masculins / OL - Ajaccio J-1

Reprise... du bon boulot contre Ajaccio!

Publié le 15 octobre 2005 à 16:26 par R.B

[IMG4824L]<b>Gérard Houllier</b> a l'art des mots simples et des images colorées pour parler de football. Il peut même expliquer le travail accompli, les objectifs à atteindre, ses attentes… sans employer des termes propres au ballon rond... Les Corses d'Ajaccio vont lancer la nouvelle série de 7 cols à passer... L'entraîneur olympien attend que son équipe confirme sa montée en puissance constatée lors du marathon précédent... sans Carew et Diarra suspendus...

Gérard Houllier a l'art des mots simples et des images colorées pour parler de football. Il peut même expliquer le travail accompli, les objectifs à atteindre, ses attentes… sans employer des termes propres au ballon rond. A quelques heures de se lancer dans un second marathon qui emmènera la troupe olympienne jusqu'au voyage toulousain, le 5 novembre, sans le temps de souffler un peu, soit 7 matchs en 21 jours, l'entraîneur nordiste a été très clair… se muant pour l'occasion en conducteur de travaux, mieux en architecte, avisé. Grosso modo, cela donne : Nous avons posé les fondations dans un premier temps… nous allons maintenant monter des mûrs solides… afin d'être prêt, ensuite, à mettre le toit sans oublier de peaufiner la décoration.



Gérard réclame souvent de la patience dans l'élaboration du jeu de son équipe. Il sait aussi que la ligne d'arrivée de la saison 2005-2006 sera d'autant plus belle à franchir qu'elle aura été parfaitement préparée. Chaque chose en son temps en s'appuyant au fil des semaines sur des acquis. « L'équipe avait montré une progression avant la trêve ; j'entends bien la retrouver au niveau où elle était pour continuer à évoluer. Ces 7 nouveaux cols à passer sont très importants ; ils doivent ancrer le travail fait précédemment. A l'issue de cette seconde phase, nous y verrons plus clair, notamment en Champions League et en Coupe de la Ligue… ». L'ancien manager de Liverpool s'appuie toujours et encore sur la notion de groupe ; sur l'envie, le professionnalisme, le dépassement de soi, la solidarité, la fraîcheur mentale, physique, l'exigence…



La vie est incontestablement belle à l'OL depuis le début de saison : 13 matchs officiels sans défaite… une place de leader de L1… Un Trophée des Champions…2 succès en 2 rencontres de Champions League ; des internationaux français enfin qualifiés pour le Mondial allemand, sans oublier Tiago, Juninho et peut-être Carew ; des Espoirs, des moins de 19 ans eux aussi en route pour leurs compétitions européennes. Que demander de plus ? Tout simplement que cela continue en gommant les imperfections, les frayeurs inutiles, les débuts de match poussifs...



Pour remettre dimanche le contact, place donc à l'Ajaccio de ce diable de Rolland Courbis, aussi prompt à sortir ces phrases pagnolesques qu'à mettre en place un système tactique à vous filer la nausée. Cela s'annonce compliquer en regardant le groupe constitué par l'ancien monégasque. Il va falloir trouver l'ouverture dans ce dispositif barbelé. Les Gones, privés de Carew et de Diarra suspendus, risquent fort de conjuguer le mot patience à toutes les sauces. Lors des 4 précédents matchs à Gerland en Championnat, les partenaires de Cacapa ont toujours souffert pour faire la différence ; quand ils l'ont faite, 3 fois sur 4, cela s'est produit par le plus petit des écarts ! Pourquoi ces difficultés? Certainement en raison de la qualité des adversaires bien en place tactiquement. Sans oublier que ces Gones étaient aussi dans leur période de reprise, d'apprentissage des nouvelles consignes et d'intégration des recrues. Tout ceci est maintenant terminé.



Quels visages pour repartir du bon pied, en sachant qu'il y a un bon coup à jouer au classement avec le déplacement des Parisiens au Stade Vélodrome ? Derrière, tout le monde se demande si Eric Abidal débutera la rencontre. Blessé au pied le 15 juillet à Busan contre Once Caldas après 45 minutes de jeu, le Martiniquais a disputé depuis un seul match avec la CFA ; c'était la semaine dernière. En manque de repères, mais pas de physique tellement ce gars est hors norme, l'international français doit apporter un plus au collectif olympien. Sans oublier que Berthod et Monsoreau se sont partagés le couloir gauche en son absence avec un réel bonheur. Ils sont désormais 3 pour une place… La suspension de l'irremplaçable Diarra devrait permettre à Pedretti de retrouver une place de titulaire comme cela avait été le cas à Nantes. Carew, puni comme le Malien et malade, Fred sera certainement à la pointe de l'attaque lyonnaise... en lui souhaitant de gonfler son capital buts déjà bien parti avec 3 unités.



Après, Gérard Houllier a composé avec le degré de fatigue des internationaux; laissant Malouda au repos. Il songe évidemment à la réception de l'Olympiakos. Si pour la venue des Grecs, il s'en tient à son équipe de départ alignée face aux Madrilènes et aux Norvégiens, il pourrait bien mettre sur le banc 1 ou 2 autres éléments majeurs. Qui va profiter de ses choix? Ben Arfa? Clément? Benzema? Ne dit-on pas : qui veut aller loin, ménage sa monture. Cela permet aussi de garder tout le monde concerné. Et comme, selon les propos du coach, chacun a compris sa façon de fonctionner, cela ne génère pas de zizanie dans le groupe. « Les gars ont confiance dans ceux qui jouent… il y a un sentiment de fierté collective… ». Il pourrait ajouter : et en plus les résultats sont là. Franchement pourquoi changer de méthode ? Alors pour bien ancrer tout ceci, il reste déjà à prendre la mesure des Corses… en s'appuyant pourquoi pas sur le domaine aérien. Les Champions de France ont en effet inscrit 7 de leurs 15 buts de la tête et leurs adversaires du jour ont encaissé 5 de leurs 7 buts avec la même partie du corps !



R.B

Sur le même thème