masculins / Pendant la trêve

Rémy Vercoutre : "Je suis déjà dedans"

Publié le 21 mars 2007 à 15:31 par BV

Vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2005, Rémy Vercoutre a disputé les trois premiers matchs de cette édition 2007. Conscient d'avoir "déjà pas mal apporté à l’équipe" cette saison, le portier olympien rêve du doublé : "Ponctuer ma saison par un trophée serait génial".

Un petit mot sur l’entraînement. N’est-il pas un peu compliqué de préparer la finale de la Coupe de la Ligue sans un certain nombre de vos internationaux ?
Ce n’est peut-être pas évident pour le staff mais de mon côté, il n’y a pas de problème. Je suis déjà dedans. Je me prépare depuis maintenant un mois. Jo (Bats) me fait des séances aux « petits oignons ». Je ne sais pas si je serai bon pendant le match mais je serai prêt. Je fais du « rab », du « rab » et du « rab ». Il faut être prêt, surtout psychologiquement. Il faut acquérir des repères sur le terrain. C’est la raison pour laquelle le coach a voulu que l’on joue un match amical contre Gueugnon. Après mon match avec la CFA, cela me fera donc deux matchs complets avant la finale. C’est bien car je manque de temps de jeu. C’est important de retrouver des repères et de la confiance.

La semaine prochaine se tiendra la finale de la Coupe de la Ligue, une épreuve que vous connaissez bien puisque vous l’avez remportée en 2005.
La coupe de la Ligue est désormais un objectif majeur du club, ce qui n’était pas le cas au départ. Tout le monde y a pris goût. La victoire contre Paris a marqué les esprits. Dans le groupe, on a souvent revu les images de joie après le but de Sylvain (Wiltord). C’était fantastique. Peut-être l’un des plus beaux moments de la saison. Cela avait galvanisé tout le monde. On s’est alors dit que l’on s’était sortis d’un traquenard contre Paris et que l’on n’avait pas le droit de laisser passer les matchs suivants. Maintenant qu’on est en finale, on se prend au jeu. De mon coté, je sais où je mets les pieds. Je connais un peu le stade, l’ambiance qu’il va y avoir. C’est beaucoup plus tranquillisant psychologiquement. En 2005, c’était un autre contexte, une finale beaucoup moins médiatisée que celle que nous allons jouer. Même si celle remportée avec Strasbourg reste dans ma mémoire, elle n’a pas la même envergure médiatique que celle que nous allons disputer. L’affiche mettra aux prises les deux premier du dernier championnat, les deux clubs qui ont représenté la France en Ligue des Champions. Il y a plus d’engouement autour de cette finale.

[IMG41950#L]Pour vous, c’est l’occasion d’apporter une grande pierre à l’édifice lyonnais de cette saison 2006/2007.
Si je pouvais juste apporter une petite pierre à l’édifice, cela me conviendrait bien. J’ai déjà joué plus de dix matchs cette saison. C’est la première fois que Greg (Coupet) laisse autant sa place. J’aurai donc déjà pas mal apporté à l’équipe. La finale, c’est peut-être plus important. On ne va pas se « prendre la tête » mais quand on commence une compétition, on a envie d’aller jusqu’au bout. A l’OL, je n’ai pas souvent été habitué à aller au bout des compétitions qu’on me laissait. Gagner cette Coupe de la Ligue, ce serait la cerise sur le gâteau pour tout le club. Maintenant que l’on est éliminés de la coupe de France et de la Ligue des Champions, pour tenter d’embellir la saison et faire mieux que les années passées, on a la possibilité de gagner un second trophée et faire plaisir à nos supporters qui sont tout le temps derrière nous. Ce sont de beaux moments à vivre, des moments dont on rêve quand on est gamin et que l’on joue avec ses copains dans la cour d’école, des bons moments de football. Ponctuer ma saison par un trophée serait génial.

A quel type de match vous attendez-vous ?
Cela va être très compliqué. Au match aller, on avait beaucoup souffert et on n’en menait pas large à la fin de la rencontre car cela avait été très difficile. Le match que l’on a perdu à domicile a laissé des traces dans nos têtes. Cette défaite à Gerland contre Bordeaux va peut-être nous servir. On l’a longtemps ruminée dans le vestiaire. C’est une défaite qui nous avait piqués au vif. Samedi 31 mars, ce sera la belle qui mettra aux prises deux gros effectifs qui ont été construits pour aller le plus loin possible en championnat et en Ligue des Champions. Cela va donc donner un beau spectacle. Ils ont gagné chez nous ; on a gagné chez eux. On va s’affronter sur terrain neutre. Cela va être un match de costauds.

En ce moment, on parle beaucoup de prolongations de contrat à l’OL. Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous ?
J’ai envie de jouer l’an prochain. Je le dis ouvertement. Je pense que cela ne sera peut-être pas forcément à Lyon. Cela fait quelques années que je suis sur le banc. J’ai envie de jouer. On en reparlera à la trêve. On va poser la question au coach, au président et on va en discuter tranquillement. Cela ne fera pas de vague.
Sur le même thème