masculins / OL 3 Bordeaux 1

Résultat et plaisir

Publié le 25 septembre 2011 à 13:50 par R.B/S.G

L’OL a montré un beau visage samedi soir pour battre logiquement une équipe girondine pas franchement convaincante… Match retour…

 

En 7 minutes, l’OL avait levé les potentiels doutes nés de sa défaite sans la manière à Caen. L’OL a retrouvé cet enthousiasme que l’on aime en cherchant aussi avant tout à jouer son jeu qu’à s’adapter à l’adversaire. Une première mi-temps de haut niveau, peut-être la meilleure depuis début août. Reste à gommer ces périodes plus quelconques comme ce fut le cas lors des 20 premières minutes après la pause.

Cet OL a retrouvé de son allant en retrouvant « une organisation générale classique du moment » abandonné à Caen, avec un Michel Bastos sur le côté, le retour de Kim Källström aux côtés e Maxime Gonalons et la présence de Clément Grenier derrière « Bafé » Gomis. Cela marche comme cela avait déjà fonctionné face à l’OM. Un collectif qui a su de nouveau faire tourner le ballon à l’image de nombreuses séquences en première mi-temps.

Solides collectivement, les coéquipiers de Réveillère sont notamment boostés acteullement par le tandem Bastos-Gomis impliqué dans 61% des buts olympiens (10 sur 18). L’un centre, marque, participe au travail dans son couloir… l’autre marque, sert de point d’appui, prend les espaces, fatigue les défenses… Déjà 6 passes décisives pour le Brésilien (il frappe à Nice le corner repris par Gomis en 2 temps) et 2 buts. Déjà 7  buts pour Gomis dont 6 en championnat et un centre détourné dans son but par un joueur du Rubin Kazan. Des chiffres bruts...  et tout ce boulot accompli qui nous ravit.

Comment ignorer le poids pris par KK (Kim Källström). Absent à Caen, il est revenu face à Bordeaux avec le même niveau de jeu qu’il a depuis le début de saison. Toulalan disait que c’était un bonheur de jouer à ses côtés tellement il est intelligent dans son jeu. Gonalons dit aujourd’hui la même chose. Il est partout en donnant l’impression de jouer « pépère». Il est présent pour conseiller, récupérer, dégager, compenser, faire avancer, frapper les coups de pied arrêtés sur lesquels il a déjà délivré  4 passes décisives (une après un coup franc et 3 après corners)… et on attend qu’il fasse parler la poudre avec son pied gauche. Il a failli le faire face à Bordeaux sur un corner direct. Bruno Génésio dit de lui : « il bonifie ses partenaires et je pense que le système de jeu actuel lui convient… ».

Après ce match face à Bordeaux, les observateurs comme Pablo Corréa, Jacques Crevoisier ont parlé « du phénomène B. Koné », des progrès de Dejan Lovren, de l’ascension de Maxime Gonalons qu’ils voient chez les Bleus…  Jacques Crevoisier, comme Aimé Jacquet après le match à l’Ajax, a dit qu’il croyait en Clément Grenier. Il y a eu la confirmation, même s’il n’a pas été submergé de boulot, que Rémy Vercoutre avait la dimension nécessaire pour garder la cage olympienne dans le sillage de Lloris. Mais cela, on le savait depuis longtemps. Tous ces constats positifs sans Cris, Ederson, Gourcuff, Lisandro.

L’OL a plu au-delà du fait de rassurer après l’accroc caennais. Un signe fort ? L’attitude de Gerland avec des supporters qui ont montré leur joie, « leur amour  retrouvé». Les Girondins sont loin de ce qu’ils ont été, mais ce match a bien confirmé le nouveau visage lyonnais. Les spécialistes ont déjà remis l’OL dans les favoris pour le titre. Du calme… le championnat n’en est qu’à ses débuts en sachant que dimanche prochain, les Olympiens vont affronter la machine parisienne dans un match au sommet. Une rencontre qui promet pour les deux clubs qui auront d’abord joué en milieu de semaine sur la scène continentale. Quand le ballon tourne aussi rond… on en redemande !

Sur le même thème