masculins / Stage de Tignes

Rencontre avec Dejan Lovren

Publié le 05 juillet 2012 à 16:25 par R.B

Dejan est revenu de ses vacances avec quelques changements dans sa vie… Il a avoué se sentir bien à l’OL…

Crâne rasé, le Croate est un nouvel homme en ce début de saison. « J’ai perdu un pari avec mon frère de 13 ans. Il m’a battu au ping pong, pourtant je suis bon… Incroyable… Mais je vais laisser repousser mes cheveux ». Après le changement capillaire, changement dans sa vie personnelle : « je me suis marié le 1er juillet. C’était bien ; un mariage mignon, simple. C’était important pour moi ce mariage car le bébé va bientôt arriver ».

Marié et futur papa, le défenseur central a fêté ce jeudi 5 juillet ses 23 ans. « Cela passe vite. Tu te rends compte, j’avais 20 ans quand je suis arrivé à l’OL ».

Blessé sérieusement en finale de la Coupe de France, Dejan a manqué l’Euro avec la Croatie. « C’est dur de regarder à la télé. J’aurais préféré jouer ; c’est la vie. L’équipe a fait un bon Euro ; on était dans un groupe difficile avec l’Espagne et l’Italie. L’Espagne, c’est la meilleure équipe de l’histoire du football ».

Cette absence à l’Euro, c’est l’occasion de revenir sur l’évolution de sa blessure. « Cela va beaucoup mieux, même si je ressens encore une douleur. Je travaille dur pour être prêt. Pour l’instant, je ne peux pas courir. J’espère que cela sera possible dans 4/5 jours. Les 6 derniers mois de la dernière saison, j’ai été blessé, cela  a été dur. En plus, cette blessure, elle est exceptionnelle. Ce n’est pas une blessure de footballeur ».

C’est la période des rumeurs, des transferts. On a parlé d’un intérêt du FC Barcelone. « Je suis bien à l’OL. Je pense que je vais rester. J’en ai envie après cela dépend du club. Tout peut arriver dans le foot. Barcelone ? Juste des paroles, rien de concret. Mais cela fait plaisir. Moi, je veux montrer encore plus que ce que j’ai déjà fait. Je peux encore faire mieux. J’ai envie de gagner d’autres trophées. 1 seul titre avec l'OL ce n’est pas suffisant».

Dejan qui avoue qu’il s’entend bien avec tout le monde dans le groupe olympien. Il évoque son ami Pjanic qu’il a eu récemment au téléphone. « J’ai été malheureux quand il est parti, mais cela m’a obligé de faire des efforts et de progresser en français ».

En attendant de pouvoir courir et de toucher le ballon, Dejan fait notamment du vélo. Le vélo qui lui rappelle un souvenir particulier. « Je n’oublierais jamais ce qui s’est passé en Corse en janvier dernier où je m’étais perdu et avais fait 30 kilomètres de plus. Maintenant quand je fais du vélo, je prends mon portable… Pour la montée de l’Iseran, mardi prochain, on verra comme cela se passe… »

Sur le même thème