masculins / OL - PSG : 1 - 0 (a.p.)

Réactions... Réactions... Réactions...

Publié le 25 mai 2008 à 02:07 par BV

Réactions après la victoire des Lyonnais en Coupe de France contre le PSG.

Alain Perrin : C’est une très grosse joie qui est proportionnelle à la difficulté et à la rareté de la performance. Réaliser le doublé est un grand bonheur. Contre une valeureuse équipe parisienne, on a eu du mal à rentrer dans le match. On a peut-être eu du mal à digérer le titre. C’est l’histoire d’un match : chaque équipe a eu son moment fort. Comme souvent dans ces cas-là, la première équipe qui marque a beaucoup de chances de l’emporter. Le but de Sidney (Govou) est un beau symbole. La façon dont Juninho a l’a associé, ainsi que Coupet, à la remise du trophée est un bel hommage. Mon bilan ? Je suis content. J’ai atteint mes objectifs. La suite ne m’appartient plus.

Jean-Michel Aulas : Quand on fait le bilan de la saison, on s’aperçoit que, même dans la souffrance, on remporte des trophées. On termine avec le meilleur bilan que l’on n’ait jamais eu sur le plan sportif. Cette saison, on n’a pas réussi un doublé mais un quintuplé. On a gagné le tournoi de la Paix en début de saison, le trophée des Champions, le championnat et puis la Coupe de France. A cela il faut ajouter le titre de champion de France de l’OL Féminin. On sait que la Coupe de France constitue une compétition difficile à gagner. Le PSG s’est montré remarquable. J’ai une petite pensée pour Alain Cayzac. Il a su se sacrifier pour permettre au PSG de rester en Ligue 1. C’est la raison pour laquelle, ce soir, le PSG aurait peut-être mérité de gagner cette coupe. Concernant l’avenir d’Alain (Perrin), pour l’instant, il est sous contrat ; la question ne se pose donc pas. Encore moins un soir de conquête comme ce soir. Nous allons partir avec lui, avec Christophe Galtier et les joueurs restants aux Emirats Arabes Unis. On aura toute la semaine pour réfléchir. On a une petite idée de ce qu’il faut faire pour grandir. On a annoncé la couleur avec des recrutements très importants : Delgado qui n’a jusqu’à présent pas beaucoup joué, Ederson, un autre très jeune et très grand joueur va venir nous rejoindre, peut-être un autre avec le remplacement de Grégory Coupet. Je lui dédie ce match. Il a fait ce soir un arrêt déterminant, comme il l’avait fait à Auxerre, contre Nancy, contre Sedan. C’est vraiment un très grand gardien qui sera difficile à remplacer. J’aurais préféré le garder au club un peu plus longtemps.

Jérôme Rothen : Cette coupe, on mérite de la lever mais ce n’est pas le cas. Une finale n’est belle que lorsque l’on la gagne. C’est donc une déception car on a réalisé le match qu’il fallait. Mais quand on ne marque pas, on n’est pas à l’abri d’encaisser un but, surtout contre cette équipe lyonnaise. Ils marquent sur ce qui constitue presque leur première occasion. C’est malheureux pour nous mais il faut faire avec.

François Clerc : Gagner la coupe de France, c’est un rêve d’enfant. C’est extraordinaire. On est vraiment très contents. On sait qu’un doublé, cela arrive très rarement. C’est donc une grande fierté. Cela a été difficile : au nombre d’occasions, Paris est devant nous. Ils ont certainement mieux joué que nous mais l’essentiel est de gagner ; l’année dernière, on avait mieux joué que Bordeaux mais on avait perdu. Cette année, c’est l’inverse : on ne va pas se plaindre. Dans un ou deux ans, on ne se souviendra que du gagnant, pas de la manière. Dans les vestiaires, il y avait beaucoup d’émotion. Greg (Coupet) a annoncé qu’il s’en allait. Pour lui, terminer sur un doublé est extraordinaire. C’est un monument ! C’est l’âme de notre équipe. On lui doit beaucoup. Juninho, Govou et Coupet ont gagné tous les titres. Ce sont des joueurs primordiaux.

Mathieu Bodmer : Cette coupe de France, cela faisait 35 ans que le club l’attendait. C’est historique. C’est un moment merveilleux pour les joueurs, pour les dirigeants, pour tous les Lyonnais. Ce soir, cela n’a pas été le meilleur match de notre saison. A la mi-temps, on aurait peut-être dû perdre 2 ou 3 buts à 0 mais il y a eu des arrêts de Greg (Coupet) et des sauvetages sur la ligne. En début de prolongation, on se dit que l’on n’a plus rien à perdre. Le but de Sidney (Govou), c’est tout un symbole. Pour moi, c’est la saison parfaite : le championnat, la coupe de France, j’ai participé à tous les matchs, j’ai été sélectionné avec les A’. Pour moi, c’est vraiment une saison parfaite.
Sur le même thème