masculins / Strasbourg - OL J-1

Repartir pied au plancher en Alsace

Publié le 03 janvier 2006 à 17:00 par R.B

Un peu de repos et cela repart sur les chapeaux de roue. 6 matchs en janvier ; 4 en 11 jours pour débuter dont 3 déplacements en tenant compte du match de Coupe de France à Grenoble… les Lyonnais ont intérêt à avoir évacuer leurs agapes de fin d’année .

Effectivement pas question de lambiner pour reprendre ses esprits, d’autant plus que le groupe olympien reste sur un revers, le seul de la première partie de saison et qu’il n’a pris qu’un petit point lors des 2 derniers matchs de la phase aller. Histoire de bien montrer qui c’est le patron de la L1 aux ambitieux ayant encore des pensées de titre, les partenaires de Cacapa voudront repartir d’un bon pied dans un stade où ils restent sur 4 succès de rang avec 9 buts inscrits et 0 encaissé.

Direction l’Alsace pour affronter un adversaire aux portes de la L2. Un Racing Club de Strasbourg en manque de points, de réalisme avec notamment ce 0 but marqué à domicile depuis 499 minutes, et toujours à la recherche de sa première victoire à domicile. Un club paradoxalement performant en Coupe Uefa, où il s’est qualifié pour les 1/16èmes de finale en étant invaincu. Ce ballon rond est décidemment bizarre. Les Alsaciens n’ont plus le choix pour réaliser désormais ce véritable exploit du maintien. « Nous allons disputer à chaque journée des matchs de Champions League. Il faut commencer par ne plus perdre à domicile. Place donc à l’OL et je pense que c’est mieux de jouer les Lyonnais maintenant… ». Jean-Christophe Devaux, un ancien de la maison olympienne, pense que l’exploit est possible. Guillaume Lacour, un autre ex, s’appuie sur la donnée chiffrée: «ce n’est pas fini mathématiquement… ». Effectivement, tant qu’il y a de la vie, il y a l'espoir, même si avec 11 points, et 10 longueurs de retard sur le premier non reléguable, il faudra une sacrée énergie collective, individuelle ; une part de chance pour s’en sortir.

Le quadruple champion de France n’a pas les mêmes soucis, voire quasiment pas de problèmes dans ce championnat. Certes, juste avant la trêve, les Dogues lillois ont fait un petit accroc à son superbe costume. Et alors ? Les Lyonnais caracolent en tête du classement avec 12 points d’avance sur leurs dauphins et il semble difficile d’imaginer que ce pactole s’envolera lors des 19 dernières rencontres. Ces Lyonnais ont trop envie de ce cinquième titre de rang. Ils ont en plus le meilleur effectif du championnat et la plus grande expérience. Ils savent aussi réagir en champion lorsqu’il le faut. Tiens, en championnat, ils n’ont plus perdu 2 fois de suite depuis les matchs Nantes 1 OL 0 et OL 1 Monaco 3 du 14 et 21 septembre 2002. Et puis de toute façon, comme l’a dit Jérémy Berthod : « une grande équipe ne perd pas 2 fois de suite ». Ah si, nous aimerions simplement, dans la seconde partie de saison, que cet OL là ne se mette plus en danger en devant courir après le score : 7 fois en championnat et 10 fois au total ! Nous aimerions aussi qu’il n’encaisse plus de but après des coups de pied arrêtés : 6 en championnat (le penalty d’Ajaccio n’est pas inclus) et 8 au total sur 19.

Pour ce déplacement à la Meinau, Gérard Houllier sera toujours privé d’Eric Abidal, mais aussi d’Anthony Réveillère et de Florent Malouda. L’équipe de départ ne devrait pas comporter de surprises majeures avec toujours à peu près les mêmes interrogations : qui débutera dans le couloir gauche de la défense entre Monsoreau et Berthod ? Qui commencera la rencontre au poste d’avant centre ? Pour le reste, cela semble clair, même si l’entraîneur du quadruple champion de France a cité Benoît Pedretti en très gros progrès. Et si nous avions besoin d’être rassuré sur les sentiments qui animent le groupe olympien avant de remettre le contact, il suffit d’écouter son coach : « je veux remporter la seconde phase du championnat ; il faut repartir tout de suite et enfiler le bleu de chauffe ; les joueurs ont hâte de retrouver les terrains officiels ». Cela promet pour ses adversaires si les souhaits sont entendus !

L’OL a donc garder intact son appétit de victoires, de trophées ; les vacances ont reposé les esprits et les corps. En Alsace, c’est la première étape menant à la fin de saison que tous les supporters espèrent voir finir le plus tard possible, soit le 20 mai au Stade de France.
Sur le même thème