masculins / Stage au Maroc

Rencontre avec Rémi Garde

Publié le 02 janvier 2013 à 15:18 par RB

Après l’entrainement, Il y avait un point presse avec l’entraineur olympien… et ensuite un échange plus personnalisé…


 Cela est plutôt sympa de tendre un micro, prendre un stylo… d’enregistrer, de noter au bord d’une pelouse avec quelques confrères, le ciel bleu et les palmiers pour témoin. Un point presse à la bonne franquette. «On a laissé la pluie à Lyon et trouvé de bonnes conditions ici. C’est important de démarrer dans un autre cadre que celui de notre quotidien. Le groupe est bien reparti et a effectué des séances de qualité. Il faut reprendre le rythme de travail. Ici on l’allie au cadre. Ce matin, Lovren, petit souci au tendon, n’était pas avec le groupe ; comme Lacazette, Grenier et Briand qui poursuivent leur remise en forme athlétique ».

La seconde partie de saison a donc débuté, mais est-ce que ce stage s’assimile vraiment à une nouvelle préparation ? « Non. Et puis, j’ai le sentiment que certains joueurs ont maintenu la machine en route pendant la coupure. On n’effectue pas de reprise foncière. Le match de jeudi ? C’est un entrainement amélioré qui doit nous amener sur le chemin de la compétition. Les temps de jeu seront répartis… »

Evidemment, le mot mercato revient sur le devant de la scène. « Je m’en tiens au discours fait aux joueurs. Il faut être des professionnels, ne pas se disperser en sachant que l’on ne peut pas tout contrôler. Si le groupe ne bouge pas, cela me conviendra… Cette période pourrait être compliqué si le groupe n’avait pas la bonne attitude, ce n’est pas le cas… Le mercato hivernal est-il utile ? Il peut permettre de réajuster un effectif. Après, on pourrait souhaiter qu’il soit plus court en le ramenant par exemple à une semaine ».

La trêve n’est pas uniquement le privilège des joueurs. Que fait un entraineur ? « Je suis parti en famille 4 jours à New York. J’ai pu complétement évacué le ballon rond à l’exception de 5 minutes par jour. New-York ? C’était mon second séjour en famille. Marche à pied en tous sens… Je retrouve un peu dans cette ville ce que j’ai connu à Londres. J’apprécie le côté cosmopolite… Il y a une vie de quartiers… Il y a aussi une extraordinaire énergie dégagée par cette ville… ».  Rémi avouant s’être senti en meilleure forme à la trêve que la saison dernière à la même époque.

Si le groupe ne bouge pas, cela me conviendra…

 Pour le retour au travail, pas de confort malgré la très bonne première partie de saison. « Je ne suis pas installé dans le confort malgré les résultats, les repères que l’on a pu acquérir. Il faut rester en permanence vigilant… ».  Au fait, la fonction a-t-elle changé l’homme depuis 18 mois ? « L’homme est forcément impacté par la fonction… Je le savais. Les autres entraineurs comme Bernard (Lacombe), Jacques (Santini) me l’avaient dit… Est-ce-que j’ai beaucoup changé ? Certainement…  et j’accepte le fait qu’on puisse le penser…». Et cette attitude parfois bien vivante sur le banc ? « Je n’aime pas me revoir… Je sais que je peux monter dans les tours surtout vis-à-vis des arbitres… c’était d’ailleurs déjà  le cas quand j’étais joueur… Je sais aussi que ce n’est pas l’image que je peux renvoyer habituellement…».  Parions qu’il doit tenter de surveiller ses débordements à défaut de les éradiquer complètement. N’est-il pas question de passion dans la fonction occupée actuellement par l’ancien gunner ?

Sur le même thème