masculins / Ajaccio - OL J-1

Rendez-vous piège dans la Cité Impériale?

Publié le 03 décembre 2004 à 12:03 par R.B

[IMG3945L]En prenant la route en pente douce en direction de la zone industrielle du Vazzio, les Lyonnais se souviendront que lors des 2 dernières expéditions, leurs prédécesseurs sont redescendus le coeur léger, les 3 points en poche. L'OL étant plus costaud que les saisons précédentes et Ajaccio n'ayant pas encore prouvé ses progrès, on vous laisse deviner le résultat ! De la théorie à la pratique, inutile de vous faire un dessin… rien n'est cependant jamais acquis...

Vous connaissez le stade François-Coty d'Ajaccio ? Franchement, il fait un peu vieillot, tristounet… Il y a bien derrière une cage la vue plongeante sur la somptueuse baie, le port et ses bateaux. En soirée, quand le match vous endort, vous pouvez ainsi rêver à quelques flâneries, voyages… en un mot vous échapper en regardant cet horizon captivant. Les installations ne sont pas spécialement confortables et la qualité de la pelouse hérisse le poil de tous les techniciens. Et si par malheur, il pleut sur la Cité Impériale, ce champ de patates devient une cour de ferme. François-Coty, né en Corse (1876-1934) ; ancien maire de la ville (en 1931), surnommé le Napoléon de la parfumerie, un génie en la matière, un véritable innovateur ; et descendant aussi de la famille Bonaparte doit penser légitimement que son nom méritait une meilleure enseigne…



Après un peu d'histoire, retour à l'actualité du moment. En prenant la route en pente douce en direction de la zone industrielle du Vazzio, les Lyonnais se souviendront que lors des 2 dernières expéditions, leurs prédécesseurs sont redescendus le coeur léger, les 3 points en poche. L'OL étant plus costaud que les saisons précédentes et Ajaccio n'ayant pas encore prouvé ses progrès, on vous laisse deviner le résultat ! De la théorie à la pratique, inutile de vous faire un dessin… rien n'est cependant jamais acquis. Là où un Marseille claudiquant de la tête et des jambes s'est incliné 2 à 0, un autre Olympique, invaincu, peut-il se prendre à son tour les pieds dans la drôle de moquette ajaccienne ?



Courbis a planté le décor depuis 2 matches : je solidifie mon système de jeu pour éviter de prendre des buts et après avec les Brésiliens, 10 des 15 buts marqués, voire Chapuis… il y a toujours matière d'en claquer un ou deux. Ces Corses ont de la qualité à l'image par exemple d'André Luiz, de Ouaddah ; de l'énergie à revendre avec les Collin, Demont, Robin… Et Porato, dans sa cage, baigne de nouveau en plein bonheur. « Ils seront gonflés à bloc… ce match se gagnera à l'envie… ». Florent Malouda a choisi les couleurs du match. Sera-t-il loin de la vérité ? Le défenseur corse Fabien Laurenti, repositionné dans l'axe depuis 2 rencontres déclarant sur le Site de l'ACA que leur coach n'avait cessé de marteler à ses joueurs qu'il fallait continuer de bosser, de ne pas s'endormir sur ses lauriers sous prétexte de la bonne passe actuelle… et qu'il y avait un exploit à réaliser contre cette équipe lyonnaise d'un tout autre calibre que Bordeaux, Marseille et consorts… Courbis ayant affirmé dans les colonnes du Progrès de ce vendredi : « le championnat est scindé en 3 ; il y a l'OL… puis 7 ou 8 équipes… et tous les autres qui luttent pour ne pas descendre… »Info… certes ; intox… aussi…à quelques heures de ce match !



Les Lyonnais jouent depuis quelques semaines avec les absences que l'on sait. Si Eric Abidal espère revenir pour la réception de Marseille, il faudra attendre le début de l'année prochaine pour revoir Coupet. Et sans doute un peu plus en ce qui concerne Claudio Cacapa et bien évidemment Hatem Benarfa. Sans oublier Giovane Elber… Toujours ces absents donc, auxquels s'est joint Anthony Réveillère, suspendu pour collection abusive de jaunes ! La question étant de savoir qui va occuper le couloir droit de la défense et si cela modifiera l'axe central des Gones. Autre interrogation : si le coach de l'ACA maintient son 3-5-2, Paul Le Guen sera-t-il tenté de lui répondre à sa façon ? Nous sommes condamnés à attendre la feuille de match pour en savoir plus… même si Paul Le Guen a affirmé qu'il n'avait rien à cacher. Alors Essien reculera-t-il d'un cran ? Gomez sera-t-il titularisé ? Diatta passera-t-il à droite ? Quelle forme de milieu de terrain ? Combien d'attaquants ?



En tout cas avec une semaine sans match ; 2 jours de repos après le succès contre Auxerre, les Lyonnais ont certainement remis du gaz dans la salle des machines. « Samedi, il n'y aura pas de fatigue… » prophétise Juninho, le meilleur buteur avec Frau, de cette armada invincible, équipée de la meilleure attaque et de la meilleure défense du championnat, qui entend bien le rester après ses 90 minutes sur l'Île de Beauté. « J'aimerais passer la barre des 40 points avant la trêve ; cela signifierait forcément que nous sommes encore invaincus… et c'est devenu un véritable objectif… ». Paul Le Guen a tout résumé…







R.B

Sur le même thème