masculins / Portrait

Rémy Vercoutre : "Le Pailladin de coeur"

Publié le 23 décembre 2009 à 08:01 par R.B

Le natif de Grande-Synthe a grandi au football du côté de Montpellier. Il n’a rien oublié… Il est aussi toujours autant motivé pour faire avancer l’OL, même dans la difficulté…

Retour en arrière au 13 avril 2002. Montpellier vient arracher le nul 0 à 0 au Stade de Gerland. Rémy Vercoutre garde la cage héraultaise. En multipliant les exploits, il est le grand artisan de ce résultat. Quelques semaines plus tard, il signe à l’OL et devient le remplaçant de Grégory Coupet. Cela fait désormais plus de 7 saisons qu’il a quitté la maison de « Loulou ». « Ce club est toujours important pour moi. C’est mon club de cœur ; le club où j’ai été formé, où j’ai signé mon premier contrat pro. Je suis toujours ses résultats. Je suis content de son début de saison. C’est une juste récompense. Il ne reste plus beaucoup de joueur avec qui j’ai joué mis à part Dzodic. Après je suis toujours en relation avec le Président Nicollin que j’ai souvent au téléphone et son fils ».


"Il faut prendre ces trois

points avant les vacances"

Et quand on lui demande s’il peut avoir le même comportement « vivant » sur le banc mercredi soir, Rémy se marre. « Mais c’est la culture  de la Paillade… ». Cela signifie que sur le banc d’à côté, ils en feront autant. Un match particulier pour le numéro deux olympien, mais un match à gagner. « Je suis plus que jamais motivé surtout en ce moment. Je ne lâche pas. Il faut prendre ces trois points avant les vacances… ».

Habitué, à l’OL, du banc sauf lorsqu’il a assuré le long intérim de « Greg » en 2007-2008 (25 matchs), pour certains matchs de coupes ou pour suppléer ponctuellement en cas de bobos Lloris après Coupet, Rémy n’a pas beaucoup joué en 2008-2009 et depuis le début de cette saison. 5 matchs lors de l’exercice précédent avec des hauts (Sochaux, Auxerre) et des bas (Lille, deux fois, Metz) et un seul cette saison du côté de Nice où ce fut plutôt compliqué individuellement et collectivement. On imagine aisément la difficulté à répondre présent sur un match surtout derrière un gardien comme Hugo Lloris. Pas sûr qu’il y ait « un véritable plaisir » pour ce leader de vestiaire, un des plus anciens au club, qui a débuté sa 7ème saison à l’OL. Son tempérament guerrier entraine, inspire le respect, voire la crainte. Et s’il ne joue presque pas, il se défoule toujours aux entrainements. « J’adore m’entrainer… ». Et cela se voit notamment dans les jeux. Pas question d’accepter du laisser aller, sinon gare aux coups de gueule ou aux sorties musclées.

Ce Nordiste devenu méditerranéen va donc retrouver SON club. Un club contre qui il n’a jamais joué, excepté sur le banc, que ce soit avec l’OL ou Strasbourg, ses seules autres tuniques à ce jour. Ses 54 matchs de L1, il les a disputés pour plus de la moitié (23) avec son club actuel. Avec Montpellier, il a atteint le chiffre de 16 et de 5 avec Strasbourg. Et l’essentiel de son palmarès, il l’a construit avec l’OL, même s’il a soulevé la Coupe de la Ligue avec le club alsacien en 2005. Tiens Rémy sera-t-il titulaire cette saison pour les matchs de Coupe ? Nous aurons la réponse bientôt puisque les deux premiers matchs de l’année 2010 seront ceux contre Strasbourg et Metz en coupe de la Ligue et en coupe de France. En attendant, il y a ce rendez-vous si particulier à bien négocier.

bande

Extrait de La Tribune OL / Montpellier à télécharger en intégralité ici

 

Sur le même thème