présents défensivement pour pouvoir contrôler cette volonté allemande.
Plus le temps passait et plus ils prenaient de risques. On aurait ainsi pu se mettre à l’abri plus tôt. Je pense notamment à l’occasion de Kader Keita.
Les Rangers restent devant nous. S’ils viennent à gagner à Stuttgart, et que nous perdons contre Barcelone, les jeux seront faits. Tous les cas de figure sont possibles. A nous de tenter l’exploit face à Barcelone.

Kim Källström : Ce fut un gros match. Ca partait dans tous les sens. Il y avait du spectacle. Ce fut un match agréable à jouer. On aurait dû le fermer un peu plus tôt mais Stuttgart est une bonne équipe qui attaque bien. On termine cette rencontre avec la victoire et le sourire.
On ne va pas s’arrêter ici. Après avoir perdu les deux premiers matchs, on s’était dit qu’il fallait tout faire pour rattraper le retard. Il faut maintenant aller chercher la qualification (pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions). Ca va être compliqué mais ce sont de gros matchs, des grands rendez-vous qu’il ne faut pas manquer. Si on fait notre boulot contre le Barça, on peut se qualifier tous seuls. On devra être mieux défensivement.

Jean-Michel Aulas : Quand je suis arrivé dans le football, mon rêve était de jouer la coupe de l’UEFA. C’était l’Eldorado, le père noël. Cette soirée fait partie des grandes soirées de qualification européennes. J’ai confiance dans ce staff technique et cette équipe et ils me le rendent bien car ils nous font vivre des choses formidables.
Sur le même thème