masculins / Sedan - OL J-1

Rencontre des extrêmes dans les Ardennes

Publié le 17 novembre 2006 à 19:22 par R.B

Confrontation des extrêmes samedi soir dans les Ardennes. Les Sedanais pointent en effet à 25 points des Lyonnais en ne comptant qu’une seule victoire. Le leader olympien est bien évidemment favori…

Si le CSSA peine à trouver le bon souffle pour son retour en L1, l’OL respire la santé, gonfle ses poumons de points, de certitudes et de modestie. Quand les Sangliers se prennent trop souvent la truffe dans la moquette -que la vie est difficile pour Dudule la mascotte-, les Lions dévorent le moindre cuissot adverse avec appétit. Dans son jardin ardennais, l’animal rouge et vert résiste cependant un peu mieux aux chasseurs affamés de cruauté, voulant profiter de sa peau tendre de promu. Mais 6 points sur 21 possibles chez soi, cela mène tout droit en enfer… Les barbelés les mieux ciselés n’ont pas vraiment gêné, jusque là, la troupe olympienne, à l’exception de ceux tendus par des Rennais, têtus comme des Bretons. Derniers et plus mauvaise défense du championnat, les Sedanais pointent déjà dans la zone rouge en étant privés en plus de Noro, leur Juninho, de Sartre et Yahia, deux défenseurs. Romano, débarqué par Urano, place désormais à Pasqualetti, sur le banc, et à Aliou Cissé, sur le pré, pour relever le défi du maintien.

Le club olympien a certes des soucis avec Fred, Benzema et Govou à l’infirmerie, un programme personnel hyper chargé agrémenté de rendez-vous internationaux pour un grand nombre de ses serviteurs, une flopée d’envieux à ses basques… mais Dieu qu’il y a un monde d’écart entre ces 2 formations. Tiens l’OL, meilleure attaque de L1, a marqué (29) presque autant de buts que le CSSA en a encaissés (25) ! Cet ogre insatiable prend aussi un malin plaisir à croquer les nouveaux venus en son royaume : Le Mans, Nancy et Troyes… la saison dernière ; Lorient et Valenciennes, il y a peu. Soit 8 victoires en 8 matchs ! Cependant, en regardant dans les archives, les partenaires de Regnault trouveront un brin d’espoir. Leurs aînés, en championnat, ont en effet rarement chuté à domicile contre les Olympiens: 3 défaites en 22 oppositions et jamais depuis l’année où les pavés volaient dans le quartier latin.

« La peur transcende. Une victoire contre le leader ? C’est souvent un facteur déclenchant… ». José Pasqualetti, le nouvel entraîneur, connaît la chanson du club en danger. La saison dernière, il avait remplacé Courbis à la tête d’Ajaccio lors de la 22ème journée. Il avait pris 12 points dans ses 5 premiers matchs... soit quasiment autant (13) que son illustre prédécesseur ! Cela n’avait malheureusement pas suffi pour éviter la descente. A la mi-novembre, la situation est cependant loin d’être désespérée pour sa nouvelle formation.

Si l’ancien joueur lyonnais en est peut-être déjà à faire des comptes d’apothicaire pour la suite de la saison, Gérard Houllier a d’autres chiffres en tête : celui de ses forces offensives. Derrière et au milieu, il a l’embarras du choix, tous les postes étant doublés entre gens d’expérience ; en revanche, cela se complique devant pour les raisons que vous savez. D’autant que Sylvain Wiltord vient d’aligner 5 matchs en tant que titulaire depuis le 25 octobre. Pourra-t-il souffler ? Du coup, les jeunes Rémy et Ben Arfa découvriront peut-être les Ardennes ce week-end. Carew pourrait revenir, lui, en pleine lumière. Juninho, suspension purgée, sera présent. Pour le reste, on l’a dit, il y a de nombreuses possibilités en sachant que mardi soir, l’OL sera à Madrid.

Le prochain déplacement à Madrid nous rappelle que l’OL n’a perdu qu’une fois avant un rendez-vous européen depuis la saison 2004-2005 ; une fois avant 24 rencontres continentales ! C’était le 4 mars 2005 à Caen (avant le déplacement au Werder Brême). Les Normands jouaient d’ailleurs leur maintien et pointaient à 20 points de l’OL. Franchement, même si la sauce olympienne fait quelques grumeaux depuis 4/5matchs, comment imaginer que cela puisse mal se passer au stade Louis-Dugauguez ?
Sur le même thème