masculins / OL 2 Porto 1

Retour d’après match

Publié le 01 août 2011 à 13:31 par R.B/S.G

Différents constats lyonnais s’imposaient après le succès face à Porto… et avant le début du championnat

 

Le football n’est pas une science exacte et cela fait partie de son charme. Dominée par une remarquable équipe du FC Porto, l’OL s’est imposé contre le cours du jeu en faisant preuve notamment d’un réalisme incroyable avec deux buts et une occasion franche en 5 tentatives contre 24 tirs adverses en ayant recensé entre 8 et 9 occasions de but !

Bravo aux Olympiens d’avoir su profiter des « miettes laissées » par le vainqueur de la dernière Europa Ligue dont l’entraineur a largement modifié le visage de son équipe en fin de rencontre. Bravo aux partenaires de Cris pour leur solidarité collective et cette volonté de ne rien lâcher. Cette victoire en fin de campagne amicale valide les changements constatés depuis la reprise. Une belle récompense. Passons aux différents constats…

Le pragmatisme de Cris : « Oui, nous sommes en progrès. Nous avions perdu les deux premiers matchs, puis fait deux matchs nuls. On termine par une victoire. Il fallait que l’équipe soit prête pour le début du championnat, elle le sera, même si tout n’est pas parfait. Il faut évidemment assimiler le changement de philosophie de jeu… »

  La lucidité de Rémi Garde : « Nous n’étions pas catastrophés après les précédents résultats. Nous ne sautons pas au plafond après ce succès. En première période, nous avons beaucoup, beaucoup, beaucoup souffert face à une très bonne équipe. Cela a été mieux par la suite. Ce soir, on a été réaliste, ce qui n’avait pas été le cas précédemment. Ce succès récompense le groupe qui n’a jamais lâché. Il reste évidemment des progrès à faire dans toutes les lignes ».

L’aveu de Rémy Vercoutre : « Quelle équipe de Porto!  Quel joueur ce Hulk ! Je vois Porto dans le dernier carré de la LDC. On a eu de la chance de l’emporter. On ne méritait pas de gagner… ni de faire match nul… Mais quand tu joues gardien dans cette équipe de l’OL, tu te sens rassuré par les gars devant toi. Moi, je revenais de blessure, mais si je n’avais pas fait de jeu pour éviter les contacts, j’avais travaille physiquement… Donc cela allait ».

Le soulagement de Bruno Génésio : « Heureusement, que l’on ne rencontre pas tous les jours une équipe comme Porto en championnat ! »

Une analyse entendue en zone mixte : « Ce soir, on a certainement proposé moins de jeu que lors des matchs précédents. Mais que c’est dur face à une telle formation… »

La campagne amicale lyonnaise n’aura pas été de tout repos avec ces 5 matchs en déplacements, avec les absences des internationaux français de moins de 20 ans, avec les blessures de Gourcuff, Pjanic, Ederson, avec encore la qualité croissante des adversaires rencontrés. Elle aura mis en évidence les forces et les faiblesses actuelles du septuple champion de France.

Les forces ? Sans être exhaustif, l’état d’esprit remarquable qui pousse à la solidarité collective. Les sourires sont revenus sur tous les visages à l’image de celui du capitaine Cris qui est monté progressivement en régime depuis début juillet.. Cela devrait engendrer le surpassement de chaque joueur. Malgré les difficultés rencontrées et les imperfections, l’équipe présente déjà un bloc bien en place pour contrecarrer les initiatives adverses. Cette campagne a permis de constater une fois encore, que l’OL possédait un gardien numéro deux de grande qualité. Rémy Vercoutre a livré deux formidables prestations (Red Bull et Porot). Et on n’oublie pas la jeune pousse Anthony Lopes, complètement transformé par rapport à la saison dernière. On a constaté avec plaisir que Mensah était franchement dans le coup pour postuler dans l’axe central… Les progrès dans tous les domaines de Belfodil…. La belle santé de Réveillère… Les promesses de Sidi Koné...

  Dans la case faiblesses du moment, l’absence des Gourcuff, Ederson, Pjanic… et des jeunes internationaux français. Cela n’a pas permis à Rémi Garde de faire exactement ce qu’il voulait. La difficulté à mener le jeu, garder le ballon comme cela a été le cas face à Porto, ce qui met l’équipe en danger… Les imperfections liées au nouveau system de jeu qui a certainement besoin de rodage  supplémentaire entre toutes ses lignes… La relation entre Lisandro et Gomis à peaufiner sans oublier que Gomis revenait de blessure… Reste aussi l’absence d’une ou deux recrues  pour améliorer ce groupe qui a perdu l’incontournable Toulalan.

L’OL est désormais dans la dernière ligne droite de sa préparation. Il a rendez-vous samedi à Nice pour les trois coups du championnat. La vraie nouvelle histoire lyonnaise débutera au Stade du Ray. Gérald Baticle a suivi la formation azuréenne lors de ses matchs de préparation. Il prévient : « entre la défaite face à Evian et la succès ce samedi contre Udinese, je n’ai pas vu la même formation… Elle a vraiment progressé…». L'OL version 2011-2012 n'aura pas vraiment le temps de prendre son temps pour obtenir les résultats que l'ont attend dès ce mois d'août chargé...  Une façon de rassurer les sceptiques... ou de conforter les plus optimistes.

Sur le même thème