masculins / OL - Nancy J-2

Rémy Vercoutre : « Avec le mors aux dents »

Publié le 18 décembre 2006 à 18:53 par BV

Rémy Vercoutre, qui gardera mercredi les buts de l'Olympique Lyonnais pour la réception de Nancy en quarts de finale de la Coupe de la Ligue, nous fait part de sa motivation. Face des Nancéens "impressionnants de sérénité", il s'attend à "un match très compliqué".

Vous allez donc garder les buts de l’OL mercredi contre Nancy.
Apparemment, je vais jouer. Ce n’est pas une surprise pour moi. On m’avait dit dès le début que j’allais jouer la Coupe de la Ligue. A partir du moment où j’avais commencé la compétition, je me préparais tranquillement dans mon coin pour jouer ce match. Après notre victoire face à Paris, je savais qu’il allait y avoir un autre match.

On imagine que cela doit être un plaisir de rejouer après votre très bon intérim.
Bien sûr. C’est toujours un plaisir de jouer. Surtout dans le contexte actuel car l’équipe tourne bien. Rentrer dans les buts après une performance comme celle d’hier soir à Lens, c’est rassurant et cela donne envie.

A quelle opposition vous attendez-vous ?
Cela reste un adversaire délicat. Les Nancéens sont qualifiés pour la suite de la coupe d’Europe et restent sur une belle victoire face à Marseille. Ils sont impressionnants de sérénité. Cela va donc être un match très compliqué. On a déjà joué contre eux à domicile. On a pu s’apercevoir qu’ils étaient très compliqués à manœuvrer. Même si on n’avait pas été trop inquiétés, on ne savait pas trop par quel bout les prendre. A la fin, on était même contents de l’emporter ainsi.

Un match de coupe est-il un peu plus particulier pour un gardien de but ?
Non, c’est particulier pour tout le monde. C’est un match à élimination directe. Il n’y a aucun rattrapage derrière. Si vous perdez, il n’y a plus d’autre match. Ce n’est pas particulier pour le gardien mais pour moi car si on est éliminé de la Coupe de la Ligue, je ne sais pas si je rejouerai par la suite. C’est sûr, je vais jouer ce match avec le mors aux dents.

Avez-vous une pression supplémentaire, du fait de devoir vous mettre au niveau des autres ?
Franchement, je n’ai aucune pression. Que nous gagnions ou que nous perdions, mon statut ne changera pas. Je jouerai simplement un match de plus. Je suis également soulagé psychologiquement d’avoir fait quelques bonnes performances auparavant.

La Coupe de la Ligue est un objectif avoué du club cette saison alors que ce n’était pas forcément le cas les années précédentes.
Par la force des choses, recevoir lors de la dernière rencontre mais également lors des 2 prochaines, à domicile devant notre public, nous force à gagner. C’est le lot de notre saison : on se force à gagner tous les matchs, dans toutes les compétitions. On se prend au jeu. On va voir où cela nous mène. On est conscients d’être à 2 matchs du Stade de France et tout le monde se prend au jeu. C’est excitant. Rendez-vous le 31 mars (finale de la Coupe de la Ligue). C’est tout ce dont je rêve. Lorsque je vois la déception de Juni (Juninho) et Tiago de ne pas être alignés mercredi, cela en dit long sur la motivation de l’OL. Avant Lens, on avait vraiment à cœur de gagner nos 3 derniers matchs pour partir tranquillement en vacances. On en a déjà remporté un, il nous en reste 2.

Avant une telle rencontre, se prépare-t-on en vue de possibles tirs au but ?
Lorsque l’on voit le faible nombre de buts qu’encaisse Nancy, il faut s’y préparer. On ne sait pas comment cela va se passer, si on va pouvoir marquer des buts. Nancy a une très bonne défense. On va donc peut-être s’y casser les dents. A un moment donné, il va peut-être falloir en passer par là pour se qualifier. On en a déjà connu une cette saison lors du Trophée des Champions. On s’y préparer régulièrement.